Pin It

Hedayat Abdullahpour iranCSDHI - Une photo du prisonnier politique kurde Hedayat Abdullahpour, tué par un peloton d'exécution le 11 mai, tenant une pancarte sur laquelle on peut lire « Je paierai de ma vie le prix de la liberté afin que les gens de mon pays qui aiment la liberté se souviennent de moi. »

Quarante-quatre jours après l'exécution du prisonnier politique kurde, Hedayat Abdullahpour, sa famille a appris qu'il avait été tué par un peloton d'exécution le 11 mai 2020.

Sur la base d'un certificat de décès remis à la famille d'Hedayat Abdullahpour, ils ont confirmé aujourd'hui que son exécution a eu lieu dans une baraque de la ville d'Oshnavieh, dans le nord-ouest du pays.

Farhad Abdullahpour, le frère d'Hedayat, a confirmé la nouvelle et a déclaré que « le bureau des enregistrements d'Oshnavieh a émis un certificat de décès pour Hedayat Abdullahpour, selon lequel Hedayat a été exécuté le 11 mai. »

Le certificat de décès indique que la cause du décès résulte d’une « collision d'un objet dur ou d'une balle ».

Le prisonnier politique kurde qui était dans le couloir de la mort à la prison centrale d'Oroumieh, dans la province de l'Azerbaïdjan occidental, depuis 2017, a été transféré dans un lieu non déclaré le 9 mai 2020.

Sa famille a cherché à obtenir des informations sur ce qui lui était arrivé et sur le lieu où il se trouvait auprès de diverses entités officielles. Cependant, les autorités iraniennes ont refusé de leur fournir des informations.

Le 12 mai, le procureur adjoint d'Oroumieh a dit à sa famille : « Quand le ministère du renseignement et les gardiens de la révolution ne vous disent pas où se trouve votre parent, vous feriez mieux de vous adresser au cimetière. »

Le 10 juin, le chef du Centre pour l'application des peines de la ville d'Oroumieh, dans la province iranienne de l'Azerbaïdjan occidental, a dit à sa famille qu'il avait été exécuté il y a trois semaines.
Lorsque la famille a demandé pourquoi elle n'avait pas été informée à l'avance, le responsable a affirmé qu'il n'était pas autorisé à fournir d'autres informations. Il a ajouté que l'exécution avait été effectuée à la suite d’ « un ordre venu d'en haut », en référence apparente aux gardiens de la révolution (les pasdarans) qui supervisaient l'affaire.

A ce jour, les autorités refusent toujours de révéler l'emplacement de la tombe du dissident.

Plaidant auprès du chef de la justice iranienne Ebrahim Raisi pour obtenir des informations sur le dissident, son père, Abubakar, a déclaré dans un message vocal le 15 juin : « Honte à vous. Si vous avez exécuté mon enfant, rendez-nous son corps. Mettez l'Islam de côté et soyez humain. »

Hedayat Abdollahpour a été arrêté avec des dizaines d'autres personnes le 15 juin 2016 après un affrontement dans son village de Qarah Soqol à Oshnavieh.

L'affrontement opposait les rebelles du Parti démocratique kurde d'Iran (PDKI) et le Corps des gardiens de la révolution islamique (les pasdarans), avec des victimes des deux côtés. Les personnes arrêtées étaient soupçonnées de soutenir le groupe kurde.

Abdollahpour a été accusé d'être un membre du KDPI et condamné à mort en 2017 après ce que le groupe de défense des droits de l'homme Amnesty International a qualifié de procès « manifestement inéquitable. »

Le dissident a toujours nié toute implication avec le KDPI ou dans sa bataille de 2016 avec les pasdarans. Sa famille a déclaré qu'il avait perdu l'ouïe d'une oreille à cause d'apparentes tortures après son arrestation et il s’était rétracté devant le tribunal sur des aveux qu'il avait faits sous la torture.

Source : Iran HRM