Pin It

prisonnières politiques iranCSDHI - Douze prisonnières politiques iraniennes ont écrit une lettre pour protester contre la répression des prisonniers politiques dans la prison d'Evine, située près de Téhéran, en Iran.

Voici ce que l’on peut lire dans la lettre des douze prisonnières politiques :

« Du 21 décembre 2019 au 26 décembre 2019, un groupe de détenues a organisé un sit-in de protestation au bureau politique de la prison d'Evine à l'occasion de la 40ème journée depuis le décès des manifestants en novembre 2019. Cependant, leur protestation pacifique a malheureusement été durement traitée et sévèrement réprimée par les autorités pénitentiaires. Mme Narges Mohammadi a été enlevée de sa cellule avec l’excuse de rencontrer son avocat, puis les forces de sécurité l'ont transférée à la prison de Zanjan sur les ordres des autorités pénitentiaires. Selon les autorités pénitentiaires, Atena Daemi a été transférée au quartier 2A de la prison d'Evine le 26 décembre 2019. Nous, un groupe de prisonnières politiques d'opinion du quartier des femmes de la prison d'Evine, sommes préoccupées par la situation de nos codétenues et nous exprimons notre protestation contre l'exil, le transfert et tout autre traitement similaire à l'encontre des prisonnières politiques et nous demandons le retour de nos détenues. »

Les noms des signataires sont les suivants :

Yasaman Aryani, Aras Amiri, Maryam Akbari Monfared, Leila Hosseinzadeh, Soheila Hejab, Monireh Arab-Shahi, Negin Ghadamian, Saba Kord Afshari, Mojgan Keshavarz, Samin Maghsoudi, Neda Naji, Samaneh Norouz-Morad.

Prison d'Evin, janvier 2020

Autre évolution récente, aucune information n’est disponible sur la situation d’Atena Daemi depuis le transfert de la prisonnière politique au Centre de détention du renseignement des Gardiens de la révolution (les pasdarans), également appelé, quartier 2A. Sa famille a également été répartie entre différents services et n'a jusqu'à présent reçu aucune réponse concernant Atena. Atena Daemi a informé sa famille, lors d'un appel téléphonique passé le 31 décembre 2019, qu'elle était transférée dans le quartier 2A de la prison d'Evine. L’état de santé d'Atena est désastreux et son médecin avait demandé une hospitalisation immédiate et urgente. Son père a déclaré : « Au lieu de l'hôpital, ils ont transféré ma fille en isolement. »

Source : CNRI - 6 janvier 2020