Pin It

Parisa Rafie iranCSDHI - La militante étudiante, Parisa Rafiei, a publié une lettre ouverte condamnant les récentes arrestations de militants syndicaux et les pressions exercées sur les prisonnières politiques et les prisonniers d'opinion.

Dans sa lettre publiée le 9 mai 2019, Parisa Rafiei, activiste engagée, a révélé qu'elle avait subi des pressions pour passer un « test de virginité » en prison, puis qu’elle a été empêchée de porter plainte contre cette pratique inhumaine.

Parisa Rafiei, une étudiante en photographie de 21 ans, a été arrêtée le 28 février 2018 par les forces de sécurité devant l'université de Téhéran. Elle a été détenue à la prison d'Evine à Téhéran pendant 21 jours pour avoir prétendument participé à des manifestations de rue.

En août 2018, Parisa Rafiei a été condamnée par un tribunal de grande instance à sept ans d'emprisonnement, 74 coups de fouet, une interdiction de voyager à l'étranger pendant deux ans et à une interdiction de participer à des activités politiques et sociales pendant deux ans sur la base des accusations suivantes : « rassemblement et collusion contre la sécurité nationale », « propagande contre l’Etat » et « troubles à l’ordre public ».

La militante étudiante Parisa Rafiei attend actuellement le résultat de son appel.

Dans sa lettre ouverte, la militante étudiante Parisa Rafiei a écrit :

Aujourd'hui, près d'un an et demi après la vague d’arrestations de janvier 2018, des centaines d'étudiants ainsi que des dizaines de militants étudiants et de militants en faveur de l'éducation gratuite ont été condamnés au fouet et à la prison. Nous entendons encore les appels à la justice des activistes militants, mais les forces de répression n'ont pas relâché leurs pressions et attaquent à la moindre occasion … J'ai décidé d'écrire cette lettre sachant pertinemment que la révélation de tels souvenirs peut avoir des conséquences désastreuses pour ceux qui font de telles révélations, affectant leurs procédures judiciaires et juridiques en cours.

Mais compte tenu de l'importance de la défense des droits humains de nos amis étudiants, journalistes et de milliers de prisonniers politiques détenus en Iran, nous ne pouvons pas rester silencieux. Nous sommes confrontés à une situation dans laquelle de nombreuses restrictions dangereuses, la possibilité d'être réarrêté et la probabilité de la poursuite de la répression ont toujours empêché les personnes arrêtées de révéler ce qu'elles avaient vécu….

Je fais partie des nombreux militants étudiants indépendants à avoir souffert du manque de transparence concernant mon affaire avec les représentants de la justice et de la sécurité. En ce qui concerne la quasi-indifférence et le silence des médias et de l’opinion publique face à la situation catastrophique des centres de détention politiques en Iran, je voudrais signaler deux cas différents d’actes de violence commis par les forces de sécurité lors de ma propre détention, ce qui montre comment les forces de sécurité, les responsables du ministère du renseignement et la division du renseignement des pasdarans dégradent et harcèlent les prisonniers, en particulier les détenues. Le recours à la violence et à des jeux psychologiques pour contraindre les militants politiques à avouer leurs délits présumés est généralisé. (Nous avons vu à maintes reprises des responsables menacer les détenus politiques de publier leurs aveux.)

J'espère que le fait de dévoiler ces tactiques entravera le processus d'imposition de ces mécanismes illégaux et inhumains par les forces judiciaires et de sécurité. J'espère que ces révélations aideront à briser le silence sur la persécution exercée par les institutions répressives et à prévenir d'autres actes et brutalités illégaux et brutaux ainsi que les pressions sur les personnes détenues le jour de la fête internationale du travail et de la journée des enseignants.

