Pin It

Iranian political prisoner couple Hassan Sadeghi iranCSDHI - Il a été interdit à un prisonnier politique iranien, Hassan Sadeghi, de rendre visite à sa femme, Fatemeh Mosanna, également prisonnière politique car il a refusé de porter un uniforme de prison ou des menottes aux mains et aux pieds lors de son transfert de la prison de Rajaï Chahr à Karaj.

Cela signifie qu’Amin Vaziri, le responsable judiciaire de la prison de Rajai Shahr, a ordonné que la visite, la première depuis plusieurs mois, soit annulée. (Depuis sa promotion, Vaziri oblige les prisonniers de porter un uniforme et des menottes aux mains et aux pieds durant les transferts sachant que les prisonniers politiques résistent.)

Mosanna, détenue dans la prison des femmes de la prison d’Evine, n’a vu son mari que trois fois cette année. Ils étaient censés se retrouver, la dernière fois, fin août, mais le même problème s’est posé et la visite a été annulée.

Sadeghi et Mosanna purgent une peine de quinze ans de prison depuis 2015 après avoir été reconnus coupables de l’organisation d’une cérémonie commémorative pour le père de Sadeghi, Gholamhossein, membre de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK). Le couple a été arrêté en janvier 2013.

En mars de cette année, les agents du régime iranien ont confisqué leur maison et leur magasin.

Le fils du couple, Iman, a déclaré : « En plus de notre maison à Kashan, les autorités ont confisqué notre magasin à Téhéran. Nous n'avons pas d'autre source de revenu. Maintenant, ils mettent la main sur notre maison où nous vivons à Téhéran et s’ils nous la retirent, nous devrons vivre dans la rue car nous n’avons nulle part où aller. Depuis que nous avons reçu la notification de confiscation, nous sommes tous très stressés et mon esprit est préoccupé par ce qu'il faut faire pour ma sœur et ma grand-mère [qui vivent également dans cette maison]. »

Il a également indiqué que ses parents avaient besoin de soins médicaux pour leurs diverses maladies et qu'il leur avait organisé des traitements hospitaliers à ses propres frais, mais que le régime ne les laisserait pas partir.

Arrestations précédentes

Mossanna a été arrêtée en 1981 à l'âge de 13 ans et détenue pendant deux ans pour son activisme politique. La même année, trois de ses frères ont été exécutés par le régime des mollahs.

Sadeghi a passé six ans en prison dans les années 1980, entre 15 et 21 ans, pour avoir sympathisé avec l'OMPI.

Au cours des années 1980, le régime iranien a exécuté des dizaines de milliers de prisonniers politiques, principalement des membres de l'OMPI détenus dans des prisons iraniennes. L'exemple le plus horrible est le massacre de 1988 de 30 000 prisonniers politiques de l’OMPI/MEK, en un seul été.

Source : Stop au Fondamentalisme