Pin It

prison fashafouyeh teheran iranCSDHI - Selon une militante iranienne des droits des minorités, une quarantaine de détenus souffrent de symptômes de la tuberculose dans le Grand pénitencier en bordure de la capitale iranienne, la prison de Fashafuyeh.

 

Faezeh Abdipour, qui est également l'épouse du détenu, Mohammad Sharifi Moghadam, un derviche Gonabadi, a déclaré dans un tweet le 7 février dernier que « sur 70 prisonniers détenus dans la section 4 de la prison de Fashafuyeh, 40 prisonniers souffraient de tuberculose. »

Leurs symptômes incluent la toux et le vomissement de sang.

Abdipour a déclaré qu'il y avait eu auparavant des rapports similaires d'une épidémie de VIH dans la prison de Fashafuyeh, connue pour ses conditions épouvantables de détention et son manque d'hygiène.

Les conditions sont devenues encore plus terribles après les arrestations massives de manifestants lors des récentes protestations. De nombreux manifestants détenus dans la capitale ont été transférés à Fashahfuyeh, située à 32 kilomètres au sud de Téhéran.

Selon Hassan Khalil Abadi, membre du conseil municipal de Téhéran, la prison manque d'installations de base et les prisonniers sont soumis à des conditions d’incarcération très dures.

Rassoul Hoveida, médecin et derviche de Gonabadi détenu à la prison de Fashafuyeh depuis 2018, avait déclaré précédemment que la prison, qui accueille 15 000 prisonniers, dispose de "très peu d'installations médicales et de médicaments". Il a également déclaré que la clinique médicale n'était pas stérile.

Il a également été rapporté que plus de 180 prisonniers sont obligés de rester dans des cellules qui sont prévues pour 80 prisonniers. Les prisonniers ne dorment que quelques heures dans les couloirs, près des toilettes, et sous les lits, faute de place. 

Source : Iran News Wire