Pin It

protestations iranCSDHI - L’un des problèmes auxquels le régime iranien est confronté quotidiennement est le sort et le nombre de personnes tuées lors des manifestations de novembre 2019.

Depuis lors, le régime tente de cacher la vérité et le nombre réel de personnes qui ont été tuées, pour la plupart, par les gardiens de la révolution (les pasdarans) du régime. Même le nombre de personnes qui ont été arrêtées n'est pas clair.

Le groupe d'opposition iranien NCRI a annoncé que 1500 manifestants ont été tués et plus de 12000 personnes ont été arrêtées. Mais dans le régime clérical iranien, il est très difficile d'obtenir les véritables informations. Dans un pays où la liberté d'expression est extrêmement opprimée, il est très difficile de l'obtenir. Ceux qui ont fait sortir la vérité du pays sont traqués et risquent de perdre la vie, sinon le régime détruit toute leur existence et leurs familles.

Mais avec tout cela, le régime ne peut pas échapper aux conséquences et au nombre de tués, qui le suivent comme un cauchemar, et il est confronté quotidiennement à la frustration et à la colère du peuple, en particulier des familles des tués qui attendent des réponses de la part du régime.

En réponse aux conséquences des tueries de novembre pour Ali Motahari, le ministre de l'intérieur du régime, Abdolreza Rahmani Fazli, a annoncé dans une lettre au Parlement le 18 mai :

« Les événements de novembre sont une question nationale et intersectorielle selon laquelle chacun des organismes responsables sera responsable de ses actions en fonction de son devoir inhérent. Les actions du ministère de l'intérieur à cet égard sont entièrement basées sur la loi et les documents des autorités officielles, et la réclamation de Motahari nécessite des documents, sinon nous devrons engager des poursuites judiciaires. »

Le 3 mai, Ali Motahari a révélé au parlement du régime que le projet de mise en accusation du ministre de l'intérieur Rahmani Fazli au parlement du régime en relation avec le massacre de novembre avait été arrêté délibérément et sur ordre de hauts responsables, en référence à Khamenei :

Ali Motahari au parlement du régime :

« Vous voyez, nous avons soulevé la question de la destitution du ministre de l'intérieur en novembre et décembre (2019). Le ministre de l'intérieur a été le principal responsable des événements de novembre et de ce massacre qui a malheureusement fait de nombreuses victimes. Maintenant, écoutez, ils nous ont dit qu'en fin de compte, la situation n'est pas appropriée maintenant ».

A ce sujet, le compte Twitter persan du Département d'Etat américain a écrit :

« Six mois se sont écoulés depuis que le régime a ouvert le feu sur les manifestants dans les rues et les marécages, traînant des hommes et des femmes hors de leurs maisons et tuant des dizaines d'enfants. Aujourd'hui, nous mentionnons Ali Ghazlavi, qui n'avait que 12 ans, Amir Reza Abdollahi, 13 ans, Armin Ghaderi, 15 ans, et Nikta Esfandani, 14 ans.

« Il y en a beaucoup d'autres qui n'ont jamais eu la possibilité de réaliser leurs rêves jusqu'à ce que l'IRGC mette fin à leurs jours. Bien que M. Rouhani ait promis de publier les statistiques des Iraniens tués par les pasdarans, il n'est pas surprenant que cette promesse n'ait été qu'un mensonge.

« Les amis et les familles des victimes attendent des réponses dans les provinces de Kermanshah, Fars, Khouzistan, Khorasan, Markazi, et dans d'autres provinces. Khamenei, quand direz-vous la vérité ? »

Un avocat du nom d'Ahmadi a écrit dans le quotidien Arman du 19 mai : « La situation est telle que ce feu, caché sous les cendres, risque de s'enflammer chaque fois que possible. Les événements de novembre 2019 ne seront pas effacés de la mémoire à long terme du peuple iranien. Plus ce phénomène sera négatif et plus les autorités ne prendront pas de mesures pour clarifier et résoudre les ambiguïtés, plus des questions se poseront dans les esprits ».

Le même jour, dans un autre article, Arman écrivait : « Du nombre de victimes au comportement avec les survivants des événements de novembre 2019, il y a plusieurs questions. L'important est que les questions de novembre (les événements) sont devenues des questions à long terme, et tant qu'il n'y aura pas de réponses raisonnables à ces questions, elles seront soulevées dans la mémoire à long terme de la société iranienne ».

Source : INU