mère atena daemi iranCSDHI - La mère d’Atena Daemi : « La torture n’est pas seulement l’histoire de M. Bakhshi. C’est l’histoire de ma fille, aussi ».

À la suite des révélations sur la torture du militant syndical, Esmail Bakhshi, d’autres se sont associées au tollé général suscité par les exactions commises à l’encontre de détenus iraniens en détaillant leurs propres expériences de torture dans les prisons iraniennes. La mère de la militante des droits civils emprisonnée, Atena Daemi, s'est récemment entretenue avec le Centre pour les droits de l'homme en Iran (CDHI) à propos des violences dont sa fille a été victime.

« J'ai pleuré quand j'ai vu M. Bakhshi parler de sa torture. Cela m'a mise en colère », a déclaré Masoumeh Nemati au CDHI, le 7 janvier. « J’ai pensé que je devais aussi témoigner de l'enfer que nous avons traversé. Je devais faire savoir aux gens que ce n’est pas seulement l’histoire de M. Bakhshi. C’est aussi l’histoire de ma fille ».

Depuis novembre 2016, Daemi purge une peine de sept ans d'emprisonnement pour avoir rencontré les familles de prisonniers politiques, critiqué la République islamique sur Facebook et condamné les exécutions massives de prisonniers en Iran en 1988.

Rappelant le jour où le juge Mohammad Moghiseh a condamné sa fille, Nemati a déclaré : « Son père et moi n'étions pas autorisés à entrer dans le tribunal, nous étions donc derrière la porte d'entrée où j'ai entendu ce que M. Moghiseh a dit à ma fille.

« Il a traité ma jeune fille de prostituée et il lui a dit qu'elle ne se serait pas là si elle avait été une jeune fille saine. Il a dit à Atena qu'elle méritait la peine de mort et il l'a traitée de parasite social. Il a déclaré qu'il ne la condamnerait pas à mort pour moi mais qu'il la condamnait à la place à 14 ans de prison ». (Cette peine a ensuite été réduite à sept ans en appel.)

Nemati a ajouté : « C’est très difficile pour une mère d’entendre ces choses. Je me suis effondrée là. J'étais tellement mal que les greffiers m'ont apporté de l'eau. Je n’aurais pas autant souffert s’ils avaient battu Atena. Je ne pardonnerai jamais au juge. Il n'y a pas une nuit où je ne pense pas à ce qu'il a dit ».

« Le jour où ils sont venus arrêter ma fille, l'un des agents a confisqué une photo montrant Atena à côté de quelques personnes. L’agent a déclaré que la photo prouvait qu’Atena était une prostituée car elle n’avait pas tenu à distance des hommes sur la photo. À plusieurs reprises, les pasdarans de la section 2A dans la prison d'Evine m'ont dit que je n'avais pas élevé correctement ma fille et que je l'ai laissée faire ce qu'elle voulait et ne lui ai pas trouvé d'époux ».

La mère de Daemi a ajouté : « Atena a été placée en isolement pendant trois mois. Elle ne m'a jamais dit comment elle avait été torturée, mais j'ai entendu ses amis et ses soeurs dire que, lors de l'interrogatoire, des agents avaient menacé de nous tuer ainsi que ses soeurs dans un accident « organisé ». Ils ont dit qu'ils pourraient facilement tuer ses soeurs parce qu'ils savaient où elles travaillaient et dans quelle université elles allaient. Entendre ces choses pendant les interrogatoires est plus atroce et douloureux que la torture physique. Qu'a fait ma fille de 27 ans ? Ils essaient toujours de porter de fausses accusations contre elle ».

Décrivant l’agression dont elle et sa fille Hanieh ont été victimes devant la prison d'Evine en février 2018, Nemati a déclaré au CDHI : « A l'époque, Atena avait été traînée et battue lors de son transfert d'Evine à la prison de Gharchak (à Varamin, au sud de la capitale). Nous étions allées à Evine pour poser des questions sur sa situation. Le père d’Atena nous a déposés et il est allé garer la voiture.

« Quand nous sommes arrivés à la réception, nous avons vu la mère de Soheil Arabi qui était également venue pour avoir des nouvelles de son fils. Il a été très fréquenté. Les partisans de Mohammad Ali Taheri étaient également présents ».

« Soudainement, 10 à 15 agents nous ont attaqués avec des pistolets et des matraques. Ils nous ont ordonné d'entrer dans une camionnette. Je me suis tenue devant ma fille pour la protéger des décharges électriques et des coups de matraque. J'ai été sévèrement battue. J'essayais juste de m'assurer que rien n’arrive à Hanieh. Ensuite, les agents m'ont attrapée les pieds et m'ont jetée à l'intérieur du fourgon. Nous avons tous été emmenés dans un palais de justice où plusieurs hommes nous injuriaient sans cesse. »

Nemati a ajouté : « Les hommes ont dit que j'étais une femme adulte ; Je devrais être à la maison. N’ai-je pas un maître ? Étais-je lâche ? Ils ont dit tant de choses laides. Mes bras et mes jambes étaient meurtris et gonflés. Puis mon dos a commencé à me faire mal. Je n’ai pas pu quitter la maison pendant un mois et demi. Les médecins disent que j'ai besoin d'une opération du dos. Je suis sûre que mon problème a été causé par les coups que j'ai reçus ce jour-là et par tout le stress depuis. Ai-je mérité d'être traitée de cette façon ? Je suis une mère qui cherchait à avoir des nouvelles de sa fille ».

« Après l’agression, lorsque les autorités ont découvert que j'étais la mère d’Atena, j’ai été encouragée à porter plainte. Les autorités ont affirmé que les assaillants étaient des agents en civil qui agissaient de manière indépendante. Mais comment pouvaient-ils ne pas savoir ce que leurs propres agents faisaient ? J'ai demandé : « Allez-vous enquêter si je porte plainte ? Vous n’avez toujours rien fait des poursuites d’Atena, peu importe les miennes ».

Source : Le Centre pour les droits de l’homme en Iran

 

0
0
0
s2sdefault

Recherche

Twitter