Pin It

Hedayat Abdollahpour iranCSDHI - Image non datée de l'activiste kurde iranien, Hedayat Abdollahpour, dont la famille a déclaré avoir reçu un appel téléphonique des autorités iraniennes les informant de son exécution dans la ville d'Oshnavieh, au nord-ouest, autour de la date du 21 mai 2020. 

L'Iran n'a pas confirmé l'apparente exécution récente d'un militant kurde, dernier exemple en date de sa vieille pratique consistant à exécuter secrètement des dissidents issus de minorités ethniques.

Le frère du militant kurde Hedayat Abdollahpour, Farhad, a déclaré à VOA Persian que leur père avait reçu un appel le 10 juin d'un responsable qui affirmait que Hedayat avait été exécuté le 21 mai ou aux alentours de cette date dans la ville d'Oshnavieh, au nord-ouest du pays.

Farhad Abdollahpour, qui est basé dans le Kurdistan irakien voisin, a rapporté que l'appel disait que son frère Hedayat avait été transféré à Oshnavieh pour être exécuté depuis une prison d'Urmia, une autre ville du nord-ouest de l'Iran où le dissident était dans le couloir de la mort depuis 2017. Il a dit à VOA Persian que les deux avocats de son frère n'avaient toujours pas reçu de confirmation écrite des autorités judiciaires iraniennes de l'exécution apparente à la date de vendredi.

La loi iranienne exige que le gouvernement notifie aux avocats l'exécution prévue de leur client 48 heures à l'avance et qu'il accorde aux familles le droit de rendre visite à leur parent condamné pour la dernière fois. Il semble que les autorités iraniennes n'aient pas respecté la loi dans le cas de Hedayat Abdollahpour.

Abdollahpour a été arrêté en août 2016 pour sa participation présumée à une bataille entre le Corps des gardiens de la révolution islamique (les pasdarans) et les rebelles du Parti démocratique kurde d'Iran (KDPI) le 14 juin de la même année. Il a été accusé d'être membre du KDPI et condamné à mort en 2017 après ce que l'organisation britannique Amnesty International (AI) a qualifié de procès « grossièrement inéquitable. »

Selon Amnesty International et la famille d'Abdollahpour, le dissident a toujours nié toute implication dans le KDPI ou dans sa bataille de 2016 avec le Corps des gardiens de la révolution islamique (les pasdarans). Ils ont également déclaré qu'il avait perdu l'audition d'une oreille à cause d'apparentes tortures après son arrestation et qu'il s'était rétracté au tribunal après avoir fait des aveux sous la contrainte.

Autre indication qu'Abdollahpour a récemment été exécuté sans annonce officielle, un site d'information kurde approuvé par le gouvernement iranien, AkamNews.com, a publié des informations, dimanche, citant un responsable de la sécurité non nommé qui aurait dit que le dissident avait été pendu pendant le mois persan de Khordad, qui va du 21 mai au 20 juin.

Aucun des deux avocats d'Abdollahpour, Maziar Tataei et Osman Mazayyan, n'a répondu aux demandes de commentaires de VOA Persian sur l'affaire.

Hossein Ahmadiniaz, un troisième avocat iranien, qui a représenté Abdollahpour dans le passé et qui vit en exil aux Pays-Bas depuis 2018, a déclaré à VOA Persian que ses deux collègues ont peu parlé publiquement de l'affaire en raison des pressions exercées par le gouvernement. L'Iran a emprisonné plusieurs avocats ces dernières années, les accusant d'infractions à la sécurité nationale pour avoir défendu pacifiquement des militants tout aussi pacifiques.

« Nous savons que l'exécution d'Abdollahpour a eu lieu, mais nous ne pouvons pas l’annoncer légalement et officiellement », a déclaré M. Ahmadiniaz.

Selon les groupes de défense des droits, l'Iran a l'habitude d'exécuter secrètement des dissidents kurdes et d'autres minorités ethniques et de refuser de révéler l'emplacement des tombes des dissidents après avoir informé leurs familles des exécutions.

Ahmadiniaz a déclaré que ce qui rendait l'exécution apparente d'Abdollahpour inhabituelle est qu'il n'y a eu aucune confirmation du gouvernement pendant presque un mois après qu'elle se serait produite. Il a cité un cas précédent dans lequel il avait représenté Ramin Hossein Panahi, un militant kurde exécuté secrètement par le gouvernement en septembre 2018. L'avocat a déclaré que la justice iranienne, à son insistance, avait ensuite publié une déclaration sur l'exécution de Panahi et autorisé les proches à voir brièvement le corps du dissident avant de l'enterrer dans un site non divulgué.

Dans une déclaration du 11 juin, AI a appelé l'Iran à clarifier de toute urgence ce qui est arrivé à Abdollahpour et a accusé Téhéran d'avoir commis un crime de disparition forcée en violation du droit international.

Le père d’Abdollahpour, Abubakar, a envoyé lundi un message vocal à Iran Human Rights, un groupe basé à Oslo, pour demander des informations sur le dissident au chef de la justice iranienne, Ebrahim Raisi.

« Honte à vous. Si vous avez exécuté mon enfant, rendez-moi son corps. Mettez l'Islam de côté et soyez humain », a-t-il déclaré.

Le frère d’Abdollahpour, Farhad, s’adressant à VOA, a juré que la famille ne reconnaîtra pas que le militant a été exécuté jusqu’à ce qu’une annonce du gouvernement soit faite.

Source : VOA