Pin It

Soheil Arabi Arash Sadeghi prison Evine Téhéran iranCSDHI - Soheil Arabi et Arash Sadeghi dans la prison d'Evine à Téhéran. Le prisonnier politique Soheil Arabi a écrit une lettre de la prison Evine de la ville de Téhéran, affirmant qu'il avait entamé une grève de la faim et qu'il continuerait jusqu'à ce que son ami, un prisonnier politique atteint d’un cancer dans la prison de Rajaï Chahr reçoive un traitement médical.

Le prisonnier politique Arash Sadeghi, détenu à la prison de Rajaï Chahr, près de Téhéran, est privé par les autorité pénitentiaires d’un traitement médical  dont il a absolument besoin.

Dans sa lettre, le blogueur iranien emprisonné, Soheil Arabi, a demandé aux Iraniens « d'être la voix d'Arash Sadeghi » et d'autres « prisonniers épris de liberté » qui sont privés de soins médicaux.

« Arash a passé près de 10 ans de sa vie derrière les murs de la prison pour avoir défendu les droits des opprimés. Maintenant, il a besoin d'un traitement médical urgent. Il doit être transféré à l'hôpital, mais les autorités s’y opposent », a-t-il écrit depuis sa section dans la prison d'Evine.

« Tandis les très rares criminels et pillards qui sont emprisonnés pour détournement de fonds (parmi les dizaines de fraudeurs qui ont fui le pays ou qui n’ont jamais été punis) obtiennent de longues permissions pour un simple rhume », a-t-il écrit, et « sont emmenés à l'hôpital sans menottes ni uniformes de prison ».

« Mais les écrivains, philosophes, journalistes ou travailleurs qui sont en prison pour avoir critiqué ou protesté, et tous les prisonniers politiques et les défenseurs des droits civils sont emmenés à l'hôpital avec l'uniforme de la prison, les pieds et les mains liés. Ils sont enchaînés à leurs lits d'hôpitaux », a écrit Soheil Arabi.

Le blogueur emprisonné a déclaré que « quiconque parle de liberté ou d'égalité » est considéré comme une menace à la sécurité par le régime et est « soumis aux pires traitements et tortures ».

Soheil a qualifié Arash Sadeghi de « héros national » en demandant à ceux qui lisaient sa lettre de faire campagne pour sa libération.

« Un être humain peut rester en vie sans nourriture ni eau et je ne boirai pas ni ne mangerai avant le transfert d'Arash pour un traitement médical », a-t-il écrit le 7 novembre.

Selon Iran Human Rights Monitor, Arash Sadeghi a perdu la capacité de bouger sa main droite en raison d'une infection à l'épaule qui n'a pas été traitée.

Diagnostiqué avec une forme rare de cancer des os, le prisonnier politique a subi une opération pour enlever une tumeur de son épaule droite le 11 septembre 2018.

Après l'opération, les médecins ont demandé à Sadeghi de rester à l'hôpital pendant 25 à 30 jours pour une chimiothérapie. Mais le pouvoir judiciaire a rejeté la demande et renvoyé Sadeghi en prison deux jours seulement après son opération. La chimiothérapie avait pour but d'empêcher le cancer de se propager à d'autres parties du corps, y compris dans sa poitrine.

Le prisonnier politique âgé de 33 ans a besoin d'un traitement médical urgent en dehors de la prison. Les autorités pénitentiaires ont refusé son transfert parce qu'il avait refusé d'aller à l'hôpital avec les pieds et les mains liés et l'uniforme de la prison.

Arash Sadeghi a été condamné à 15 ans de prison pour avoir défendu pacifiquement les droits de l'homme en Iran. Il a été transféré à la prison de Rajaï Chahr, réputée pour ses conditions inhumaines, en octobre 2017, après avoir pris une photo souriante avec Soheil Arabi dans la cour d'Evine.

Source : Iran News Wire