Amin Alizadeh iranCSDHI - La famille d’Amin Alizadeh, un membre de la minorité religieuse des Derviches Gonabadi d’Iran qui a été arrêté à Téhéran le 29 juin, est maintenant tenue dans l’ignorance depuis 40 jours.

Amin Alizadeh a été arrêté au cours de l'incident du Golestan Haftom en février 2018. L'incident, qui porte le nom de la rue de Téhéran sur laquelle il a eu lieu, a éclaté lorsqu’une manifestation de plusieurs centaines de Derviches Gonabadi a violemment été réprimée par des policiers de la faction des Basij, des pasdarans devant la résidence de leur chef spirituel, Noor Ali Tabandeh.

La communauté derviche s’était rassemblée devant la résidence de Tabandeh pour empêcher sa détention éventuelle, car il aurait été placé en résidence surveillée par les autorités iraniennes.

Des centaines de derviches ont été battus, blessés et arrêtés lors de l’incident du Golestan Haftom. Une attaque similaire s'est produite le 24 janvier après une intervention des forces de sécurité dans la même rue, accentuant le sentiment de peur au sein de la communauté derviche.

Après leur arrestation en juin, Alizadeh et Moussavi ont été transférés à la prison d’Ilam dans la région kurde de l’Iran, située à plus de 400 miles à l’ouest de Téhéran. Selon les autorités de la prison d'Ilam, Alizadeh a été transféré par la suite à la prison de Damavand, qui est plus proche de Téhéran. Les autorités judiciaires de Damavand n’ont toutefois pas autorisé les visites ou les contacts entre Alizadeh et sa famille.

Bien que les autorités judiciaires iraniennes estiment qu'environ 300 personnes ont été arrêtées en relation avec le Golestan Haftom, Hrana a jusqu'ici publié les noms de 324 personnes arrêtées et estime que le nombre réel est considérablement plus élevé.

Source : Les droits de l’homme en Iran

 

0
0
0
s2sdefault

Recherche

Twitter