Pin It

Nasrin Sotoudeh iranCSDHI - Le mari de l'une des dissidentes emprisonnées les plus éminentes d'Iran a vivement critiqué les autorités qui ont refusé de lui accorder une permission de sortie alors que la prison où l'avocate iranienne est détenue, est gravement touchée par le coronavirus, mais également, parce que la santé de son épouse est préoccupante.

Dans une interview téléphonique jeudi avec VOA Persan de Téhéran, Reza Khandan a reproché au gouvernement iranien d'avoir libéré temporairement des milliers de criminels de droit commun depuis la fin février en partie pour les protéger du virus, tout en refusant de faire de même pour des dissidents tels que sa femme, Nasrin Sotoudeh. « Dans cette situation très dangereuse avec la propagation du coronavirus dans les prisons iraniennes, les autorités ont traité les prisonniers politiques plus sévèrement », a déclaré Khandan.

Sotoudeh est une avocate de la défense iranienne qui est détenue depuis juin 2018 dans la prison d’Evine de Téhéran. Khandan a déjà déclaré qu'elle purgeait une peine de plus de 30 ans pour des infractions présumées à la sécurité nationale liées à son travail de défense des femmes iraniennes arrêtées pour avoir retiré leur hijab ou leur foulard obligatoire lors de manifestations publiques contre les dirigeants islamistes.

L'Iran a arrêté plusieurs défenseur(e)s des droits humains ces dernières années sous des prétextes similaires. « Le traitement réservé aux avocats par le régime transmet un message spécifique », a déclaré Khandan. « Le message est que la loi et la justice n'ont aucun sens pour le régime. »

Khandan a été arrêté en septembre 2018 et accusé de subversion à cause de sa campagne publique en faveur de la libération de sa femme, qui avait été arrêtée trois mois plus tôt. Il a été libéré en décembre 2018 et condamné le mois suivant à six ans de prison mais il est resté en liberté en attendant son appel.

Dans une interview vidéo disctincte avec le Bureau des droits humains des Nations Unies publiée jeudi, Khandan a déclaré qu'il avait de grandes inquiétudes concernant la santé de Sotoudeh parce que les installations médicales sont inadéquates et que les carences d'hygiène et d'équipements sanitaires de base dans la prison d'Evine sont plus que flagrantes.

« Ma femme a des problèmes de santé sous-jacents », a déclaré Khandan. « Quand je lui ai parlé hier, elle m'a dit que depuis les deux derniers mois, elle n'était pas allée au service médical car elle avait peur de contracter le COVID-19. Au lieu de cela, elle a essayé de se soigner toute seule et de supporter la situation. »

Khandan a également appelé à un soutien international pour les prisonniers d'opinion iraniens. « J'espère que l'attention de l'opinion publique et des organisations internationales sur la situation augmentera et qu'ils demanderont sérieusement au gouvernement iranien de libérer les prisonniers politiques », a-t-il déclaré.

Le pouvoir judiciaire iranien a déclaré que les dissidents purgeant plus de cinq ans de prison pour des infractions désignées comme des infractions liées à la sécurité nationale ne sont pas éligibles aux permissions liées au coronavirus.

Dans une déclaration accompagnant son interview avec Khandan, le Bureau des droits de l'homme des Nations unies a déclaré qu'il saluait les libérations temporaires de milliers de prisonniers par l'Iran ces derniers mois comme une mesure urgente de santé publique. Mais il a ajouté que l'Iran doit également libérer les prisonniers politiques, les avocats et défenseurs des droits de l'homme, les journalistes, les artistes, les défenseurs de l'environnement et les ressortissants étrangers qui se sont vu refuser ces permissions.

Source : VOA