Pin It

Narges Mohammadi iranCSDHI - La prisonnière politique Narges Mohammadi est une militante iranienne des droits humains et la vice-présidente du Defenders of Human Rights Centre (Centre des défenseurs des droits humains).

La militante a reçu des menaces de mort et de violences sexuelles de la part d'un autre détenu, selon sa mère.

Dans une lettre adressée au chef du pouvoir judiciaire iranien, Ebrahim Raisi, Ozra Bazargan, la mère de la prisonnière politique, Narges Mohammadi, a écrit que sa fille était menacée par un détenu condamné pour deux meurtres, vol et trafic de drogue.

Bazargan a déclaré que les autorités pénitentiaires étaient conscientes des menaces proférées et que si quelque chose arrivait à sa fille à la prison de Zanjan, le pouvoir judiciaire devait en rendre compte.

Mohammadi a été transférée de force à Zanjan en décembre 2019 après avoir été brutalisée à la prison d'Evin par le directeur et les gardiens. Zanjan est le pire établissement carcéral, surtout pour Mohammadi qui souffre de problèmes gastro-intestinaux et pulmonaires, car les niveaux d'hygiène y sont bien inférieurs aux normes internationales, les autorités refusant d'autoriser l'utilisation de désinfectants, même lorsque Mohammadi a proposé de les payer elle-même.

Mohammadi purge 16 ans de prison pour « association et collusion contre la sécurité nationale » en raison de son travail avec la Ligue des défenseurs des droits humains et divers groupes féministes et pour avoir organisé des rassemblements sur les droits des citoyens et la pollution atmosphérique.

Lorsqu'elle a commencé à purger cette peine le 15 mars 2017, elle venait de terminer une peine de six ans pour « diffusion de propagande contre l'État » et « association et collusion contre la sécurité nationale ».

Pour aggraver les choses, le coronavirus se propage rapidement à travers l'Iran et fait son chemin dans toutes les prisons.

Pour y faire face, le régime iranien a autorisé certains prisonniers purgeant de courtes peines pour des délits non violents à partir en permission pour se mettre en sécurité. Mais cela ne s'applique pas aux prisonniers politiques, qui sont détenus pour des raisons de sécurité nationale.

Les familles de certains prisonniers politiques kurdes ont indiqué que leurs demandes de congé temporaire de leur parent avaient été rejetées par le Bureau du Procureur et le Département du renseignement de diverses villes du Kurdistan.

La situation est plus grave pour les prisonniers politiques souffrant de graves problèmes de santé, qui sont plus vulnérables à l'infection et se sont déjà vu refuser un traitement médical approprié.

Les familles des prisonniers politiques tentent toujours de faire libérer leurs proches les plus vulnérables, citant les recommandations formelles des médecins des dispensaires selon lesquelles leur vie serait en danger si elles restaient en prison avec les ressources médicales limitées. Jusqu'à présent, ils n'ont pas eu de chance.

Les prisonnières politiques qui sont en danger sont :

Zeinab Jalalian, qui purge une peine d'emprisonnement à perpétuité à Khoy, dans la province de l'Azerbaïdjan occidental. On lui a diagnostiqué diverses maladies, dont des migraines et une aggravation de la maladie des yeux appelée ptérygion.

Parvin Advaii, détenue à la prison de Sanandaj (Centre de réadaptation), souffre d'un dysfonctionnement thyroïdien.

Source : INU