Pin It

ImageCSDHI -  Selon AFP  La justice iranienne a condamné deux étudiants kurdes à deux ans de prison ferme pour propagande contre le pouvoir islamique et participation à des rassemblements illégaux, a rapporté lundi la presse.

Sabah Nasri et Hedayat Ghazali, deux étudiants de Téhéran, sont en prison depuis quatorze mois, a déclaré leur avocat Saleh Nikbakht, cité par le quotidien Kargozaran.
"J'ai reçu dimanche le verdict de mes deux clients", a ajouté l'avocat, selon le quotidien Etemad.

Pin It

ImageCSDHI - Zeinab Bayazidi a été condamnée à quatre ans de prison et à l'exil à Zanjan pour avoir choisi un nom kurde pour son magasin et s’être engagée dans la campagne d'un million de signatures.

Les féministes iraniennes ont lancé une campagne pour rassembler un million de signatures pour demander des droits égaux en ce qui concerne le mariage, le divorce, l'héritage et la garde des enfants.
 

Pin It

 ImageUne féministe iranienne, Nahid Jafari, a été relaxée en appel de sa peine avec sursis de six mois de prison et 10 coups de fouet, a rapporté lundi le quotidien Kargozaran.

Les féministes iraniennes ont lancé une campagne pour rassembler un million de signatures pour demander des droits égaux en ce qui concerne le mariage, le divorce, l'héritage et la garde des enfants.

Selon ce journal , le verdict du tribunal révolutionnaire, rendu en avril dernier pour tentative de trouble de l'ordre public, a été rejeté par la cour d'appel.

Pin It

ImageUn détenu de la prison de Dastgerd à Isphahan , a été transféré dans une cellule  le mardi 12 août, en attendant que les autorités préparent son exécution.  Son nom est Bijan Shah-Mansouri,  30 ans, Il a été détenu dans la redoutable section 4 de cette prison pendant trois années.

 

Pin It

ImageAprès son arrestation Zeinab Bayazidi, pour protester contre: la procédure obscure de son procès, sa condamnation à quatre ans de prison et la décision de son exil, a  entame une grève de la faim. Ce geste a pour but de protester contre le verdict, et dénoncer les comportements  inhumains des gardiens de prison.

Zeinab a passé son quatrième jour de grève de la faim. Les forces de sécurité et le chef de la prison, sont intervenus à plusieurs reprises pour l'obliger à briser sa grève, mais elle persiste toujours malgré les menaces.

Pin It

ImageTrois étudiants iraniens, détenus depuis plus d'un an et condamnés pour publications insultant le régime, ont bénéficié d'une libération conditionnelle, ont annoncé les agences de presse.

Arrêtés en mai 2007, Ehsan Mansouri, Madjid Tavakoli et Ahmad Ghassaban avaient été condamnés à des peines allant de 22 mois à 30 mois de prison en octobre dernier.

Pin It

ImageUne grande mutinerie a éclaté le 4 août dans une prison de la ville de Yazd dans le centre de l’Iran. Les prisonniers y sont souvent maltraités et insultés par les gardiens.

Les prisonniers sont régulièrement harcelés par le procureur qui visite l'installation toutes les fins de semaine, selon les sources de la résistance en Iran. On y compte 300 détenus qui pour la plupart été transférés d’ailleurs. 
 

Pin It

ImageL’ayatollah Boroujerdi opposant au régime des mollahs est gravement malade. Détenu dans la prison d’Evine à Téhéran, l’ayatollah Boroujerdi souffre de la maladie de Parkinson, de diabète, d’hypertension artérielle et de problèmes cardiaques.


La semaine dernière, les gardiens sont venus dans sa cellule sous prétexte de la pulvérisation d'insecticides, ils l’ont aspergé, visant le visage et les yeux.Il a perdu l'œil gauche et connaît des problèmes respiratoires. Ses proches disent qu'il est dans des conditions très graves.

Pin It

ImageLe tribunal révolutionnaire de Téhéran a rendu son verdict pour neuf Azeri politiques, militants culturels et des droits de l’Homme. Le juge a condamné   Saïd Matine, journaliste, à sept ans de prison pour ses liens avec l’étranger et un an de prison pour propagande contre le pouvoir, soit un total de huit ans d'emprisonnement.

Pin It

Le conseil national de la Résistance iranienne a publié le communiqué suivant :

A la suite de manifestations et d’affrontements dimanche dernier entre les forces de sécurité et la population en colère de Zahedan, la capitale de la province du Sistan-Baloutchistan dans le sud-est de l’Iran, un grand nombre de personnes ont été arrêtées. Parmi les détenus figurent de nombreux jeunes dont nul ne sait ce qu’ils sont devenus.