Pin It

peine de mort iranCSDHI - Au moment de la publication de cet article, l’exécution de Keyvanullah n’a été ni annoncée ni reconnue par des responsables du régime des mollahs ou des médias officiels en Iran. 

Un prisonnier condamné à la rétribution (exécution) pour « meurtre avec préméditation » a été exécuté à la prison centrale de Sanandaj.

Selon l'IHR, la condamnation à mort d'un prisonnier a été exécutée à la prison centrale de Sanandaj le lundi 27 avril 2020. L'identité du prisonnier, qui a été condamné à la peine capitale pour « meurtre avec préméditation », a été établie comme étant Keyvanullah Moradi, 28 ans.

Selon le Réseau des droits de l'homme du Kurdistan, Keyvanullah Moradi était le père d'un enfant de 6 ans, il était originaire du village de Bulbalabad à Dehgolan. Il a été transféré de la prison de Qorveh à la prison centrale de Sanandaj, l'année dernière.

S'adressant à Hengaw, qui a publié les premières informations, l'épouse de Keyvanullah Moradi a confirmé la nouvelle de son exécution. Elle a déclaré au site Internet des droits de l'homme que Keyvanullah avait été arrêté pour avoir tué un citoyen de Qorveh lors d'un combat de rue il y a cinq ans et condamné à mort par le tribunal pénal de Sanandaj.

Au moment de la publication de cet article, l’exécution de Keyvanullah n’a été ni annoncée ni reconnue par des responsables du régime ou des médias en Iran.

Il est à noter que du 3 au 5 mai, trois prisonniers ont été exécutés dans la même prison. Alors que le nombre d'exécutions diminue généralement pendant le Ramadan, les chiffres se sont intensifiés ces derniers jours. En outre, la propagation de COVID-19 signifie que les familles des personnes exécutées ne pourront pas organiser de funérailles pour pleurer leurs proches.

Selon le compte-rendu annuel d'Iran Human Rights, au moins 225 des 280 personnes exécutées en 2019 ont été accusées de « meurtre avec préméditation ». Comme il n'y a pas de distinction juridique entre le meurtre et l'homicide involontaire, qu'il soit volontaire ou involontaire en Iran, les personnes accusées de « meurtre avec préméditation » seront condamnées à la peine de mort, indépendamment de l'intention (mens rea) et des circonstances.

Source : IHR