Pin It

manifestations chiraz iranCSDHI - Des détails continuent d'émerger concernant la force brutale de la police iranienne et des agents de sécurité utilisés contre les manifestants à Chiraz et dans la province de Fars lors des manifestations de la mi-novembre contre la forte augmentation des prix de l'essence.

Presque immédiatement après que les Iraniens de tout le pays soient descendus dans la rue, les autorités ont bloqué Internet dans tout le pays, ce qui a rendu extrêmement difficile pour les Iraniens d'accéder aux informations de l'extérieur du pays ou pour le reste du monde de savoir ce qui se passait en Iran. Presque chaque jour depuis la levée du blocage d’Internet, les gens ont partagé des histoires sur la répression violente des manifestations et le décompte des personnes tuées, blessées ou arrêtées ne cesse d'augmenter.

L'histoire la plus choquante à avoir été publiée après la coupure quasi totale d’Internet a été l'utilisation de chars et de mitrailleuses lourdes pour maîtriser les manifestants à Mahshahr, une ville portuaire de la province du Khouzistan, dans le sud-ouest du pays. Le gouvernement iranien n'a pas encore officiellement annoncé de chiffres concernant les manifestations de novembre 2019, mais selon des documents confidentiels que IranWire a reçus d'un responsable Khouzistanais à la mi-décembre, au moins 148 personnes, manifestants et passants ont été abattus à Mahshahr et dans les villes environnantes.

Mais Mahshahr n'était en aucun cas un cas exceptionnel. La ville de Sadra dans la province de Fars, près de la capitale provinciale de Chiraz, a également été le théâtre de violences brutales et d'effusions de sang.

Le samedi 16 novembre et le dimanche 17 novembre 2019, des manifestations de grande ampleur ont eu lieu à Chiraz et dans ses villes voisines. Selon les responsables de la sécurité iranienne, les manifestations de Chiraz se sont classées au premier rang en termes de « diversité des emplacements et de blocage des rues » par les manifestants. Comme dans beaucoup d'autres endroits, les protestations dans ce domaine ont commencé avec des gens qui scandaient des slogans contre la hausse des prix, mais très rapidement les chants sont devenus plus politiques, avec des gens criant des slogans anti-gouvernementaux et anti-régime. Un certain nombre de propriétés et de banques du gouvernement ont été incendiées et le gouvernement et les manifestants se sont mutuellement accusés d'être responsables des destructions. Il n'a pas été possible de vérifier les affirmations des deux parties, car le processus normal de collecte des informations a été interrompu par la coupure d'Internet et une panne générale des communications.

Il ne fait aucun doute, cependant, qu'en maîtrisant les manifestations à Chiraz et dans les villes environnantes, les forces de sécurité ont suivi une doctrine qui, selon un expert en « guerre urbaine », s’adressant à l'agence de presse officielle de la République islamique (IRNA) le 23 novembre, approuve directement le recours à la force maximale pour faire en sorte que les manifestations soient réprimées le plus rapidement possible. Par exemple, dans la petite ville de Sadra, au moins 87 personnes ont été tuées.

Bien que les faits complets sur ce qui s'est passé ne soient toujours pas disponibles, IranWire a essayé de dessiner une image aussi claire que possible, en présentant des témoignages oculaires de ce qui s'est passé pendant ces deux jours en novembre 2019 dans certaines parties de Chiraz et les villes environnantes, ainsi que dans d'autres lieux.

Ville de Sadra : les gens ont jeté des pierres. Les forces du régime les ont tués

« Les manifestants s'étaient rassemblés devant le bâtiment paramilitaire du Bassidj. Ils lançaient des pierres et chantaient. Les Bassidjs étaient allés sur le toit. Il n'y en avait pas beaucoup là-haut. Certains étaient des enfants, quelques-uns étaient de jeunes hommes et il y avait un homme plus âgé qui semblait être le commandant de la base. Les enfants, qui tenaient des boucliers, étaient petits et très jeunes mais on leur avait également donné des fusils. Quatorze des manifestants, dont deux femmes, ont escaladé le mur et sont entrés dans le bâtiment du Bassidj. Nous avons entendu un tir de barrage après lequel les portes du bâtiment se sont ouvertes, un véhicule anti-émeute est sorti de la cour et s'est arrêté devant la foule. Au même moment, un hélicoptère a atterri sur le toit du bâtiment et a déchargé des munitions et quelques tireurs d'élite. L'homme dans le véhicule anti-émeute a menacé les gens et leur a dit dans un langage grossier de se disperser. Les gens ont commencé à le huer et à chanter et les Bassidjis armés ont commencé à tirer directement sur les gens. Beaucoup d'entre eux sont tombés au sol juste devant mes yeux. Les tireurs d'élite visaient la tête et le cœur des gens. »

