Pin It

Esmail Bakhshi iranCSDHI - Un syndicaliste iranien bien connu, Esmail Bakhshi, est dans un état grave, en prison, ont annoncé des travailleurs de la sucrerie Haft Tapeh sur leurs canaux Telegram.

Bakhshi souffrirait apparemment de problèmes de santé, sans rapport avec son incarcération, mais ses collègues affirment que sa deuxième arrestation en deux mois aggrave la situation et que les autorités utilisent peut-être sa détention pour faire pression sur lui.

Il a d'abord été arrêté en novembre 2018 après des semaines de grèves et de manifestations à la sucrerie où il était le porte-parole des ouvriers. Après plus de trois semaines de détention, il a été libéré en décembre.

Cependant, dans une lettre postée sur Instagram le 4 janvier, Bakhshi a affirmé avoir été torturé et battu par des interrogateurs du ministère du renseignement pendant sa garde à vue en novembre 2018.

Le ministre a nié les allégations mais n'a jamais répondu au défi proposé par le syndicaliste.

Bakhshi a été de nouveau arrêté pour avoir maintenu ses affirmations.

« Au cours des premiers jours, sans raison ni conversation, ils m'ont torturé et battu avec leurs poings et m'ont donné des coups de pied si fort que je pensais que j'allais mourir. Ils m'ont battu si violemment que je n’ai pas pu bouger dans ma cellule pendant 72 heures. J'avais tellement mal que je ne pouvais même pas dormir sans souffrir », a écrit Bakhshi à propos de sa détention l'année dernière.

Le 6 janvier, le porte-parole de la justice, Gholam-Hossein Mohseni Ejei, a déclaré que les autorités ouvriraient une enquête si Bakhshi déposait une plainte officielle.

Cependant, Farzaneh Zilabi, l’avocate de Bakhshi, s’est inquiétée de la pression croissante exercée sur son client.

« Après avoir parlé de torture, Esmail Bakhshi a été soumis à d'intenses pressions pour forcer mon client à réfuter ce qui s'est passé », a déclaré Zilabi le 7 janvier.

Mais le 11 décembre, lorsque les premières informations faisant état des tortures de Bakhshi ont été révélées, elle a exigé qu'il soit transféré du centre de détention du ministère du renseignement à Ahwaz vers le bureau du médecin légiste, a rapporté le Centre pour les droits de l'homme en Iran, basé à New-York (CDHI), le 10 janvier.

La télévision officielle iranienne, monopolisée par un programme télévisé, a diffusé le 19 janvier une émission qui tentait de relier les récentes grèves et manifestations à l'usine de canne à sucre Haft Tapeh, située dans la ville de Shush, dans la province du Khouzistan, riche en pétrole, à un parti marxiste exilé iranien, aux États-Unis et à Israël.
En représailles, le syndicat Haft Tapeh a publié une déclaration qualifiant le programme de « tentative désespérée de réprimer la voix juste des travailleurs, des ouvriers et des opprimés ».

Source : Radio Farda - 3 février 2019