Pin It

maryam akbari monfared prisonnière iranCSDHI – Le nouveau directeur de la prison d’Evine à Téhéran, Gholamreza Ziaei, a imposé de nouvelles restrictions aux prisonniers politiques. Et cette fois-ci, c'est à nouveau une mère en prison qui est privée des visites de ses enfants.

Par conséquent, les visites de la famille de Maryam Akbari-Monfared ont été annulées, a appris le Centre pour les droits de l'homme en Iran (CDHI).

Hassan Jafari, l'époux d'Akbari-Monfared, a déclaré au CDHI, le 20 octobre 2019, que le déni de ses droits de visite était particulièrement douloureux, car ils s'étaient battus tellement longtemps pour les obtenir.

« Après de nombreux échanges, nous avons finalement reçu une lettre indiquant que notre jeune fille pouvait rencontrer sa mère une fois par semaine », a-t-il déclaré. « Mais maintenant que la prison a été confiée à Ziaei, il invente ses propres lois. Il ne les autorisera pas. Il a même annulé mes visites avec Maryam, qui avaient lieu toutes les deux semaines. Cela fait souffrir. Nous avons de vrais problèmes. »

Depuis sa nomination, Narges Mohammadi, une autre prisonnière d’opinion, a également été privée de contact téléphonique avec ses jeunes enfants qui vivent en France et ne peuvent pas se rendre en Iran.

Akbari-Monfared, 50 ans, est emprisonnée dans la prison de Téhéran depuis décembre 2009 pour avoir prétendument participé à une opposition politique. Elle est éligible à la libération après avoir purgé plus de 10 ans de sa peine de 15 ans d'emprisonnement, mais le tribunal n'a pas approuvé ses requêtes.

Sa condamnation reposait sur de prétendus appels téléphoniques avec des membres de sa famille, membres du groupe d'opposition interdit, les Moudjahidine du Peuple d’Iran (MEK/OMPI), et pour leur avoir rendu visite une fois en Irak. Akbari-Monfared a clamé son innocence et elle a constamment nié avoir des liens avec le groupe ou des sympathies à son égard.

« Conformément au code pénal islamique et à d'autres lois, mon épouse devrait être libérée », a déclaré Jafari au CDHI. « Mais non seulement ils refusent de la libérer après 10 ans d'emprisonnement, mais ils ne l'ont même pas autorisée à avoir une permission pendant une heure. Et maintenant, ils posent aussi des problèmes pour les visites face à face. »

La permission, généralement accordée aux prisonniers en Iran pour diverses raisons d'ordre familial, de vacances ou médical, est systématiquement refusée aux prisonniers politiques en tant que forme de sanction supplémentaire.

« Elle est en prison depuis plus de 10 ans et a purgé les deux tiers de sa peine, mais ils s'opposent à sa libération », a-t-il ajouté. « Nous avons saisi la Cour suprême à trois reprises et avons utilisé d'autres voies légales, mais rien n'a été fait. »

Ziaei, qui a été nommé directeur de la prison d'Evine en juillet 2019, était responsable du centre de détention de Kahrizak lorsqu'au moins cinq détenus arrêtés lors des manifestations de rue massives de 2009 à Téhéran y sont morts après avoir été torturés.

Il a également été directeur de la prison Rajaï Chahr de Karaj, à l'ouest de Téhéran, où de nombreuses manifestations de prisonniers politiques ont eu lieu pour dénoncer les abus et les conditions de vie inhumaines.

Source : Le Centre pour les droits de l’homme en Iran