Voici un récit succinct de l'après-midi sanglant du samedi 16 novembre dans la ville de Sadra dans la province de Fars, comme l'a raconté Razieh (un pseudonyme), une femme qui a été témoin des manifestations. Sadra, à 15 kilomètres de la capitale provinciale de Chiraz et avec une population de plus de 150 000 habitants, est une nouvelle ville fondée en 1992. En conséquence, la population est composée de migrants de différentes parties du pays. Avec trois campus universitaires, Sadra a toutes les caractéristiques d'une ville universitaire, y compris des étudiants d'autres parties du pays et de la province.

Un homme vivant dans la ville en utilisant l'alias Jahandar, pense que ces caractéristiques de la ville rendent très difficile la tâche de savoir quelles personnes ont été tuées lors des manifestations parce que très probablement leurs corps ont été emmenés dans les villages et les villes dont ils étaient originaires et où leurs familles vivent et ils y ont été enterrés. Par conséquent, dit-il, « vous ne verrez que quelques avis de cérémonies de deuil à Sadra. »

Les manifestations à Sadra ont commencé à 10h, le 16 novembre 2019, au Flowers (Sangi) Circle. Un certain nombre de conducteurs ont presque simultanément arrêté leur moteur et bloqué la route, et après quelques minutes, une foule s'est rassemblée autour d'eux. Le commandant du poste de police est arrivé et a demandé aux chauffeurs de dégager la route. Mais les gens réunis là-bas ont parlé pour soutenir les chauffeurs et les ont encouragés à rester où ils étaient. La police est retournée au poste et a fermé ses portes.

Selon Ahmad Reza (un pseudonyme), qui était sur les lieux des manifestations avant le début des tirs, les manifestations étaient pacifiques jusqu'à 15 heures. « Je ne sais pas si les Bassidjis ont commencé à tirer sur les gens, puis les gens se sont précipités sur la base du Bassidj ou si ce sont les gens qui ont jeté les premières pierres sur le bâtiment », dit-il. « En tout cas, vers 15 heures, les choses ont rapidement changé. »

Un autre témoin oculaire utilisant le psudonyme Mehrdad a déclaré : « Tout était calme jusqu'à ce que les Bassidjis commencent à tirer sur les gens. Lorsque le bain de sang a commencé, les gens étaient furieux et les affrontements se sont intensifiés. Plus tard, samedi et lundi, ils ont incendié la banque, le greffe et le bureau de l'imam du vendredi - une réaction au même carnage. »

Une étudiante portant le nom d'Atena avait quitté sa maison sur l'avenue Molana à peu près au même moment et elle a été prise au piège par les manifestations. « À trois heures, j'allais à l'université », dit-elle. « Le taxi m'a emmené à l’entrée du Flowers Circle mais le chauffeur m'a dit que les rues étaient fermées et que nous ne pouvions pas aller plus loin. Les gens avaient fermé les rues en mettant le feu à des pneus. »

Atena est sortie du taxi et s'est dirigée à pied vers Molana pour rentrer chez elle lorsqu'elle a vu un manifestant qui avait été abattu. « Vers 15 h 15, une ambulance m’a dépassé et s'est arrêtée quand le conducteur ait vu un jeune homme dont la main était dans une attelle et qui avait du sang sur la tête et le visage », dit-elle. « Lorsque l'infirmière est sortie de l'ambulance, le jeune homme a dit à l'infirmière : « Je vais bien. Là-bas, ils ont tué des gens. Allez-y. » Le jeune homme faisait partie de ceux qui avaient été touchés par balle devant la base du Bassidj. Trois personnes ont été tuées sur le coup et il fait partie des nombreux blessés. »

