Pin It

Hashem Khastar iranCSDHI - L'épouse d'un prisonnier politique iranien emprisonné depuis l'année dernière a déclaré que son mari malade avait reçu l’interdiction de lui passer un coup de fil, de passer des appels téléphoniques réguliers et qu’il était privé de soins médicaux malgré l'épidémie du coronavirus, la COVID-19, dans la prison de Vakilbad à Mashhad en Iran.

Dans un article publié sur sa page Facebook le 29 juin, Sedigheh Maliki-Fard a déclaré que pendant plus de 325 jours, son mari, Hashem Khastar, a été détenu en isolement au Département du renseignement et dans la prison de Vakilabad à Mashhad sans permission.

Mme Maleki Fard a déclaré : « Tous les prisonniers ont une carte téléphonique et sont en contact avec leur famille. Mais malgré le fait qu'il ait été condamné à une peine définitive, M. Khastan n'a pas été autorisé à avoir une carte de téléphone... Les gardes de sécurité ont installé une prison à l'intérieur de la prison pour lui, et maintenant je n'ai plus de nouvelles de mon mari malade en prison."

« Depuis un certain temps, mon mari souffre de maladies gastro-intestinales et d'hypertension, qu'il a développées pendant sa détention. Son avocat et moi-même avons à plusieurs reprises saisi le tribunal révolutionnaire de la ville du nord-est et avons même rencontré le procureur adjoint pour demander une libération temporaire pour lui, mais aucune mesure n'a encore été prise », a ajouté Mme Maleki Fard, inquiète pour son époux, tout comme leur fille.

Elle a déclaré qu'il devait être opéré, mais il a refusé de le faire en raison de l'apparition du coronavirus dans la prison.

Les responsables de la prison ont conditionné son congé médical à l'autorisation du médecin légiste et du bureau du procureur. Cependant, malgré le suivi continu de sa femme, aucune mesure n'a été prise par le bureau du procureur jusqu'à présent.

Hachem Khastar, un éminent défenseur des droits des enseignants iraniens, a été arrêté en août 2019 après avoir signé une lettre ouverte avec 13 autres dissidents, appelant à la démission du Guide suprême, Ali Khamenei.

Il a été condamné à une dernière peine de 16 ans de prison le 29 mars pour « appartenance à un groupe antigouvernemental » et « diffusion de propagande antigouvernementale et administration d'une chaîne de médias sociaux Telegram avec l'intention de perturber la sécurité nationale. »

La lettre du 11 juin 2019 disait « Le temps est venu pour le peuple, les penseurs et les individus bienveillants de diriger un mouvement national en mettant de côté les tendances conciliatrices qui ont facilité la destruction de notre culture, de notre civilisation et de notre richesse nationale, et en toute honnêteté, de monter sur le ring et d'exiger des changements fondamentaux à la Constitution et la démission du dirigeant qui étend injustement son autorité au quotidien. »

Source : Iran HRM