Pin It

Golrokh Iraee Atena Daemi prisonnières iranCSDHI - Le procès des prisonnière politiques, Atena Daemi et Golrokh Iraee, a eu lieu, le mardi 18 juin, devant la 26ème chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran et a duré deux heures.

Les deux militantes des droits civils ont comparu devant le tribunal, accompagnées de leurs avocats. Le tribunal rendra sa décision dans 10 jours.

La nouvelle affaire fabriquée contre Atena Daemi et Golrokh Iraee comprend des accusations d’insultes à Khomeiny et de Khamenei, perturbation de l’ordre carcéral en s'opposant à une inspection physique et chants d’hymnes pour protester contre les exécutions de trois prisonniers politiques kurdes.

Atena Daemi et Golrokh Iraee ont également été accusées de propagande contre l'État en transmettant des lettres ouvertes en dehors de la prison.

Atena Daemi a été arrêtée le 21 octobre 2014 et elle a été condamnée à 5 ans de prison pour ses activités civiles. Elle a commencé à purger sa peine en décembre 2016 à la prison d'Evine.

Golrokh Iraee a été libérée le 8 avril 2019 après avoir fini de purger sa peine, le 24 octobre 2016.

Par ailleurs, trois militantes des droits des femmes ont été convoquées au bureau du procureur de la prison d’Evine. Maryam Mohammadi, Esrin Derkaleh et Nargess Khorrami sont membres de l'association Neday-e Zanan-e Iran (La voix des femmes iraniennes).

Akram Nasirian et Nahid Shaqaqi, également membres de ce groupe, avaient déjà été arrêtées le mois dernier. Mme Nasirian a été libérée sous caution après 27 jours dans le quartier 209 d'Evine. Nahid Shaqaqi est toujours incarcérée.

La militante syndicale Neda Naji, arrêtée il y a 40 jours lors des manifestations à Téhéran à l'occasion de la fête internationale du Travail, a été transférée d'Evine à la tristement célèbre prison de Qarchak à Varamin, le samedi 15 juin 2019. Dans un bref appel à sa famille, Mme Naji l’a informée qu'elle était en train d'être transférée du quartier 209 du ministère du renseignement de la prison d'Evine vers la prison de Qarchak.

Au moins 15 militantes syndicales ont été arrêtées lors de la manifestation du 1er mai à Téhéran devant le parlement des mollahs, parmi lesquelles Neda Naji, Marzieh Amiri et Atefeh Rangriz.

Source : Les droits de l'homme en Iran