Atena a vu des gens jeter des pierres sur le bâtiment du Bassidj et les Bassidjis tirer sur des gens depuis le toit. « Ils ont tiré beaucoup de gaz lacrymogène », dit-elle. « Je suis entrée dans un magasin pour échapper aux gaz lacrymogènes. Après quelques minutes, l'hélicoptère est arrivé. Je pouvais voir dehors depuis la vitrine du magasin. L'hélicoptère a déchargé des munitions sur le toit. Mais je n'ai vu personne tirer depuis l'hélicoptère. Le gaz lacrymogène était épais et je ne pouvais pas sortir, mais quand ils ont allumé un feu dehors, c’est devenu plus tolérable. J'ai tenu mon foulard mouillé contre mon visage et j'ai quitté la boutique. Il était environ 17 heures. »

Amin (un pseudonyme), un commerçant de l'avenue Molana, dit que le matin, tout était normal, mais à partir de midi, la situation est progressivement devenue critique et, vers 15 heures, c'était comme une zone de guerre. « Lorsque l'hélicoptère est arrivé, les gens ont paniqué », explique Ami. « Ils disent qu'ils ont tiré sur des gens depuis l'hélicoptère mais je ne les ai pas vus faire ça. La seule chose que je peux dire avec certitude, c'est que l'hélicoptère a apporté des munitions pour la base du Bassidj. De plus, quelques personnes ont sauté de l'hélicoptère et, comme nous l'avons appris plus tard, ce sont les tireurs d'élite qui tiré sur les gens dans la rue et en ont tué beaucoup. Un homme protestait d'une voix forte. Il avait un accent, comme celui du Lors. La population de Sadra est principalement composée de Turcs Lors et Qashqai. Une femme était assise par terre à côté de lui. J'ai vu l'homme se faire tirer dessus et quand il est tombé, la femme a commencé à pleurer bruyamment, mais elle est également tombée. Je ne sais pas s'ils sont morts ou non. Ils étaient loin de nous et personne n'a osé s'approcher d'eux. »

Atena dit que lorsqu'elle a quitté le magasin et qu'elle essayait de rentrer chez elle par des ruelles plus sûres, son père l'a appelée au téléphone. « Quand je me suis réfugiée dans la boutique, nous avons discuté plusieurs fois et, quand je suis partie, je l'ai appelé aussi », dit-elle. « Il a dit que mon frère n'était pas rentré chez lui bien qu'il ait fermé boutique deux heures plus tôt. Je ne suis pas rentré chez moi. Mon père et moi avons cherché séparément mon frère jusqu'à 20 heures. Nous sommes allés dans les hôpitaux et les cliniques. Le bruit des tirs ne s'est jamais arrêté. Vers 20 heures, j'ai vu de mes propres yeux quand ils ont mis le feu au bureau de l'imam du vendredi, au Bureau d’état civil et à la banque. J'ai même vu qu'ils ont sorti la robe noire de l'imam du vendredi dans la rue et l'ont incendiée. »

Cette nuit-là, les autorités ont emmené un grand nombre de morts et de blessés à l'hôpital Abu Ali Sina (également connu sous le nom d'hôpital de transplantation d'organes). Selon un membre du personnel médical de l'hôpital, alias Anahita, la plupart des personnes amenées là-bas avaient reçu une balle dans la tête ou dans le cœur. « Il semblait qu'ils avaient intentionnellement tiré pour tuer », dit-elle. « La plupart des personnes tuées étaient des jeunes hommes, bien que quelques femmes, hommes d'âge moyen et au moins un enfant étaient également parmi eux. Je dis « au moins » parce que je n’ai pas vu tous ceux qui ont été tués et, aussi, mon quart de travail le samedi a pris fin, donc je ne peux pas vous dire exactement le sexe ou l’âge des victimes. Je ne sais pas combien de blessés sont morts en chirurgie après mon départ ou combien ont été amenés à l'hôpital après la fin de mon quart de travail. Pendant que j'étais là-bas, ils ont envoyé 28 corps à la morgue. Par la suite, mes collègues m'ont dit que le nombre de corps avait atteint 87. Bien sûr, les agences de sécurité ont menacé le personnel de l'hôpital de ne pas parler de ce qu'ils avaient vu. »

