Pin It

exécution iranCSDHI - Tôt le matin du 18 juin 2018, le régime en Iran a procédé à l'exécution de Mohammad Salas Babajani, un derviche gonabadi, refermant le dernier chapitre de sa vie.

C'est du moins ce qu'il semblait. Jusqu'à présent, conformément à l'état de droit, les personnes décédées ne pouvaient pas être jugées. Mais il semble que cette proposition ne soit plus valable. Avec un nouveau procès qui s’ouvre maintenant près de deux ans après l’exécution de Babajani, il est clair que si le pouvoir judiciaire en Iran le veut, même les morts peuvent être jugés.

Salas Babajani aurait tué trois policiers en les écrasant avec un bus et en blessant plusieurs autres lors d'un violent affrontement entre la police de Téhéran et les soufis Gonabadi, le 19 février 2018. Les blessés auraient maintenant déposé une plainte contre lui, demander des dommages et intérêts. Selon l'avocate de Salas Babajani, Zeinab Taheri, le procès en réponse à cette plainte a eu lieu le samedi 16 mai. Si le tribunal donne raison au défendeur, les dommages-intérêts seront payés "sur les fonds publics" car le défendeur est "inévitablement absent" et sa famille n'a pas les moyens de payer.

En fait, un bref rappel des événements survenus entre le lundi 19 février 2018, date de l'arrestation de Salas Babajani, et le 18 juin de la même année, date de son exécution, montre que, aussi étrange et inhabituel que puisse paraître son procès posthume, il s'agit de l'issue logique dans le cas d'un homme qui a été choisi pour être tué, sans le savoir.

Le soir du 19 février 2018, celui de Salas Babajani est le premier nom signalé parmi plusieurs victimes et personnes arrêtées lors des affrontements. Le rapport de son arrestation a été tweeté pour la première fois à 18h47 la même nuit. Treize minutes plus tard, à 19h, la chaîne de télégrammes de Majzooban Noor, un site web géré par les soufis Gonabadi, a confirmé que Babajani avait été sévèrement battu et arrêté.

Sur la base de ce qui précède, il peut être déterminé que Salas Babajani a été arrêté avant 18h30. Dans un message audio du 23 mai, Salas Babajani lui-même a déclaré qu'il avait été arrêté alors qu'il faisait encore jour.

Mauvaise heure, mauvais bus

Une copie de l'acte d'accusation contre Salas Babajani a été publiée sur les médias sociaux. Elle indique que le bus s'est dirigé vers les policiers à 18 heures, alors qu'il faisait encore jour. Mais l'heure indiquée dans le verdict n'est pas étayée par les preuves disponibles et il semble qu'elle ait été délibérément changée pour correspondre à l'heure réelle de l'arrestation de Salas Babajani.

Le 19 février, le ciel de Téhéran s'obscurcit à 19 heures. Et sur la vidéo mise en ligne qui montre le bus écrasant les policiers, il fait déjà complètement nuit. En d'autres termes, la vidéo a dû être enregistrée après 19 heures. Nous savons, grâce au tweet posté à 18h47, que Salas Babajani a été arrêté avant 18h30, alors qu'il ne faisait pas encore nuit. Naturellement, il ne pouvait pas conduire le bus qui a écrasé des policiers après 19 heures, alors qu'il faisait nuit.

Ce n'est pas la seule preuve qui indique que Salas Babajani était innocent. D'après des vidéos mises en ligne dès le moment de l'attaque, et une autre vidéo du bus criblé de balles publiée sur les médias sociaux le même jour, le bus était une vieille Mercedes fabriquée par Iran Khodro et l'acte d'accusation donne son immatriculation 87E679. Mais le bus que Salas Babajani conduisait et où il dormait la nuit était un Scania suédois, assemblé en Iran par Shahab Khodro, avec une plaque d'immatriculation différente de celle citée dans l'acte d'accusation.

De plus, une vidéo du bus utilisé pour attaquer les policiers montre un véhicule criblé de balles. Si Salas Babajani était au volant de ce bus, soit il aurait été tué, soit son corps et son visage auraient au moins montré des blessures par balles. Mais le Salas Babajani qui a été appréhendé n'avait pas de telles blessures.

Dans un appel contre le verdict de la cour préliminaire, l'avocate de Salas Babajani, Zeinab Taheri, a cité d'autres aspects de l'affaire où les procédures régulières ont été contournées. Par exemple, a-t-elle déclaré, aucune empreinte digitale n'a été relevée sur le volant, le levier de vitesse ou tout autre endroit à l'intérieur du bus qui aurait pu prouver l'identité du conducteur. En outre, ajoute Taheri, la reconstitution du crime a été effectuée de manière « ridicule », sans la présence de l'accusé ou de son avocat et dans les bureaux de l'unité d'enquête de la police, et non sur la scène du crime.

