Pin It

prisonniers politiques iranCSDHI - Parallèlement à la propagation rapide du coronavirus en Iran et à l'augmentation des chiffres de mortalité, la vie des prisonniers, notamment politiques, est gravement menacée.

Notamment, en novembre, le régime iranien a tué au moins 1 500 manifestants en public et en a arrêté plus de 12 000 autres selon des informations dissidentes. Les détenus ont été immédiatement exposés à la torture et aux mauvais traitements par les gardiens de la révolution (IRGC ou pasdarans) et les agents du ministère du renseignement et de la sécurité (MOIS) pour obtenir des aveux forcés. De nombreux détenus torturés ont également perdu la vie en raison de l'usage excessif de la violence par les interrogateurs.

Cependant, les manifestants emprisonnés restants vivent dans des conditions désastreuses et souffrent du manque de produits essentiels, notamment de produits sanitaires et de désinfectants. Les gardiens de prison ont annoncé que les familles des prisonniers devaient leur fournir des articles de santé et la direction de la prison ne leur en donnera pas. Il est remarquable de constater que plusieurs prisonniers, y compris des prisonniers politiques, ont été infectés par le COVID-19 dans différentes prisons du pays et que certains d'entre eux sont morts.

Dans ce contexte, deux manifestants, détenus dans le Grand pénitencier de Téhéran, ont récemment expliqué les conditions de détention dans deux lettres distinctes. Soheil Alipanah, 20 ans, et Abolfazl Karimi, 18 ans, ont été arrêtés lors des manifestations de novembre. Voici ce qu'ils ont écrit.

Soheil Alipanah a salué toutes les personnes aimant la liberté, en écrivant…

« Je suis Soheil Alipanah, un jeune de 20 ans. Avant d'aller en prison, j'étais étudiant en comptabilité au troisième semestre. Je vivais dans le bidonville de Téhéran, la ville d'Andisheh, et maintenant je porte ma voix et celle de mes codétenus depuis les barreaux de la prison du Grand Téhéran.

« Nous sommes descendus dans la rue pour protester contre les conditions économiques désastreuses, les prix élevés et la faiblesse du fonctionnement de l'administration d’Hassan Rouhani et, bien sûr, contre toute la tyrannie religieuse.

« Les forces de sécurité ont violemment ouvert le feu sur les manifestants et ont tué beaucoup d'entre nous, et ils nous ont enterrés vivants dans cette fosse commune..

« Nous avons toléré différents types de torture depuis notre arrestation, cependant, voir les cas d'injustice est plus douloureux que la torture physique (comme recevoir des électrochocs ou des coups de matraque).

« J'ai vu de mes propres yeux le régime libérer des pillards, des trafiquants de drogue, des escrocs, des corrompus et de vrais criminels, ou leur a accordé des permissions de sortie ou d'autres privilèges. Cependant, des prisonniers comme moi restent en prison, alors que nous avons dû travailler depuis le début de notre adolescence, avons fait des études le soir et sommes maintenant privés de poursuivre nos études.

« Les prisonniers politiques sont condamnés à mort sans avoir touché une arme ni fait de mal à personne. Nous avons simplement protesté contre l'injustice et crié : "Ce n'est pas notre droit d'être brûlés dans cet enfer" et "Ce n'est pas notre droit d'être enterrés vivants".

« J'ai 20 ans, mais je n'ai jamais ri une seule fois de tout mon cœur. J'ai toujours été confronté à la pauvreté, à la discrimination et à l'injustice ! J'ai donc rejoint les grévistes de la faim.

« J'aimerais que notre voix soit entendue et qu'il y ait un sauveur. Je n'ai plus aucune envie de manger ou de boire. Nous allons soit mourir, soit être sauvés par quelqu'un.

« Soheil Alipanah, 16 mars 2020, du pénitencier central du Grand Téhéran »

 Abolfazl Karimi a également écrit…

Le 16 mars, le prisonnier politique Abolfazl Karimi, 18 ans, a annoncé sa grève de la faim avec 40 autres prisonniers politiques dans le pénitencier central du Grand Téhéran. Il a également noté :

« Je suis Abolfazl Karimi, fils de Mohammad. Je suis un travailleur et ma mère est gravement malade. Elle souffre d'une maladie cardiaque et je la soignais. Je couvrais les dépenses de son traitement et de ses médicaments.

« Je suis l'enfant unique de mes parents et personne n'aide notre famille. Nous vivons dans les pires conditions économiques. Mon père est au chômage et il est également handicapé. J'ai eu beaucoup de mal à joindre les deux bouts pour gagner 1,5 million de tomans [environ 93 € par mois].

« Je travaille même en prison et j'essaie de fournir de l'argent à ma famille pour les travaux de nettoyage. A cause de sa jambe fracturée, mon père ne peut pas travailler. Ma mère a récemment subi une intervention chirurgicale et elle est dans le coma depuis un mois.

« J'ai eu des moments difficiles dans la prison d'Evine et ma mère n'était pas au courant de mes conditions de détention parce que les gardiens de la prison m'empêchaient d'appeler ma famille. Au début, les responsables m'ont gardé en isolement pendant 50 jours. Les interrogateurs m'ont menacé d'arrêter mes parents. Ils m'ont torturé dans les prisons du service du renseignement des pasdarans avec des électrochocs, en disant : « Vous avez tué notre agent ! » Ils m'ont fracturé la tête, arraché les ongles et cassé une dent en me donnant des coups de pied.

« J'invite tout le monde : « Ne dites pas que les services du renseignement des pasdarans n’ont torturé personne. Ce sont les pires oppresseurs. J'en appelle aux personnes qui nous soutiennent. Je jure devant Dieu que nous sommes descendus dans la rue pour protester contre les prix élevés et que nous nous sommes battus pour le peuple. Ne nous laissez pas seuls ! J'ai entamé une grève de la faim et je ne mangerai rien tant que le régime ne m'aura pas libéré ! »

Source : INU