Mehrdad dit que la plupart des personnes qu'il a vues mortes ont été abattues depuis le toit de la base du Bassidj, bien qu'il ait également vu des personnes devant la porte du bâtiment, être abattues. « Après l'ouverture soudaine des portes, un Bassidji ou un membre des Gardiens de la révolution (un pasdaran) est monté dans un véhicule anti-émeute à l’avant et lorsque les gens ont ignoré ses avertissements, il a tiré directement sur eux. Trois personnes en face ont été tuées sur le coup et plusieurs ont été blessés. Les autres tirs sont venus du toit du bâtiment du Bassidj. Après l'arrivée de l'hélicoptère, les tirs se sont intensifiés. C'était une situation horrible. Les gens n'étaient pas armés et ils ont été facilement abattus. Personne n'avait imaginé qu'ils allaient les abattre comme ça. »

Atena s'est rendue au poste de police dans l'espoir de découvrir quelque chose sur son frère. « Les portes étaient fermées et les lumières éteintes. J'ai beaucoup frappé à la porte et crié que mon frère avait disparu et j'avais besoin d'aide, mais personne n'a ouvert la porte ni même répondu à travers la porte fermée. Ils avaient fermé leurs portes et leurs oreilles, attendant la fin du massacre afin de rétablir la sécurité des meurtriers. »

Ahmad Reza dit qu'il n'est pas tout à fait sûr que ceux qui ont mis le feu au Bureau d’état civil et à la banque étaient ce qu'il a appelé « le peuple », car bien que les gens étaient enragés, ceux qui l'ont fait étaient très professionnels. « Le matériel qu'ils transportaient a augmenté le volume et l'intensité du feu cent fois », dit-il. « Ce n'était pas quelque chose comme du gaz ou du kérosène parce que c'était beaucoup, beaucoup plus incendiaire. »

Anahita dit qu'elle a parlé à une femme d'âge moyen blessée qui avait été amenée à l'hôpital de la clinique Abi Taleb et elle était dans un état critique. « Elle a dit que le taxi l'avait laissée sortir dans une rue bloquée. La fusillade a été intense et elle ne savait pas quoi faire ni comment rentrer chez elle. Elle était dans cet état confus lorsqu'elle a reçu une balle dans l'abdomen et elle est tombée. Ils l'ont emmenée en salle d'opération et je ne sais pas si elle a survécu ou non. Personne n'ose poser trop de questions. Ils nous ont avertis de ne pas parler. »

Samieh (un alias), qui accompagnait sa mère à l'hôpital Abu Ali Sina ce jour-là, dit que la situation à l'hôpital était très désordonnée. De nombreux blessés ont été amenés et les médecins étant extrêmement occupés, l’opération de sa mère a été reportée du dimanche matin au lundi. Ils lui ont dit que les médecins et le personnel médical étaient épuisés et qu'ils n'étaient pas sûrs de pouvoir trouver une salle d'opération disponible même lundi. « Dimanche matin, j'ai parlé à l'infirmière en chef de l'unité », explique Samieh. Elle a dit : « Beaucoup de gens ont été tués et si c’est comme hier, on ignore si on pourra opérer demain ou non. Je lui ai dit qu’un hôpital de cette taille ne devrait pas s’arrêter simplement parce qu’il s’occupe de quelques blessés. Vous avez plus de 200 médecins ici. » Elle a répondu avec colère : « Beaucoup de gens ont été tués ! Aucun hôpital ne peut avoir plus de 80 morts et deux fois plus de blessés. Allez prier pour que votre mère soit opérée et arrêtez de nous provoquer. »

Razieh, qui a participé à des manifestations toute la journée de samedi, a déclaré à IranWire que même avant 15 heures, des coups de feu sporadiques pouvaient être entendus à Sadra, même si elle a déclaré que les autorités avaient peut-être testé leurs armes à feu car, pour autant qu'elle puisse le dire, personne n'avait été abattu. Mais les choses ont changé : « Les gens se sont dirigés vers la base du Bassidj. Environ 14 manifestants, dont deux femmes qui ressemblaient à des étudiantes, ont escaladé les murs du bâtiment du Bassidj. Nous avons entendu beaucoup de coups de feu et aucun des 14 n'est sorti du bâtiment. Je ne sais absolument pas s'ils ont été tués, blessés ou quoi. »

