Pin It

prison mashad iranCSDHI - Le 9 juillet, IHR a publié la nouvelle de l'exécution d'un homme qui avait été condamné à mort pour avoir bu de l'alcool pour la sixième fois, à la prison centrale de Mashhad, en Iran.

Les autorités iraniennes confirment qu'un homme a été exécuté pour avoir bu de l'alcool.

Il avait 51 ans et sa « repentance » avait été rejetée.

Le directeur d'Iran Human Rights (IHR), Mahmood Amiry-Moghaddam, a déclaré que c'était l'une des rares occasions où les autorités ont admis avoir procédé à une exécution pour consommation d'alcool au cours des 40 dernières années : « Si cette exécution n'est pas fermement condamnée par la communauté internationale, nous craignons d'assister à l'avenir à d'autres exécutions pour consommation d'alcool. »

Tout en confirmant qu'un homme de 51 ans identifié uniquement comme M.M avait été exécuté pour avoir bu de l'alcool pour la sixième fois, le site web du journal Khorasan a déclaré que son « repentir » n'avait pas été accepté.

La consommation d'alcool est considérée comme un délit de hadd, c'est-à-dire un délit pour lequel la punition est prescrite par les écritures saintes islamiques. La punition pour la consommation d'alcool est de 80 coups de fouet selon le code pénal islamique.

Selon l'article 136 du code pénal islamique de 2013, « lorsque quelqu'un commet la même infraction punie par le hadd trois fois, et chaque fois que la peine de hadd est exécutée sur lui, la peine de hadd à la quatrième occasion sera la peine de mort. »

Toutefois, l'article 13(c) du code de procédure pénale de 2013, ainsi que les articles 114 à 119 du code pénal islamique, confèrent aux juges le pouvoir d'acquitter l'accusé s'il se repent ou s'il demande l'amnistie au président de la cour suprême.

L’article de Khorasan affirme implicitement que la raison pour laquelle il a rejeté sa « repentance » était l’allégation de l’accusé selon laquelle il n’avait pas consommé d’alcool. L’article ajoute que « même si le condamné à mort avait de nombreuses autres accusations dans son casier judiciaire, y compris des stupéfiants, le casier judiciaire n’a pas joué un rôle important dans l’imposition de la peine de mort, qui était une punition de la charia ».

Le 9 juillet, IHR a publié la nouvelle de l'exécution d'un homme qui avait été condamné à mort pour avoir bu de l'alcool pour la sixième fois, dans la prison centrale de Mashhad. Le prisonnier a été exécuté le 8 juillet en présence de son avocat, Hossein Habibi-Shahri.

Source : IHR