Pin It

sotoudeh coronavirus iranCSDHI - Au moins trois militants politiques de la prison d'Evine à Téhéran se sont joints à la grève de la faim de la célèbre avocate des droits humains emprisonnée Nasrin Sotoudeh pour réclamer la « libération de tous les prisonniers politiques » au milieu de l'épidémie meurtrière du COVID-19, a appris le Centre pour les droits de l'homme en Iran (CDHI).

Le mari de Sotoudeh, Reza Khandan, qui vit à Téhéran avec leurs deux enfants, a déclaré au CDHI que sa femme est consciente des dangers d'une grève de la faim en pleine épidémie virale mortelle lorsque les prisons iraniennes manquent de médicaments et de équipements sanitaires essentiels et qu'elle a commencé la grève de la faim qu’en « dernier recours ».

Nasrin dit : « Si nous allons mourir, soyons aux côtés de nos familles, ne pouvez-vous pas nous laisser sortir même dans ces circonstances ? », a-t-il dit en citant sa femme.

Khandan a ajouté que d'autres prisonniers d'opinion, dont Rezvaneh Khanbeigi, Hossein Sarlak et Morteza Nazari, refusent également de manger en solidarité avec Sotoudeh.

La protestation de la célèbre avocate de la défense a été lancée après que les autorités judiciaires iraniennes ont déclaré avoir autorisé les congés de 85 000 prisonniers (congés temporaires) pour empêcher la propagation du nouveau coronavirus COVID-19, qui a tué au moins 988 personnes et infecté 16 169 au 17 mars 2020, selon le ministère de la santé du pays.

Les responsables iraniens n'ont pas fourni de liste officielle des personnes libérées. Ils n'ont pas non plus indiqué pourquoi certains - y compris les doubles nationaux pacifiques et les étrangers ainsi que les prisonniers politiques - restent derrière les barreaux alors que d'autres autour d'eux bénéficient d'une permission de sortie.

Le 17 mars, Nazanin Zaghari-Ratcliffe, prisonnière irano-britannique ayant la double nationalité, a obtenu une libération temporaire du quartier des femmes de la prison d'Evin jusqu'au 4 avril 2020, selon la campagne « Libérez Nazanin ».

On ne sait toujours pas pourquoi d'autres personnes ayant une double nationalité, notamment Anoosheh Ashoori, une autre citoyenne britannique-iranienne, ou Siamak Namazi, une citoyenne américano-iranienne, se sont vu refuser, entre-temps, une permission de sortie.

Khandan, lui-même ancien prisonnier politique aussi, a fait écho aux inquiétudes des défenseurs des droits humains qui craignent que les prisons iraniennes ne soient un terrain propice à des épidémies mortelles de COVID-19 en raison de la surpopulation et des conditions de vie insalubres qui ont été documentées.

Voici une transcription extraite de ses commentaires au CDHI :

Nous traversons des temps vraiment extraordinaires. C'est comme si nous avions atteint la fin du monde. Notre pays se trouve dans une situation très inhabituelle... Le virus s'est répandu dans tout le pays et la vie des gens est en danger. Dans ces circonstances, imaginez que vous avez une parente en prison et que vous ne savez pas si elle est vivante ou morte parce que les prisonniers ne peuvent utiliser le téléphone que cinq minutes par jour.

Même dans des circonstances normales, les prisonniers de droit commun bénéficient facilement de permissions de sortie, plus que ce que la loi autorise. Nous ne sommes pas opposés à cela. Ils devraient être libérés. Mais nous mettons l'accent sur les prisonniers politiques parce qu'ils sont innocents. Ils ont été emprisonnés simplement pour avoir formulé une critique. Certains d'entre eux, comme les écologistes, n'ont même pas critiqué…

Il y a quelques mois, Nasrin a supplié un autre prisonnier d'opinion, Farhad Meysami, de ne pas faire de grève de la faim parce que c'était trop dangereux. D'une certaine manière, elle disait qu'elle-même n'irait pas aussi loin. Mais ce sont des circonstances extraordinaires.

Les prisonniers politiques s'inquiètent pour eux-mêmes et plus encore pour leurs familles. Ils croient que s'ils sortaient de prison, ils pourraient protéger leurs familles et leurs enfants. Mais ils sont toujours incarcérés, passant chaque instant à attendre des nouvelles tragiques de l'extérieur.

Les prisons ne sont pas en bon état. La meilleure façon de lutter contre cette maladie est de séparer les gens et de les mettre en quarantaine. Mais les rassemblements provoquent la propagation de cette maladie ; une prison n'est rien d'autre qu'un lieu de rassemblement et nos prisons sont surpeuplées. J'ai moi-même été emprisonné dans une pièce avec 60 autres détenus. Ce n'est pas comme si on pouvait se séparer et se mettre en quarantaine. Quand une maladie entre dans la prison, elle ne sort pas si facilement.

Les autorités ont amené la situation à un point tel que Nasrin, qui était contre la grève de la faim, a dû préparer une déclaration avec sa compagne de cellule Nahid Behshid sur la poursuite de la grève de la faim. Et dès qu’elles l'ont fait, les autorités ont dit à Mme Behshid qu'elle pouvait verser une caution et être libérée sur permission. Bien sûr, Mme Behshid poursuivra sa grève de la faim jusqu'à sa libération.

La déclaration suivante a été publiée en persan sur la page Facebook officielle de Nasrin Sotoudeh le 16 mars 2020 et a été traduite en anglais par CHRI :

En pleine crise qui sévit dans le monde et l'Iran, les institutions militaires et du renseignement qui ont miné la sécurité du pays par leurs actions militantes insistent pour poursuivre l'incarcération de prisonniers politiques pendant la situation alarmante actuelle afin d'approfondir et d'élargir cette calamité et permettre à cette tempête virale mortelle d'anéantir tous les prisonniers politiques ou leurs familles. Tout indique que les seuls décideurs à cet égard ne sont autres que la police et les agences de sécurité - les mêmes agences qui ont plongé le pays dans un état d'effondrement et de confusion.

C’est une nécessité nationale de fermer de nombreux quartiers dans les prisons du pays, à savoir le quartier des femmes de la prison d’Evine. C'est également une nécessité nationale pour le gouvernement de rechercher la paix avec le monde afin de bénéficier de la science et de la technologie pour lutter contre la maladie du coronavirus. Étant donné que toutes les communications juridiques et judiciaires sont restées sans réponse, en dernier recours, en tant que prisonnière politique, je vais entamer une grève de la faim pour réitérer la demande de libération des prisonniers politiques. Nasrin Sotoudeh, prison d'Evine – le 16 mars.

Lors d'une conférence de presse le 17 mars, le porte-parole du pouvoir judiciaire, Gholam-Hossein Esmaili, a déclaré qu'à ce jour, « la moitié » de tous les prisonniers condamnés pour de prétendues accusations de « sécurité » - qui ont été utilisées pour emprisonner des militants pacifiques, y compris Sotoudeh - avaient été libérés en congé, parallèlement à 85 000 détenus non politiques.

Esmaili n'a pas révélé combien de prisonniers politiques sont toujours derrière les barreaux.

Dans son dernier compte-rendu présenté au Conseil des droits de l'homme, Javaid Rehman, le rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits humains en République islamique d'Iran, a déclaré qu'il était gravement préoccupé par « la surpopulation, la mauvaise alimentation et le manque d'hygiène » dans les prisons iraniennes. Lors d'une récente conférence de presse, il a demandé que tous les prisonniers politiques soient libérés pour les protéger du COVID-19.

Source : Centre pour les droits de l’homme en Iran