Pin It

hani yazarloo et son fils iranCSDHI - Vingt jours après l'arrestation de M. Hani Yazarloo et de son fils Hood Yazarloo, anciens prisonniers politiques, il n'y a aucune information sur leur situation ni sur les raisons de leur arrestation.

Yazarloo a été arrêté par des agents du ministère du renseignement à Téhéran, le 7 juillet 2019 et il a été transféré dans un lieu inconnu. Le docteur Hani Yazarloo souffrait d'une maladie cardiaque et il avait été privé de ses médicaments pendant 24 heures lors de sa précédente détention, mettant ainsi sa vie en danger. Les efforts de la famille Yazarloo pour obtenir des informations sur leur état ont été infructueuses.

Une source proche de la famille Yazarloo a déclaré à HRANA : « Cela fait 10 jours que Hani et Hood ont été arrêtés et il n’y a pas encore d’informations sur leur situation ni sur les raisons de leur arrestation. Aujourd’hui, la famille Yazarloo n’a obtenu aucune information de ses proches auprès de la cour Evine, pour la deuxième fois. Non seulement ils n'ont pas été autorisés à leur rendre visite, mais leur demande de rendez-vous avec l'enquêteur a également été rejetée ».

Préoccupé par l'état de santé de Hani Yazarloo, cette source a ajouté : « Aujourd'hui, les efforts visant à découvrir les accusations et les motifs de leur détention n'ont donné aucun résultat et les responsables n'ont toujours pas donné de réponse claire, affirmant qu'ils étaient détenus temporairement », pour la poursuite de l'enquête ; et le docteur Yazarloo s'était vu refuser l'accès à ses médicaments pendant 24 heures lors de sa précédente détention, mettant sa vie en danger.

Il convient de noter que le 7 juillet, le Dr Hani Yazarloo et son fils Hood Yazarloo, deux anciens prisonniers politiques, ont été arrêtés par les agents du ministère du renseignement à Téhéran, puis transférés dans un lieu tenu secret. Peu de temps après leur arrestation, le père et le fils (brièvement et séparément) ont pu téléphoner chez eux. Le docteur Yazarloo a confirmé son incarcération dans le quartier 209 de la prison d'Evine, mais Hood n'a pas su identifier son lieu de détention.

Le Dr Hani Yazarloo souffre d'une maladie cardiaque et a subi une opération du cœur il y a environ 15 ans. Bien que les veines cardiaques transplantées ne durent que 10 ans, il doit être placé sous la surveillance d'un cardiologue afin que, si nécessaire, il subisse une autre opération à cœur ouvert. Certaines de ses artères sont bouchées et il a régulièrement besoin de médicaments. Il convient de noter que le Dr Hani Yazarloo est un activiste politique qui avait été emprisonné à plusieurs reprises dans les années 70, 80, 90 et 2000 dans différentes prisons.

Lors de sa dernière détention en 2011, il avait été arrêté pour avoir assisté à une cérémonie de commémoration des prisonniers politiques et il avait été libéré sous caution après 55 jours de détention dans une cellule d'isolement. Le Dr Yazarloo a ensuite été condamné par la 26e chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran à un an d'emprisonnement en exil et à quinze autres années d'exil à Iranshahr. Cette condamnation a fait l'objet d'un appel et a été transformée en exil et en détention à Mashhad. Le 21 mai 2013, il a finalement été transféré dans la section 350 de la prison d'Evine pour y rester en détention.

Le 18 janvier 2014, en route pour le tribunal de district de la prison d'Evine depuis le quartier 350 de la prison d'Evine, ce prisonnier politique a été transféré à la prison de Vakil Abad à Mashhad. Finalement, fin février 2014, il a été libéré de la prison de Vakil Abad à Mashhad pour terminer sa peine. Hood Yazarloo avait déjà été arrêté par les agents du ministère du renseignement en juin 2008 avec sa mère, Nazila Dashti. M. Yazarloo, qui étudiait à l'Université de Qom, a été empêché de poursuivre ses études en raison de son arrestation. Il a été libéré en mai 2011 de la prison de Rajaï Chahr à Karaj après environ trois ans d'emprisonnement, accusé d’ « avoir agi contre la sécurité nationale ».

Après la libération de Hood, Nazila Dashti, qui était elle-même une prisonnière politique dans les années 80, a été libérée de la prison d’Evine à la mi-avril 2012, après une peine d’environ trois ans. Hamed Yazarloo, un autre membre de cette famille composée de quatre personnes, a été condamné à trois ans d'emprisonnement à la prison d'Evine pour « activités contre la sécurité nationale » de mars 2009 à février 2012. Hamed Yazarloo était un « élève étoile » (un étudiant qui est partiellement ou totalement banni de l’éducation). Il s'est vu refuser l'entrée dans un programme de doctorat pendant deux années consécutives par le ministère des sciences bien qu’il ait été accepté après l’entretien d’entrée.

Source : Les Militants des droits de l'homme en Iran - 28 juillet 2019