Pin It

sadeghi prisonnier politique traitement médical iranCSDHI - Les autorités pénitentiaires du régime iranien refusent toujours d’autoriser le prisonnier politique Arash Sadeghi de recevoir un traitement médical approprié (dont il a besoin, selon les médecins) pour ses divers problèmes de santé, dans un hôpital situé en dehors de la prison.

L’état de Sadeghi ne fait que s’aggraver en raison du manque de soins médicaux adéquats à la prison de Rajaï Chahr ; en effet, il a maintenant perdu la capacité de bouger sa main droite à cause d'une infection à l'épaule qui n'a pas été traitée.

À la fin du mois de septembre, les responsables de la prison ont dit à Sadeghi qu'ils l'emmèneraient à l'hôpital s'il acceptait de porter un uniforme de la prison et des menottes aux mains et aux pieds. Sadeghi a refusé car il s’agissait d’une tactique courante utilisée par le régime iranien pour humilier les prisonniers politiques.

De plus, rien ne garantissait qu'ils l'auraient emmené à l'hôpital même s'il avait accepté. Selon une source proche de sa famille, les autorités pénitentiaires ont empêché son transfert à l'hôpital à trois reprises depuis le mois de juin, sans aucune explication.

Sadeghi a été diagnostiqué avec une forme rare de cancer des os et il a été opéré en septembre 2018 pour retirer une tumeur de son épaule droite. Ses chirurgiens ont déclaré qu'il devrait rester à l'hôpital pendant 25 à 30 jours pour une chimiothérapie afin d'empêcher le cancer de se métastaser dans d'autres parties de son corps, y compris sa poitrine, ainsi que pour recevoir d'autres soins, notamment deux autres chirurgies et un traitement postopératoire. La justice a ignoré cet avis médical et l'a renvoyé en prison deux jours seulement après son opération, ce qui a eu pour conséquence, une infection post-opératoire.

Le refus d’accorder un traitement médical approprié aux prisonniers politiques est l’une des méthodes les plus courantes du régime iranien pour exercer une double pression sur eux. Par exemple, les médecins de la prison peuvent prescrire des analgésiques légers contre le cancer ou les fractures. Dans le passé, cela a souvent entraîné la mort de prisonniers politiques qui n'avaient pas reçu de soins médicaux en temps voulu.

Sadeghi, militant des droits de l'homme, purge une peine de quinze ans de prison pour avoir insulté les dirigeants du régime iranien, dont le fondateur du régime, Ruhollah Khomeiny, et de « propagande et complot contre le régime au pouvoir ». Ce sont deux allégations courantes utilisées contre quiconque dénonce le régime.

Sadeghi a été arrêté en juin 2016 pour avoir contacté des organisations internationales de défense des droits humains telles qu'Amnesty International et avoir rendu compte de la situation des droits humains en Iran. En août, Amnesty a lancé un avertissement sur les conditions de santé de Sadeghi.

Source : Stop au Fondamentalisme