1- Pendant toute ma détention (à l'exception des deux derniers jours au cours desquels ma mise en liberté provisoire était en cours d'examen), j'ai été interrogée tous les jours. J'ai passé 21 jours en isolement cellulaire dans un centre de détention sans connaître le nom de l'endroit où j'étais détenue. C'est l'une des formes les plus pratiquées et les plus graves de tortures inhumaines qui doit être combattue et éradiquée. Outre l'imposition de l'isolement cellulaire de quelques jours à plusieurs mois, le problème à résoudre est la possibilité de transférer et emprisonner les détenus politiques dans des centres de détention anonymes pendant leur détention. Il s'agit d'un problème qui, en plus de compliquer le processus de localisation et de suivi d'un prisonnier par ses proches, peut avoir des effets psychologiques néfastes sur les détenus.

Les détenues politiques, qui ne sont pas conscientes de leur environnement, par l’utilisation de bandeaux pour les yeux et d’autres mesures de sécurité sont beaucoup plus vulnérables aux menaces lors des interrogatoires. Surtout dans les cas où les interrogateurs n'accordent à l'accusée la permission de contacter ses proches que si elle coopère. La prisonnière est maintenue dans une situation où elle pense que personne ne sait où elle se trouve même son propre avocat et n'a aucun moyen de contacter qui que ce soit pour chercher de l'aide et du soutien. Les experts indépendants et les avocats devraient également définir les dimensions plus larges des effets de ces centres de détention secrets afin qu'ils puissent critiquer et suivre avec précision le statut général des personnes détenues dans ces centres de détention.

2- Dans un acte totalement illégal pendant ma détention, mon interrogateur, avec l'approbation de l'enquêteur chargé de l'affaire, m'a envoyé au bureau du médecin légiste, rue Behesht, pour un test de virginité, mais j’ai tenu ferme et malgré les menaces et beaucoup de pression, ils n’ont pas réussi. J'ai insisté plusieurs fois pour déposer une plainte contre cette demande illégale (d'un test de virginité), mais les autorités ont refusé, ont gardé le silence et ont déclaré : « Nous ne voulions pas que vous fassiez une fausse réclamation contre nous ».

Ils voulaient probablement dire, porter contre eux des allégations de viol ; Allégations de ma part ou d’autres prisonniers, même si chaque centimètre de ces centres de détention soit couvert de caméras de sécurité, cette affirmation en soi est également absurde.

Bien sûr, la terrible humiliation ne s’est pas limitée au jour où j’ai été envoyé au bureau du médecin légiste.

L'enquêteur a voulu exercer davantage de pression psychologique en m'envoyant de soi-disant lettres non officielles décrivant l'endroit où je serais détenue, sans préciser où cela se trouvait, ainsi que les menaces verbales d'exécution, de passage à tabac et même d'arracher mes ongles.

La raison pour laquelle je mentionne ces détails est que nous ne devrions pas penser que les interrogateurs utilisent une seule tactique pour obtenir l'admission de la culpabilité qu'ils recherchent et qu'ils continuent la pression jusqu'à l'effondrement psychologique de l'individu.

Ces tactiques inhumaines et extrajudiciaires faisant appel à toutes sortes de menaces et d'humiliations déshumanisantes s'appliquent à tous les détenus, en particulier ceux dont les informations sur l'arrestation ne sont pas rendues publiques.

L'augmentation du nombre d'arrestations politiques et la répression accablante exercée sur les femmes politiquement et socialement actives nous obligent à nous demande r: Qu'est-ce que le fait d'effectuer un test de virginité - qui concerne une affaire tout à fait personnelle pour les femmes arrêtées - a à voir avec l'appareil de sécurité et le contenu de l'interrogatoire? Il ne fait aucun doute que l’émergence de sensibilités publiques pour mettre fin à ces actes, qui constituent un harcèlement flagrant des femmes détenues violant leur vie privée et leurs droits de la personne, est plus que nécessaire.

P.S. Mon accent mis sur les accusés politiques dans cette lettre ne signifie pas que je les priorise par rapport aux détenus ordinaires, mais à cause de mon expérience personnelle, j'ai pris davantage conscience de leur situation.

J'espère et crois que les détails des conditions inhumaines qui régissent les prisonniers ordinaires (qui sont obligés de tolérer des conditions plus déprimantes et inhumaines) devraient être divulgués avec toute la diligence requise.

Parisa Rafiei - 9 mai 2019

Source : Les droits de l’homme en Iran