Pin It

procès prisonniers politiques iranCSDHI - Le responsable du pouvoir judiciaire iranien, Sadeq Amoli Larijani, a affirmé qu’il n’y avait pas de prisonniers politiques en Iran.

Amoli Larijani a fait cette déclaration lundi 4 février lors d'une réunion avec de hauts responsables judiciaires à Téhéran, tout en annonçant que 50 000 prisonniers bénéficieraient d'une « amnistie » à l'occasion du 40ème anniversaire du régime iranien.

Selon les autorités judiciaires, il y avait plus de 200 000 prisonniers dans les prisons iraniennes en 2016 et 2017, soit trois fois plus que les capacités des prisons.

Amoli Larijani a critiqué les appels en faveur de la grâce de prisonniers politiques, affirmant que « nous n'avons actuellement pas de tels prisonniers ».

Lors de la réunion de lundi, il a déclaré que « porter atteinte à la sécurité est différent des infractions politiques définies dans la loi », ajoutant qu'il s'agit de deux infractions différentes et que des procédures juridiques différentes s'appliquent aux personnes accusées de telles infractions.

« Certaines personnes parlent de libérer des prisonniers politiques ou des dissidents pour marginaliser cette grande mesure. Aucun délinquant n’est considéré comme un prisonnier politique. Si quelqu'un agit contre la sécurité nationale, il s'agit d'une infraction pénale indépendante dont on doit s’occuper.

Les infractions politiques ont été définies dans la loi et leur gestion a ses propres procédures légales », a ajouté Larijani dans des commentaires transmis par l'agence de presse officielle ISNA.

Les organismes internationaux de surveillance des droits humains ont observé que la plupart des militants politiques en Iran étaient accusés d' « atteinte à la sécurité », peut-être parce que le gouvernement ne voulait pas être critiqué pour ses « prisonniers politiques ».

En réponse aux appels à la grâce des prisonniers politiques, Amoli Larijani a déclaré : « Malheureusement, certaines personnes occupant des postes au sein des organes exécutifs ont déclaré que l’amnistie intégrait des opposants (au régime).

Il semble qu'ils indiquent qu'il y a des personnes en prison uniquement pour avoir critiqué (le régime). C’est un gros mensonge. Y a-t-il quelqu'un en prison aujourd'hui pour avoir critiqué (l'État) ? Le pouvoir judiciaire n’a jamais poursuivi qui que ce soit pour ses critiques.

Ces remarques résultent d'un manque d'attention sur le fait que la diffamation et les insultes diffèrent de la critique et que les législateurs ont également distingué les deux. Nous disons explicitement que la critique n'est pas du tout un délit en République islamique », a déclaré le religieux.

Les Iraniens des médias sociaux ont expliqué que le jargon judiciaire pour « prisonniers politiques » est « prisonniers de sécurité ».

Ensiyeh Daemi, la soeur de la prisonnière politique emprisonnée Atena Daemi a tweeté : « Chaque fois que nous nous rendons au bureau du procureur de la prison pour demander des visites, nous écrivons « politique » devant la salope qui dit « accusation ». Ensuite, la secrétaire raye avec une croix et écrit « sécurité ». C’est ainsi qu’ils prétendent que nous n’avons pas de prisonniers politiques en Iran ».

D'autres responsables de la République islamique ont également nié l'existence de prisonniers politiques en Iran à maintes reprises. Le ministre des affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré aux journalistes lors de l'une de ses visites aux Etats-Unis que « personne n'est emprisonné en Iran pour ses croyances ».

Alors que des listes de milliers de prisonniers politiques et de prisonniers de conscience iraniens ont été publiées par des organisations de défense des droits humains avant et pendant le mandat d’Amoli Larijani en tant que chef du pouvoir judiciaire.

En plus des prisonniers politiques de diverses tendances politiques, l’Iran emprisonne des journalistes et des minorités religieuses, notamment des bahaïs, des derviches et des chrétiens convertis.

Les autorités judiciaires iraniennes convoquent même des membres du parlement, quelle que soit leur immunité, pour avoir formulé des critiques.

Ce n'est pas la première fois que des responsables iraniens nient l'existence de prisonniers politiques en Iran, qu'ils qualifient de « prisonniers de sécurité ».

Le ministre iranien des Affaires étrangères a récemment déclaré dans une interview à un journaliste américain que « personne n’est emprisonné en Iran pour ses croyances ».

Source : Les droits de l’homme en Iran