Pin It

exécution iranCSDHI - Selon le département des statistiques d'Iran Human Rights, au cours des six premiers mois de 2020, 123 exécutions ont été enregistrées dans différentes parties de l'Iran.

Cela montre un taux de croissance de plus de 10 % par rapport à la même période en 2019.

Au moins 123 personnes ont été exécutées dans différentes parties de l'Iran au cours des six premiers mois de 2020. Une des exécutions enregistrées a été effectuée en public et une autre a été mise en oeuvre par un peloton d'exécution devant un certain nombre de civils en prison. Parmi les exécutions, seules 36 ont été annoncées par les médias et les responsables locaux.

Parmi les personnes exécutées au cours des six premiers mois de 2020, 104 personnes ont été exécutées pour « meurtre avec préméditation », 7 pour des « infractions liées à la drogue », 5 pour « viol » et 4 pour « moharebeh » (inimitié contre Dieu), dont une pour avoir eu des liens avec des partis d'opposition, et trois pour des motifs inconnus.

Deux prisonniers reconnus coupables de « meurtre avec préméditation » ont été condamnés à une rétribution en nature ou Loi du Talion (exécution) alors qu'ils étaient âgés de moins de 18 ans au moment de leur arrestation. Un enfant condamné dans le couloir de la mort a également été tué après avoir été battu par des agents de la sécurité de la prison, ce qui n'a pas été inclus dans les taux d'exécution.

Dans un geste sans précédent depuis les années 1980, Hedayat Abdollahpour, l'un des prisonniers condamnés à mort pour « moharebeh », a été exécuté par un peloton d'exécution devant des personnes qui auraient été les plaignants dans cette affaire. Dans une lettre officielle obtenue par l'IHR, les greffiers ont confirmé que Hedayat Abdollahpour était mort à la suite de « collisions avec des objets durs ou tranchants » à Oshnavieh.

Parmi les exécutions, seules 36 ont été rapportées par les médias ou les responsables locaux, les 87 autres ont été effectuées en secret et confirmées par des sources d'Iran Human Rights à l'intérieur du pays.

Il est important de souligner que l'IHR enregistre uniquement les exécutions non déclarées après qu’elles ont été vérifiées indépendamment par deux sources crédibles et non liées. Ainsi, le nombre réel d’exécutions pourrait être beaucoup plus élevé que les chiffres déjà rapportés.

Source : IHR