Malgré tout, la nuit même où les affrontements ont eu lieu, une vidéo de Salas Babajani avouant a été diffusée. La vidéo montre Babajani sur un lit d'hôpital, avec des bandages sur la tête, à la suite des coups qu'il avait reçus de la police, « avouant » qu'il avait écrasé les policiers avec son bus. Mais c'était une vidéo trafiquée. Dès le début, alors que Salas Babajani parle des affrontements, la vidéo est visiblement coupée trois fois. Il y a sept coupures au total, avec d'autres vidéos superposées aux images de Salas Babajani en train de parler. Cette vidéo prouve bien sûr une chose : le régime iranien n'a plus aucun scrupule à extorquer des aveux à des personnes blessées sur un lit d'hôpital. Dans ce cas, après la diffusion des aveux, la justice n'a pas perdu de temps pour le juger.

Salas Babajani a été inculpé en moins d'une semaine, et il a été jugé et condamné à mort dans un délai très court. Le 20 février 2018, il a été transféré au tribunal et a été informé des accusations portées contre lui. La première séance de son procès s'est tenue le 11 mars et il a été défendu par un avocat commis d'office. Salas Babajani a accepté les accusations portées contre lui mais a nié qu'elles aient été préméditées. La deuxième session du procès a eu lieu le 12 mars et la troisième et dernière session le 18 mars. Lors de cette dernière session, Salas Babajani a nié toutes les accusations et a déclaré qu'il avait été forcé d'avouer sous la torture. Malgré cela, le 19 mars, il a été condamné à mort et le 18 mai 2018, le verdict a été confirmé. Dix jours plus tard, le 29 mars, sa demande de réouverture du dossier a été acceptée et elle a été envoyée à la section 35 de la cour suprême d'Iran. Plus tard, Zeinab Taheri a rapporté que la cour suprême avait rejeté la demande.

Condamné avant un verdict

Dans presque tous les comptes-rendus des trois sessions du procès de Salas Babajani publiés par les médias iraniens, et dans toutes les interviews des responsables du gouvernement, de la police et de la justice, Salas Babajani a été qualifié de « meurtrier » et non de « meurtrier présumé » ou d’ « accusé » : ce qui signifie que les médias et les responsables de la République islamique avaient anticipé l'issue du procès avant qu'un verdict ne soit rendu.

Après la publication du verdict, Salas Babajani semble s'être suffisamment remis du choc pour nier ce qu'il avait dit précédemment au tribunal, et a fourni un récit très différent de ce qui s'était passé dans la nuit du 19 février. Il a déclaré qu'il avait été brutalement battu et qu’il avaie eu pas moins de 17 fractures à la tête. Lorsqu'il a repris conscience à l'hôpital à minuit, a-t-il dit, une personne dont il a appris plus tard qu'elle était le juge d'instruction lui a dit qu'il avait écrasé et tué trois personnes avec le bus. Salas Babajani lui a dit qu'il ne se souvenait de rien, mais que s'ils ont dit qu'il avait tué trois personnes, alors il avait dû le faire. Salas Babajani a également déclaré qu'après la deuxième session de son procès, il avait été battu à nouveau, et que ses doigts avaient été cassés parce que, contrairement aux instructions, il avait dit qu'il ne se souvenait de rien.

Mais rien n'a été dit et aucune preuve n'a empêché la pendaison de Salas Babajani. Même la façon dont il a été exécuté était inhabituelle. Citant les témoignages des détenus et des gardiens de la prison de Rajaï Chahr, le militant des droits humains, Behrouz Javid Tehrani, a annoncé que Babajani avait été exécuté non pas là où se trouve la potence, mais à l'intérieur d'un hangar de la prison. « Il est resté dans une cellule pendant quatre jours », a-t-il déclaré. « A 14 heures aujourd'hui, ils l'ont emmené pour le pendre. Il souriait et récitait des poèmes jusqu'au moment où il a été pendu. Ils l'ont tiré un peu vers le haut avec une grue, puis Bagheri, le commandant des gardiens de la prison, lui a donné un coup de pied dans le tabouret. Ils l'ont sorti de sa cellule à 14h et l'ont pendu à 16h ».

Un jour après l'exécution de Salas Babajani, son avocate Zeinab Taheri a été accusée par la justice de mensonge, de « diffusion de mensonges » et de « propagande contre le régime » après avoir annoncé qu'elle avait des preuves de l'innocence de son client et qu'elle les publierait. Taheri a été convoquée devant la branche 2 du tribunal de la culture et des médias et elle y a été arrêtée. Dans une interview accordée le 8 août 2018, Taheri a déclaré qu'elle avait été libérée deux semaines plus tard. Selon l'agence de presse Tasnim, son dossier avait été envoyé devant la branche 26 du tribunal révolutionnaire et elle avait été libérée sous caution.

Aujourd'hui, près de deux ans après son exécution, Salas Babajani est à nouveau jugé pour les dommages infligés à sept personnes pour avoir "délibérément causé des blessures en les attaquant avec le bus".

Ceux qui ont suivi son procès se souviennent bien de l'échange suivant :

Le juge : "Vous avez dit que vous vouliez être exécuté. Pourquoi ?

Salas Babajani : "Parce que je suis fatigué de souffrir, d'être torturé, d'avoir les mains liées... J'en ai assez d'être battu, monsieur !"

Source : IranWire