Pin It

anjavi alireza mort manifestations iranCSDHI - "J'ai vu son corps, je ne pouvais pas le croire. J'ai dit non, ce n'est pas mon bébé. Après qu'ils m'ont montré ses vêtements et sa carte d'identité, j'ai accepté qu'il était mon fils. Il était gelé à la morgue, son visage détruit. La balle a touché sa tête, en plein milieu de son front. On m'a dit auparavant qu'il allait bien, mais ils l'ont tué."

Alireza Anjavi était le dernier enfant de Noushin Mahmoudi, et une autre victime de la répression de novembre 2019 contre les manifestations dans la ville de Sadra dans le comté de Chiraz. Selon elle, Anjavi ne protestait pas, il a été pris dans les troubles et a été abattu sur le chemin du retour du travail pour déjeuner avec elle.

Alireza avait 26 ans, il était titulaire d'une licence en architecture et louait et travaillait dans un magasin du boulevard Danesh à l'extérieur de l’université Azad d’art et d’architecture de Chiraz, dans la ville de Sadra, au cours des derniers mois, donnant des cours particuliers à des étudiants se préparant à rédiger leur thèse d’architecture pour la remise de leurs diplômes. Alireza était allé au travail le samedi 16 novembre, un jour comme un autre. « La ville était calme le matin. Si nous avions su ou que quelqu'un nous avait dit qu'il y aurait des manifestations dans la ville, je ne l'aurais pas laissé partir ce jour-là. S'il l’avait su, il ne serait pas parti ; il ne serait pas parti pour moi. »

Les manifestations dans la ville de Sadra ont commencé vers midi, les gens arrêtant leur voiture et scandant dans les rues, ce qui a entraîné l'arrêt de certaines des rues principales autour de la place Golha (Falak-e Sangi) et Molana Junction (Pomp-e Gaz). Les rues étaient bloquées, les gens devaient donc aller à pied pour se rendre là où ils devaient aller.

Peu après l’intervention des forces du Bassidj, les manifestations sont devenues violentes et la colère des gens s’est cristallisée sur la base du Bassidj près de la mosquée Hosseiniyeh Seyed al-Shohada à Pomp-e Gaz Junction. Les gens ont lancé des pierres sur la base, tandis que les forces du Bassidj tiraient des coups de feu depuis le toit.

Comme il le faisait habituellement la plupart des jours ouvrables, Alireza Anjavi est rentré chez lui dans le quartier Molana-7 pour le déjeuner. Il travaillait près de l'endroit où les gens protestaient, il a donc dû parcourir ces mêmes zones sur le chemin du retour. Sa mère attendait, mais il n'est pas arrivé. « Je l'ai appelé, j'ai entendu beaucoup de bruits. Alireza a dit qu'il y avait des protestations et qu'il était coincé au milieu. J'ai dit viens quand même, trouve un moyen. Il a dit d'accord, il viendrait s'il le pouvait. J'étais en contact avec mon bébé jusqu'à 15 h, mais après 15 h 30, il ne répondait plus à son téléphone. Au début, je pensais qu'il ne pourrait peut-être pas répondre, ou son téléphone était perdu. Mais ensuite je n’ai plus eu de nouvelles de lui et il ne répondait toujours pas à son téléphone. Bien sûr, j'étais inquiète car il y avait de la fumée qui pénétrait dans les fenêtres de notre maison et nous avons entendu des coups de feu. »

Dimanche, il n'y avait toujours aucune nouvelle d'Alireza. Sa mère a commencé à le chercher, sans succès. Le mari de sa sœur a appelé la police pour savoir s’ils avaient des nouvelles de lui. « Lors de certains appels, on lui a dit [son beau-frère] de ne pas s'inquiéter ; nous savons où il est, nous l'avons vu, ont-ils dit. Il va bien et il est pris en charge, et il va rentrer à la maison ce week-end. Ils nous donnaient de l’espoir ; j’étais inquiet mais en même temps je pensais que c’était bien qu’il rentre à la maison.

Deuil d'un troisième fils

L'espoir s'est poursuivi tout au long du week-end. Noushin Mahmoudi espérait la libération d'Alireza, l'idée d'avoir à pleurer la perte d'un fils était à nouveau insupportable. Les deux autres enfants de Mahmoudi, tous deux atteints de dystrophie musculaire, sont décédés à l'âge de 19 et 21 ans.

Mercredi, jeudi et vendredi sont passés sans nouvelles d'Alireza. Le matin du samedi 23 novembre, le numéro de téléphone portable d'Alireza est apparu sur son téléphone. "J'ai répondu au téléphone. Je pensais que c'était Alireza, mais quelqu'un d'autre était en ligne. Il a dit qu'il appelait de la branche 8 du poste de police et que je devais me rendre au poste au sujet d’d'Alireza. J’y suis allée, ils m'ont posé quelques questions sur ce que portait Alireza le jour où je l'ai vu pour la dernière fois, où il allait, s'il avait une voiture ou non et où il travaillait. Ils nous ont demandé l’adresse de la boutique et l’adresse de notre domicile et ils ont obtenu une copie de l'acte de naissance d'Alireza. Finalement, ils ont dit que je devais aller au département médico-légal. »