Razieh a de nouveau décrit ce qu'elle a vu après le calme relatif, y compris le véhicule anti-émeute, l'hélicoptère atterrissant sur le toit et le déchargement des tireurs d'élite et des munitions. Lorsque le responsable du véhicule anti-émeute a commencé à menacer les gens, la foule, dit-elle, « a commencé à le huer et à scander des slogans et les Bassidjis armés ont commencé à tirer directement sur les gens. Beaucoup d'entre eux sont tombés au sol juste devant mes yeux. Les tireurs d'élite ne visaient que la tête et le cœur des gens. C'était horrible. Beaucoup de gens ont fui. »

Ahmad Reza dit avoir vu un petit garçon en uniforme scolaire qui était peut-être en train de rentrer chez lui, ou peut-être était-il venu près du site de la manifestation par curiosité. Après le début des tirs, le garçon s'est recroquevillé sur le sol près du trottoir. « Plus tard, j'ai appris que son nom était Mohammad Dastankhah et qu'il avait été touché au cœur par des tireurs d'élite », explique Ahmad Reza. « Cet enfant et un autre qui portait également un uniforme scolaire se sont recroquevillés au sol et ils ont été pris pour cible par les tireurs d'élite. Mohammad s'est roulé par terre. Ces gars étaient vraiment des meurtriers. C'étaient des barbares. »

Un ami d'Anahita qui travaille dans une petite clinique privée à Sadra lui a dit que samedi, environ 70 blessés avaient été amenés à la clinique. « Elle m'a dit que quelques-uns des médecins étaient absents parce que les rues étaient bloquées et que cela compliquait leur travail », explique Anahita. « Selon elle, 10 des blessés qui étaient dans un état critique ont été envoyés à l'hôpital Abu Ali Sina bien qu'il n'y ait aucun espoir qu'ils survivent. Ils faisaient une hémorragie interne et on ne savait pas ce qui pouvait être fait pour eux dans cette maison de fous. »

Anahita dit que, selon son amie, les accompagnateurs des blessés ont insisté pour qu'ils soient soignés dans la petite clinique car ils craignaient que s'ils se rendaient à l'hôpital Abu Ali Sina, ils ne soient arrêtés après le traitement. « Mon ami dit qu'un des blessés devait aller à l'hôpital mais avant d'y arriver, la personne qui l'accompagnait l'a ramené à la clinique. Il a dit qu'il avait appelé et qu'on lui avait dit que de nombreux agents de sécurité étaient stationnés à l'extérieur de l'hôpital et à l'intérieur des services. Le médecin s’est mis en colère et lui a crié : « Il va mourir ici ! Qu'est-ce qui est le mieux : en prison et vivant ou mort ? ». Selon un ami d'Anahita, le patient blessé est finalement décédé à cause de ses blessures graves et de son arrivée retardée à l'hôpital.

Jahandar dit qu'un certain nombre de blessés ne sont pas allés dans un centre médical parce qu'ils avaient peur d'être arrêtés. S'ils avaient été abattus avec des plombs, ils essayaient de les sortir de leurs bras et de leurs jambes à l'aide d'un couteau. « Ils ont toujours peur », dit-il. « À partir du lundi 18 novembre, les agents de sécurité se sont rendus dans les magasins et les cliniques pour obtenir des enregistrements de vidéosurveillance et c'est alors que les arrestations à grande échelle ont commencé. »

Un médecin travaillant à l'hôpital samedi et qui a demandé à utiliser le pseudonyme du Dr Ahsan, a donné son avis. « Le directeur de l'hôpital, qui peut travailler et vivre n'importe où dans le monde s'il le souhaite, doit prendre la parole. L'éthique de la médecine n'a aucun sens ici. Il sait que du lundi 18 novembre à midi jusqu'au mardi matin, plus de 80 corps ont été amenés à la morgue sous sa direction. Pourquoi ne parle-t-il pas ? Tout le monde ici sait ce qui s'est passé, mais rares sont ceux qui osent dire ce qu'ils ont vu. Cet après-midi et cette nuit-là, les médecins et le personnel médical ont fait tout ce qu'ils pouvaient. Ils avaient tiré pour tuer et l'hôpital ne pouvait pas faire plus que cela. Certains des blessés n'ont été amenés que quand il était trop tard et, par conséquent, le traitement n'a pas marché. Et beaucoup étaient morts à leur arrivée. »

