Pin It

Zahedan prison iranCSDHI - Les autorités iraniennes ont exécuté un prisonnier politique balouche, le 23 avril 2020, à Zahedan, dans le sud-est de l'Iran.

Abdulvaset Dahani, 30 ans, accusé de moharebeh (inimitié envers Dieu) a été pendu, vendredi 23 avril, à la prison de Zhedan. Il était dans le couloir de la mort depuis quatre ans.

Sa famille a été autorisée à se rendre à la prison mercredi pour une dernière visite.

Abdulvaset Dahani a été arrêté en juin 2016 et condamné à mort par la suite pour « moharebeh (inimitié envers Dieu) »

La peine a été prononcée par la chambre 1 du tribunal révolutionnaire de Zahedan.

L'exécution a eu lieu malgré le fait que le prisonnier avait précédemment déclaré qu'il avait été torturé pour faire de faux aveux.

Dans une lettre ouverte, Abdulvaset Dahani a écrit : « Moi, Abdulvaset Dahani, je suis détenu à la prison centrale de Zahedan, accusé de collaboration avec des groupes anti-régime. J'ai été arrêté par les forces du renseignement et de la sécurité et emmené au département d'enquête criminelle de Zahedan où j'ai été gravement torturé. Ils m'ont attaché les mains et m'ont pendu au plafond. Ils m'ont soumis à la torture du « poulet grillé ». Ils ont frappé la plante des pieds avec un câble brûlé avec des briquets atomiques. Ils ont arrêté ma famille et m'ont menacé pour que je me confesse et accepte tout ce qu'ils disaient. Je ne pouvais plus supporter toutes ces tortures, j'ai été forcé de faire de faux aveux, et maintenant je suis condamné à mort devant le tribunal, pour de fausses accusations. »

Les membres des minorités ethniques ou religieuses en Iran qui critiquent le régime sont durement traités par les autorités.

En outre, le régime a une longue histoire documentée de contrainte des détenus à faire de faux aveux.

Amnesty International a récemment publié son compte-rendu annuel sur la peine de mort, soulignant que bien qu'il y ait eu une baisse du nombre total d'exécutions dans le monde, l'Iran est resté le deuxième bourreau le plus prolifique du monde après la Chine.

Le porte-parole de la politique étrangère de l'Union européenne a publié le 21 avril une déclaration décrivant l'exécution de Shayan Saeedpour en violation des lois internationales sur les droits de l'homme.

« Les condamnations à mort et les exécutions de délinquants mineurs sont incompatibles avec les obligations internationales de l'Iran en vertu du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et de la Convention relative aux droits de l'enfant.

« L'Union européenne réaffirme qu'elle est fermement opposée à l'application de la peine capitale en toutes circonstances. Nous continuerons à œuvrer en faveur de son abolition dans les quelques pays, dont l'Iran, qui l'appliquent encore.

« La peine de mort viole le droit inaliénable à la vie inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l'homme et constitue le châtiment cruel, inhumain et dégradant par excellence. La peine capitale n'a pas non plus d'effet dissuasif sur la criminalité. Toute erreur judiciaire est irréversible. »

Source : Iran HRM