Mahmoudi dit qu'elle avait décidé de ne pas aller au département médico-légal parce qu'elle pensait qu'il ne s'agissait que de compléter le dossier de la personne disparue de son fils ; elle était seule et pensait qu'il n'était pas nécessaire de se présenter au département. Mais elle a été contactée à nouveau dans l'après-midi : « J'ai répondu ; ils ont demandé si j'étais allée au département médico-légal, j'ai dit que non. Ils ont demandé qui d'autre dans la famille suivait le cas d'Alireza. J'ai dit le mari de ma sœur et ils m'ont demandé son numéro. »

L'oncle d'Alireza Anjari a reçu un appel et a également été invité à se rendre au département médico-légal de la ville de Sadra. À son arrivée, ils lui ont montré plusieurs photographies de personnes tuées lors des manifestations. L'un d'eux était une photo d'Alireza. « Ma sœur m'a emmené chez eux à Chiraz », a déclaré Mahmoudi. « Ils m'ont parlé d'Alireza. Ils ont dit qu'ils avaient identifié Alireza parmi les photos des morts du service de médecine légale. Mon fils a été tué et il était innocent ; de nombreuses personnes innocentes comme mon fils ont été tuées ce jour-là à Sadra. »

Une autre cérémonie tranquille

On a dit à la famille qu'elle devait obtenir une lettre du bureau du gouverneur pour que le corps d'Alireza soit transféré hors de la morgue. Dans le bureau du gouverneur, la mère d'Alireza et d'autres membres de la famille ont été informés que la cérémonie devait être calme et que lorsqu'ils seraient rentrés chez eux et auraient organisé ses funérailles, ils devraient dire que la cause du décès était un accident de voiture.

Cependant, le certificat de décès qui leur a été remis indiquait que la cause du décès était le meurtre. « On nous a dit que nous n'avions pas le droit d'enterrer Alireza au cimetière de Chiraz ; nous voulions l'enterrer là parce que nous avions enterré le père d'Alireza et ses deux frères dans ce cimetière. Mais le gouverneur a dit qu'il ne pouvait être enterré que dans le cimetière de Dinkan [un village près de la zone industrielle de Chiraz], ou Qasr-e Qomshe [un autre village près de Chiraz], ou Ahmadi Kharameh [une ville à l'est de Chiraz]. Nous avons choisi Dinkan parce qu'il était plus proche de la ville de Sadra. « Le mari de Mahmoudi, Seyyed Mohammad Reza Anjavi, était un vétéran de la guerre et avait perdu sa jambe à partir du genou après avoir été blessé pendant la guerre Iran-Irak. Il est décédé en 2002 des suites de ces blessures.

Après avoir reçu une lettre du bureau du gouverneur, Mahmoudi s'est rendue au bâtiment 2 du département médico-légal de Chiraz sur le boulevard Modares pour identifier son fils et s'assurer que son corps a été remis à la famille. « J'ai vu son corps, je ne pouvais pas le croire. J'ai dit non, ce n'est pas mon bébé. Après qu'ils m'ont montré ses vêtements et sa carte d'identité, j'ai accepté que c'était lui. Il était gelé à la morgue, son visage détruit. Il avait reçu une balle dans la tête, au milieu du front. Je ne sais pas s'il a été touché de l'avant ou de l'arrière, mais le mari de ma sœur, qui avait vu le chapeau d'Alireza, a dit que sa tête avait été éclaboussée à l'intérieur du chapeau. Je sais seulement qu'il a été abattu lors des manifestations, mais je ne sais pas qui l'a tué ni quel type d'arme a été utilisé. »

Une fois que Mahmoudi a identifié le corps, les forces de sécurité ont préparé leurs propres ambulances et transféré le corps au cimetière de Dinkan. « Ils ont prié pour lui ; ils avaient également préparé la tombe. Nos parents et notre famille étaient là, mais les agents l'ont enterré sans laisser personne voir le visage d'Alireza. »

Le corps d'Alireza a été remis à la famille, le lundi 25 novembre et il a été enterré le même jour dans l’après-midi. La famille a organisé une cérémonie pour marquer le 3ème et le 7ème jour après la mort d'Alireza le vendredi 29 novembre.

Mahmoudi a dit qu'elle ne savait pas pourquoi on ne lui avait pas dit pendant une semaine entière que son fils était mort. « Je ne sais pas s'ils l'ont fait pour des raisons de sécurité. J'ai demandé pourquoi ils m'ont fait ça. Ils m'ont dit qu'on leur avait demandé de le faire. »

Mme Mahmoudi a déclaré que personne des autorités ne les avait contactés pour déclarer Alireza Anjavi était un martyr ou pour réconforter la famille. Mais le dimanche 15 décembre, ils l'ont appelée et lui ont demandé d'aller au poste de police. « Ils ne m'ont pas dit pourquoi je devais y aller mais quand j’y suis allée, ils m'ont donné un formulaire de plainte à remplir, disant qu'ils déposeraient une plainte pour trouver le tueur de mon fils, ajoutant que je pourrais obtenir un avocat si je le souhaitais. Je veux trouver le tueur de mon fils. Je les poursuis pour que le sang de mon fils ne soit pas gaspillé. »

Mme Mahmoudi dit que tout ce qu'elle pourrait recevoir en compensation n'aidera pas à combler le vide laissé par la mort de son enfant – « même s'ils me donnaient le monde », a-t-elle déclaré. Elle a ajouté qu'elle n'abandonnerait pas et continuerait de se battre pour la justice pour son fils. "Ils disent qu'ils poursuivent l'affaire et trouveront le tueur d'Alireza. Ils m'ont dit qu'ils avaient honte de ce qui s'est passé. » Rest à savoir s’ils tiendront ou non leurs promesses.

Source : IranWire