Razieh dit que le dimanche matin, tout était normal extérieurement et que la circulation avait repris. Les autorités ont nettoyé les rues et aucune trace de sang ou de pneus brûlés n'est restée. Les Gardiens de la Révolution (les pasdarans), tous en uniforme, étaient partout. À 13 heures, des manifestations dispersées ont de nouveau éclaté et les autorités ont commencé à utiliser des gaz lacrymogènes. La situation s'est poursuivie jusqu'à environ 16 heures. « Les pasdarans se sont déplacés à pas serrés de la base du Bassidj vers les gens pour les disperser », explique Razieh. « J'habite à Sadra et je connais beaucoup de Bassidjis dans cette ville. Pendant ce temps, les Bassidjis incitaient les gens à mettre le feu au bâtiment de la municipalité et à la banque Saderat. Quelques-uns de mes amis et moi qui les connaissions ne pouvions pas dire aux gens que ces individus qui les incitaient à mettre le feu étaient eux-mêmes des Bassidjis parce que nous avions peur qu'ils les tuent. Nous ne pouvions rien faire. Après la destruction de la Banque Saderat, ils ont commencé à attaquer des gens. »

Les affrontements dispersés de dimanche ont duré jusqu'à 20 heures, mais les forces de sécurité - qui étaient pour la plupart des pasdarans et des policiers - ont principalement chargé leurs armes avec des plombs. Cependant, selon Razieh, cela ne signifie pas que personne n'est mort à Sadra dimanche. « Dans la soirée, une femme propriétaire d'un magasin à Parmida emmenait son enfant malade à l'hôpital lorsqu'elle a été abattue par les pasdarans et elle est morte », dit-elle. « Ceux qui ont vu le corps m'ont dit qu'elle avait reçu une balle dans la tête. Mes amis disent qu'en plus de cette femme, un jeune homme a également été abattu par les gardiens de la révolution (les pasdarans) et qu’il est mort sur le coup. »

Selon Razieh, dimanche, au moins neuf personnes ont été tuées et toutes n’étaient pas des manifestants. « Les corps ont été enlevés par les agents eux-mêmes », dit-elle. « On ne sait vraiment pas combien de familles savent que leurs proches ont été tués. Il y a des parents qui espèrent toujours que leurs proches ont été arrêtés. Certains ont été tués mais les familles ne le savent toujours pas. Le dimanche, un certain nombre de personnes étaient encore dehors à 23h, mais la pluie les a dispersées. Le lundi, il ne s’est rien passé. Les rues étaient si bien gardées que personne ne pouvait rien faire. »

La liste complète des personnes tuées à Sadra n'a toujours pas été rendue publique. IranWire a reçu une liste de sept noms, des personnes qui ont probablement perdu la vie. Cependant, IranWire n'a pas été en mesure de vérifier indépendamment les noms et les identités des quatre premiers.

1. M. Panahi (prénom inconnu), né dans la ville de Kharameh dans la province du Fars et ancien employé du Département des violations de la municipalité de Sadra. Panahi aurait été vu dans l'une des vidéos envoyées à IranWire, un homme d'âge moyen portant une chemise brune et des sous-vêtements blancs que l’on voit allongé sur le sol après avoir été abattu.

2. Hossein Heydari, de la ville de Qasre Qomsheh et membre du clan Kashkuli de la tribu Qashqai.

3. M. Panahi (prénom inconnu), un résident lor de Sadra.

4. Un lycéen portant le nom de famille de Dabiri et dont le père est enseignant à Sadra.

5. Mohammad Dastankhah, 15 ans, lycéen.

6. Majid Hashemi, 31 ans, membre de la tribu Qashqai et père de deux petits enfants.

7. Alireza Anjavi, 26 ans, architecte. Sa mère a été informée de sa mort une semaine après avoir été abattu.

Source : Iran Wire, le 7 janvier 2020