Pin It

Rajaï Chahr Karaj iranCSDHI - Un prisonnier qui s’appelait Mohammad Ameri est décédé à la prison de Rajaï Chahr (Gohardasht) à Karaj, en Iran, après avoir reçu des coups de matraques de la part des gardes spéciaux, le samedi 1er février 2020.

Les gardes spéciaux de la prison de Gohardasht ont fait une descente dans les locaux du quartier 6 le samedi 1er février, brutalisant les prisonniers avec des matraques et d'autres outils. Ils ont ensuite expédié les prisonniers, dehors, dans le froid et sous la neige.

Mohammad Ameri a été durement touché par les matraques lors du raid des gardes. Il est tombé au sol et a fait une hémorragie cérébrale. Malgré son état, les gardes ont continué à le frapper avec des matraques alors qu'il était étendu par terre. Il a finalement perdu la vie dans le froid glacial, en raison de l'inaction des autorités pénitentiaires qui ont délibérément ignoré son état physique alarmant.

Les détenus du quartier 6 de la prison de Gohardasht ont organisé une vaste manifestation à l’intérieur de leur quartier après la mort de Mohammad Ameri.

Au cours des dernières semaines, les gardes spéciaux de la prison de Gohardasht ont attaqué les quartiers 1, 3, 5 et 6 pendant la nuit pendant que les prisonniers dormaient. Ils réveillent impitoyablement les prisonniers et commencent à les battre et à les insulter. Si un prisonnier proteste, ils lui attachent les mains et les pieds, le battent, l'emmènent dans une cellule d'isolement et l'abandonnent alors qu'il est blessé.

Le raid nocturne du samedi 1er février aurait été ordonné par Allah Karam Azizi, le directeur de la prison de Rajaï Chahr.

Allah Karam Azizi est bien connu pour sa brutalité envers les prisonniers. Dans les prisons de Darab et Kazerun situées dans la province de Fars, où il se trouvait avant d’arriver à Rajaï Chahr, il n’hésitait pas à tuer, torturer, mutiler les détenus. C’est le chef de la magistrature du régime des mollahs, Ebrahim Raisi, qui l’a nommé directeur de la prison de Gohardasht à Karaj.

Source : Iran HRM