Pin It

Farzad Kamangir iranCSDHI - Près de trois mois depuis les manifestations nationales de novembre 2019 à Téhéran, l'identité d'une autre victime, un citoyen kurde, a été établie.

Farzad Kamangir, 20 ans, de Sanandaj, a été directement abattu par les forces armées et il est décédé. (Hengaw - 16 février 2020)

Concernant le nombre de personnes tuées lors des manifestations de novembre 2019, Hassan Rouhani a déclaré : « En ce qui concerne le nombre de personnes tuées, le bureau du coroner le sait et peut l'annoncer. Cela ne pose aucun problème. »

En réponse à une question concernant les victimes de ces manifestations, posée lors de sa conférence de presse, le président a déclaré : « En ce qui concerne les événements de novembre, les médias étrangers ont exagéré. Ils en ont annoncé un nombre et en ont ajouté une centaine chaque jour. Ce n'est pas correct. »

M. Rouhani a ajouté : « Quant au nombre de personnes tuées, le bureau du coroner dispose de ce chiffre et peut l'annoncer. Il n'y a aucun problème avec cela. Mais le nombre réel est très différent de ce qui est annoncé par les médias. » (Site Web officiel Aftab - 16 février 2020)

Fereydoon Sh. est l'un des détenus des récentes manifestations de novembre 2019 qui a perdu la vie (alors qu'il était en détention). On prétend qu'il a été battu et qu'il est mort de l'hémorragie qui s'en est suivie.

Fereydoon a été arrêté le 17 novembre 2020 par les Forces de sécurité de l’Etat (SSF) à Chiraz et a été transféré au centre de détention de la protection des renseignements des SSF.

Une personne proche de lui a déclaré : « Sa famille n'avait aucune nouvelle de lui. Ils avaient fait appel à plusieurs reprises aux organes de sécurité mais n'avaient reçu aucune réponse, ni sur sa détention ni sur son statut... Au bout de 25 jours, un de leurs proches ayant servi dans les SSF a informé son père... pourtant ils n'ont pas été autorisés à lui rendre visite. »

Comme le dit la source : « Le 24 décembre, il a été transféré de nuit à l'hôpital pour des saignements graves et il a été hospitalisé pendant six jours. Après quelques jours, ils ont convoqué son père de 71 ans et lui ont annoncé : « Malheureusement, votre fils a été frappé avec une lame et a perdu la vie après avoir été hospitalisé pendant quelques jours. »

Son corps a été remis à sa famille après une journée et des agents en civil étaient présents à ses funérailles.

Sa famille est dans une situation financière désastreuse et elle a été menacée afin de garder le silence (à propos de tout cela). » (Iran Human Rights - 20 février 2020)