Pin It

Mohammad Nazari iranCSDHI - Mohammad Nazari est emprisonné depuis 1994. Mohammad Nazari, prisonnier politique irano-kurde emprisonné depuis plus de 25 ans, n’a pas eu le droit d’être hospitalisé pour contrôler une tumeur à l'estomac, a déclaré son avocat au Centre pour les droits de l'homme en Iran (CDHI) le 19 juillet 2019.

« Il y a quelque temps, Mohammad a commencé à avoir une très forte toux », a déclaré l'avocat Mohammad Hossein Aghasi. « Il y a un mois et demi, à ma demande, il a été emmené à l'hôpital et a subi une IRM et des tests ».

« En fin de compte, le médecin a découvert une tumeur à l'estomac et a déclaré que Mohammad devrait être admis à l’hôpital pour être soigné, ce jour-là, mais les agents qui l'accompagnaient ont déclaré qu'ils devaient le renvoyer en prison sans l'autorisation d'un juge », a-t-il ajouté.

« Il a été renvoyé en prison et devrait retourner à l'hôpital le 18 juillet pour faire tester sa tumeur afin de déterminer si elle est bénigne ou maligne, mais jusqu'à présent, rien ne s’est passé et nous sommes extrêmement inquiets », a déclaré Aghasi.

Les prisonniers politiques en Iran, y compris les détenus âgés, sont soumis à un traitement sévère, qui inclut souvent le refus d’accorder des soins médicaux. La menace d'abandon des soins médicaux a également été utilisée comme un moyen d'intimidation à l'encontre des prisonniers qui ont contesté les autorités ou déposé des plaintes.

Nazari, 48 ans, est incarcéré depuis son arrestation par les pasdarans (IRGC) le 30 mai 1994. Il a finalement été emprisonné parce qu’il était membre du Parti démocratique du Kurdistan iranien, interdit.

« Nazari m'a dit qu'il avait été torturé au cours de son interrogatoire et forcé d'accepter l'accusation, mais il s'est rétracté par la suite », a déclaré Aghasi au CDHI.

Initialement, la première branche du tribunal révolutionnaire de la ville de Mahabad et la première branche du tribunal révolutionnaire d'Oroumieh, toutes deux situées dans la province de l’Azerbaïdjan occidental, ont condamné Nazari à mort. Bien que son appel ait échoué, en 1999, un pardon prononcé à l'occasion de la fête islamique de l'Aïd al-Adha a réduit sa peine en une peine d'emprisonnement à perpétuité.

Aghasi a demandé la libération conditionnelle de son client sur la base des articles 10, 99, 120 et 728 du Code pénal islamique iranien, mais les autorités n’ont pas encore reconnu l’éligibilité de Nazarià la liberté conditionnelle.

Au cours des 25 dernières années, Nazari n'a jamais été autorisé à partir en permission, pas même à assister aux funérailles de son père, de sa mère, de sa soeur et de son frère.

Il a passé de nombreuses années derrière les barreaux de la prison centrale de Mahabad, de la prison de Rajaï Chahr de Karaj, à l'ouest de Téhéran, et il est actuellement dans la prison centrale d'Oroumieh.

« A ce stade, tout ce que je peux faire, c'est informer le public », a déclaré Aghasi. « Ma demande de contrôle judiciaire du cas de mon client a été refusée il y a deux ans et mes demandes de soins médicaux sont restées sans réponse ».

En juillet 2019, des experts en droits humains ont exprimé leur préoccupation face au refus persistant de l’Iran d’apporter des soins médicaux aux détenus.

« Au cours de plusieurs mois, nous avons fait part au gouvernement iranien de nos profondes préoccupations concernant l'intégrité physique et mentale des détenus », ont déclaré les experts. « Malgré les assurances du gouvernement, nous sommes toujours frustrés de recevoir des informations faisant état de refus de traitement médical, y compris dans des situations mettant la vie en danger. Ces incidents ne semblent plus être des incidents isolés, mais une tendance constante ».

Source : Le Centre pour les droits de l’homme en Iran