Hengameh Shahidi prisonnière iranCSDHI - Vendredi, le Centre iranien des droits de l'homme a rendu compte de l’aggravation de l'état de santé d'une prisonnière politique après neuf mois d’isolement.

Hengameh Shahidi purge actuellement une peine de 13 ans d'emprisonnement pour activisme et expressions politiques, notamment pour avoir critiqué le président de la justice iranienne, Sadegh Larijani. Elle attend actuellement les résultats d'un appel du verdict rendu le 10 décembre 2018 à la suite de son arrestation un peu plus de cinq mois auparavant.

Une source proche de l’affaire Shahidi a déclaré au CDHI qu’ « il est rare qu’une prisonnière soit maintenue en isolement après avoir été interrogée et poursuivie », ce qui soulève la question de savoir pourquoi la prisonnière est soumise à une telle pression excessive. Pourtant, cette pression peut encore s’aggraver, comme en témoigne le fait que des audiences d’appel ont été programmées pour Shahidi en janvier et en mars, et elles ont été annulées.

L’avocat de la prisonnière, Mostafa Tork Hamedani, a fait appel via Twitter au nouveau chef du pouvoir judiciaire, Ebrahim Raisi, qui a succédé à Larijani le mois dernier. Mais peu d’espoirs peuvent être investis de tels appels en raison du long passé de violations commises par Raisi. Le rôle joué par le juge dans le massacre de prisonniers politiques de 1988, entre autres crimes, a conduit de nombreux défenseurs des droits humains à spéculer sur le fait que le changement de direction pourrait laisser présager des pratiques encore plus abusives de la part du pouvoir judiciaire dans les temps à venir.

Si tel est le cas, cela pourrait avoir des conséquences importantes pour tous les prisonniers iraniens, mais surtout pour les prisonniers politiques et pour les membres de groupes traditionnellement marginalisés dans la République islamique. Pire encore, il a été observé ces dernières années que le traitement réservé à ces groupes s’aggravait parmi les efforts des autorités radicales pour réaffirmer le contrôle du système et de la société iranienne en général.

Les femmes ont été parmi les principales victimes de cette tendance, et la menace qui pèse sur les femmes détenues est amplifiée par le rôle important qu'elles ont joué dans l'activisme iranien récent. L'organisation, menée par l'organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran lors du soulèvement national anti-gouvernemental qui a débuté fin 2017, a été attribuée aux femmes. Ce mouvement a également coïncidé avec le début d'une longue série de manifestations contre les lois du hijab obligatoire pour les femmes, des participantes qui ont fini par devenir les filles de la « Revolution Street ».

La réaction du gouvernement à ces manifestations a eu tendance à devenir de plus en plus réactionnaire, pour au moins une des filles de la « Revolution Street » ayant été condamnée à 20 ans de prison. Ces peines, combinées à d’autres mesures punitives telles que l’isolement cellulaire prolongé, peuvent viser à contraindre ces femmes à éviter toute manifestation publique de volonté politique, conformément aux efforts manifestes déployés par le régime religieux pour convaincre les femmes de reprendre les rôles traditionnels d’épouse et de mère.

D'autres exemples possibles de cette pression ont vu le jour depuis que le CDHI a rendu compte de l'isolement cellulaire inexpliqué de Hengameh Shahidi. Mardi, le même journal a indiqué que Golrokh Ebrahimi Iraee avait été libérée plus tôt que prévu, le jour précédent, moyennant une caution de plus de 12 000 euros. Mais la présomption de pitié de la part des autorités judiciaires a été immédiatement minée par l’annonce de nouvelles accusations à son encontre, ce qui pourrait entraîner son renvoi en prison pour une durée encore plus longue.

Iraee, épouse du prisonnier politique, Arash Sadeghi, a d'abord été condamnée à six ans de prison pour avoir écrit une histoire fictive dans un journal privé, décrivant une femme témoin de lapidation d'une autre femme, puis réagit en brûlant un Coran. En dépit de la punition préventive imposée à cette histoire non publiée, Iraee n'a pas cessé de militer alors qu'elle était derrière les barreaux, comme en témoigne la nature du nouveau procès intenté contre elle. Le directeur de la prison d'Evine aurait accusé Atena Daemi et une autre prisonnière politique d'une série de délits vaguement définis, notamment « propagande contre l'État » et « insultes envers le Guide suprême ».

Daemi, qui purge une peine de sept ans d'emprisonnement pour avoir rencontré des familles de prisonniers politiques, ayant critiqué le régime en ligne et condamné le massacre de 1988, a fait l'objet de sa propre analyse, mardi, concernant encore plus d'exemples de pressions extra-judiciaires sans doute destinées à faire taire son activisme.

Selon Iran Human Rights Monitor, Daemi se voit actuellement refuser toute visite de sa famille, alors qu’il s’agit d’un droit reconnu à tous les prisonniers en vertu des procédures des prisons d’État iraniennes. Les autorités méconnaissent régulièrement la loi pour exercer une pression sur les prisonniers politiques. Cette même tactique consistant à refuser les visites de famille a été appliquée à Daemi et à Iraee, ainsi qu’à une troisième détenue, Maryam Akbari-Monfared, en octobre 2018. L’IHRM rapporte que la restriction illégale en l'espèce était motivée par le fait que les femmes s'étaient livrées à des discussions verbales et avaient scandé des slogans auprès des gardiens de prison.

Bien que les informations ci-dessus suggèrent une nouvelle incitation des autorités à décourager les femmes de se lancer dans l'activisme politique, ces renseignements et d'autres soulignent également le besoin urgent des femmes de lutter pour l'égalité des droits et l'égalité de traitement en vertu de la loi. Les femmes iraniennes sont régulièrement victimes de discrimination dans les salles d'audience et dans la société en général. Les problèmes systémiques d’inégalité entre les sexes sont régis par des principes juridiques qui accordent moins de poids au témoignage des femmes qu’aux hommes, et de tels principes peuvent être dévastateurs, voire fatals.

Mardi, d’autres informations d’IHRM révélaient qu'une femme anonyme avait été condamnée à mort pour le meurtre de son mari et de son enfant malgré l'absence de preuves matérielles et la possibilité crédible que ces décès résultaient d'une asphyxie accidentelle provoquée par une fuite de gaz. Les autorités dans cette affaire ont choisi d’appliquer un principe connu sous le nom de Qasameh, selon lequel un plaignant peut demander à 50 membres de sa famille d’aller devant un tribunal pour jurer qu’il croit en la culpabilité de l’accusé, ce qui aboutit à un verdict de culpabilité prononcé.

Source : INU

0
0
0
s2sdefault

Recherche

Twitter

RT @PNerval: Maquette de la flèche de Notre Dame de Paris. Un travail de réception réalisé par trois Compagnons du Devoir charpentier. 4 00…

csdhi.org