Pin It

le procureur general en Iran rencontre des manifestants emprisonnes

CSDHI - Le procureur général de l'Iran a déclaré que les manifestants iraniens emprisonnés lors des manifestations nationales de la mi-novembre seront jugés cette semaine. La semaine iranienne commence samedi. Mohammad Jafar Montazeri a qualifié les détenus de « principaux éléments derrière les événements de novembre ».


Auparavant, de hauts responsables du régime avaient demandé la peine maximale pour les « meneurs » des manifestations qui se sont étendues à plus de 190 villes en Iran.

S'adressant à l'agence de presse gouvernementale Fars, le procureur général a déclaré que « des actes d'accusation ont été lancés pour beaucoup d’individus détenus lors des événements de novembre à Téhéran et dans d'autres villes ».

Le procureur général a une fois de plus refusé d'annoncer le nombre de manifestants tués lors de la répression de novembre.

« Le nombre de ceux qui ont été tués lors des incidents de novembre sera annoncé après des enquêtes approfondies et après qu'ils aient été classés (en divers groupes) », a-t-il expliqué.

Les responsables ont déclaré que nombre de tuées étaient des « spectateurs innocents » tués par des inconnus. Par divers groupes, le procureur général veut dire qu'ils classent les Iraniens tués en manifestants et non manifestants pour prétendre que le régime n'a pas tué sans discernement des gens dans la rue.

Il a également critiqué le délai de 48 heures du dernier black-out d'Internet pendant les manifestations l’estimant tardif, et a appelé à une interdiction plus rapide en cas de nouvelles manifestations.

Le régime iranien a brutalement réprimé les protestations nationales qui ont éclaté le 15 novembre UN triplement du prix de l'essence. Au moins 1 500 manifestants ont été tués, environ 4 000 blessés et 12.000 arrêtés. De très nombreux détenus sont soumis à la torture et plusieurs sont morts en prison.

Source : Iran News Wire