Pin It

Hassan Sadeghi Fatemeh Mossanna iranCSDHI - Le "siège de l'exécution de l'ordre de l'imam Khomeiny", organe officiel sous l'égide du guide suprême des mollahs en Iran, a confisqué la maison des prisonniers politiques Fatemeh Mosanna et Hassan Sadeghi. Le mari et la femme sont en prison depuis quatre ans.

Le "siège de l'exécution de l'ordre de l'imam Khomeiny" connu sous le nom de « Setad » est sous le contrôle direct de Khamenei et saisit les biens des prisonniers politiques, des minorités religieuses et d'autres groupes depuis le début de la révolution islamique en 1979.

La confiscation de la maison du couple a été annoncée dans un verdict rendu précédemment par un tribunal révolutionnaire de Téhéran.
Selon ce verdict, leur boutique a également été confisquée en mars 2019 et leur famille n'a aucune autre source de revenus.

Selon une source bien informée : « La maison de Hassan Sadeghi et Fatemeh Mosanna est située dans la partie orientale de Téhéran. Mme Mosanna a reçu l'avis de confiscation pendant sa permission de sortie de prison. »

Les enfants de Mme Mosanna et sa mère de 89 ans sont sans abri depuis la confiscation par les autorités aient confisqué leur maison à Téhéran.

Depuis 2015, Hassan Sadeghi et sa femme Fatemeh Mosanna purgent une peine de 15 ans de prison après avoir été arrêtés en janvier 2013 parce qu’ils avaient organisé une cérémonie de deuil du père de Hassan Sadeghi, Gholamhossein Sadeghi, membre de l'Organisation des Moudjahidines du peuple d'Iran (OMPI/MEK).

Le gouvernement a confisqué toutes les propriétés du couple, y compris ce qu'Hassan Sadeghi avait hérité de son père.

Hassan Sadeghi a passé six autres années en prison dans les années 1980, de 15 à 21 ans, pour avoir participé à des activités politiques liées à l'OMPI/MEK.

Pendant cette période, la femme de Hassan Sadeghi, Fatemeh Mosanna, et sa mère, Ferdows Mahboubi, ont respectivement purgé deux et quatre ans de prison.

Les frères de Mme Mosanna, Ali, Mostafa et Morteza Mosanna ont été exécutés dans les années 1980, tous pour « collaboration avec l'OMPI/MEK. »

Des milliers de prisonniers politiques et de membres de l'OMPI ont été exécutés sans procès au cours des années 1980.

Il s'agissait pour la plupart de jeunes hommes et femmes, dont certains n'étaient que des adolescents, emprisonnés en raison de leurs opinions politiques et de leurs activités politiques non violentes.

Source : Iran HRM