Pin It

CSDHI - Dans une mesure inhumaine violant ouvertement les conventions internationales, le pouvoir irakien empêche depuis deux semaines sous divers prétextes, le transport des malades du camp Liberty dans les hôpitaux de Bagdad où ils doivent recevoir des soins ou subir des interventions chirurgicales déjà programmés.

Or un grand nombre de ces patients sont dans un état critique et certains, atteints du cancer, ont un besoin urgent de traitement. Selon le processus habituel les noms des malades ont été donnés plusieurs jours à l’avance à la MANUI et aux médecins irakiens du dispensaire du camp.

Le blocus médical inhumain d’Achraf puis de Liberty depuis cinq ans et demi a entrainé la mort lente dans la douleur de 20 malades et a rendu irréversibles les cas de nombreux autres patients. Il s’agit d’une torture physique des malades et d’une torture psychologique de l’ensemble des habitants ; cela revient à un crime contre l’humanité et les responsables doivent être traduits en justice.

La Résistance iranienne appelle le gouvernement américain et l’ONU qui se sont engagés à plusieurs reprises et par écrit à assurer la sécurité et la santé des habitants, à intervenir de toute urgence pour mettre fin à ce blocus inhumain.