Pin It

nazarin et kylie moore gilbert iranThe Guardian - Nazanin Zaghari-Ratcliffe doit entamer une grève de la faim en solidarité avec une autre citoyenne binationale, détenue en Iran.

Kylie Moore-Gilbert, une universitaire anglo-australienne, a entamé une grève de la faim illimitée il y a six jours pour protester contre sa condamnation à 10 ans de prison pour espionnage. Elle souhaite au moins être déplacée de l’isolement.

Elle est détenue en isolement depuis octobre 2018. Juste avant Noël, elle a écrit au Premier ministre australien, Scott Morrison, demandant aux ministres d'en faire plus pour obtenir sa libération.

Un porte-parole du ministère iranien des affaires étrangères, Abbas Mousavi, a rejeté la vague de publicité sur son affaire et a déclaré que l’Iran ne se soumettrait pas à des jeux politiques ou à de la propagande.

La citoyenne britano-iranienne, Nazarin Zaghari-Ratcliffe et de nombreux autres binationaux emprisonnés à Téhéran pensent qu'ils sont détenus pour être utilisés comme des otages politiques. Mme Zaghari-Ratcliffe a déjà entamé une grève de la faim en solidarité avec Mme Moore-Gilbert et a annoncé qu’elle en entamerait une autre avant le nouvel an. Zaghari-Ratcliffe a été emprisonnée, il y a quatre ans.

Une troisième double ressortissante, Fariba Adelkhah, universitaire franco-iranienne, est également en grève de la faim. Le gouvernement français a convoqué l'ambassadeur d'Iran au sujet de sa détention.

Le mari de Zaghari-Ratcliffe, Richard Ratcliffe, a déclaré à propos de la situation de Mme Moore-Gilbert : « Cinq jours de grève de la faim sèche, cela commence à être préoccupant et nos pensées vont à Kylie et à sa famille dans toute cette épreuve ».

« Elle a déjà été emmenée au dispensaire après 48 heures. Je m'attendrais à ce que Kylie et Fariba soient là presque de façon permanente. Si cela continue comme prévu, elles n'ont que quelques jours.

« Cela donne une idée du désespoir suscité par 16 mois passés en isolement. À un moment donné, vous sentez vraiment que vous n'avez plus rien à faire remarquer, rien à perdre.

« J'espère que les gouvernements australien et britannique vont également intervenir aujourd'hui et se débarrasser de la complaisance de leurs dirigeants en vacances. C'est une chose pour le régime iranien de garder des innocents en otage, c'est une autre chose de les laisser mourir. »

Dans sa dernière lettre au gouvernement australien, Mme Moore-Gilbert a déclaré : « Au cours des neuf derniers mois, j'ai été complètement privée de tout contact avec ma famille, à l'exception d'un appel téléphonique de trois minutes (entièrement avec mon père), qui n'a été accordé qu'après avoir pris des mesures désespérées qui mettaient ma propre vie en danger.

« J'ai entamé cinq grèves de la faim comme seul moyen d'élever la voix, mais en vain. Comme prévu, j'ai maintenant été condamnée à 10 ans de prison et mon appel devant la justice a été débouté. »

Elle a exhorté les ministres australiens à examiner ce qu'ils avaient fait pour obtenir sa libération.

Le gouvernement iranien affirme que les deux universitaires ont été reconnues coupables d'espionnage et que toute ingérence de gouvernements étrangers n'aidera pas leur cas.

Mousavi a déclaré : « La déclaration du ministère français des affaires étrangères concernant un ressortissant iranien est un acte d'ingérence et nous considérons que leur demande n’a aucune base légale. »

« L'individu en question [Mme Adelkhah] est une ressortissante iranienne et elle a été arrêtée pour espionnage. »

Il a déclaré que son avocat connaissait les détails de l'affaire, qui faisait l'objet d'une enquête.

L'Iran ne reconnaît pas la double nationalité et a rejeté à plusieurs reprises les appels des gouvernements étrangers pour l'accès consulaire à ceux qu'il détient enfermés.