Pin It

exécution iranCSDHI - Depuis le début du mois de juillet 2020, et plus précisément en une semaine, le régime d’Iran a exécuté 8 prisonniers.

Trois exécutions à la prison de Rajaï Chahr

Le mercredi 1er juillet 2020, au moins trois prisonniers ont été exécutés à la prison de RajaÏ Chahr à Karaj en Iran. Les trois hommes ont été emmenés samedi dernier dans un groupe de six personnes dans des cellules d'isolement pour être exécutés. Les trois prisonniers exécutés sont : Mostafa Mohammadi, Milad Kheradmand et Hossein Jalalvand. (Iran Human Rights – le 5 juillet 2020)

Une exécution à Mashahd

Les agences de presse officielles du régime ont rapporté qu'Ahmad F., 32 ans, a été pendu à l'aube du dimanche 5 juillet à la prison centrale de Mashhad. (Khorasan state-run Daily, Sobhe Mashhad state-run news website – 6 juillet 2020)

Exécution à la prison centrale de Mashhad

Un homme de 45 ans a été pendu le mercredi 8 juillet dernier, à l'aube. Les quotidiens officiels l'ont identifié comme étant Javad A. (quotidien officieldu Khorasan – le 9 juillet 2020)

Un homme exécuté pour avoir bu de l'alcool

Le mercredi 8 juillet 2020, un détenu a été exécuté à la prison centrale de Mashhad pour avoir bu de l'alcool. Selon son avocat, Hossein Habibi Shahri a déclaré : « Mon client a été arrêté en 2018 ou 2019. Il a été condamné pour la sixième fois pour avoir bu des boissons alcoolisées. Il avait également conduit sans permis et avait stocké des boissons alcoolisées. » (Iran Human Rights, Militants des droits de l'homme en Iran – le 9 juillet 2020)

Exécution à Chiraz

Le mardi 7 juillet 2020, Amir Abbas Salehi, 36 ans, a été pendu à la prison centrale de Chiraz. (Iran Human Rights, Militants des droits de l'homme en Iran – le 9 juillet 2020)

Un prisonnier exécuté à Gorgan

A l'aube du mercredi 8 juillet 2020, un prisonnier a été pendu à la prison de Gorgan. Ce détenu, Baset Seyyedi, 43 ans, était marié et avait trois enfants. Ils l'ont exécuté alors qu'il avait présenté des symptômes du coronavirus, il y a quelques jours à peine. (Activistes des droits humains en Iran – le 9 juillet 2020)