Pin It

ImageSelon le journal officiel Entekhab du 28 mai, la Cour suprême en Iran a confirmé la condamnation à 32 ans de prison et 274 coups de fouet pour trois personnes.


Les juges de cinquième chambre de la cour pénale du Khorassan Razavi (à l’est de l’Iran) a condamné deux accusés pour crime moral à 30 ans de prison et 200 coups de fouet et aussi une troisième personne à 2 ans de prison et 74 coups de fouet pour complicité.

Pin It

Habibollah Latifi, 26 ans, est détenu dans la prison de Sanandaj, dans le Kurdistan d’Iran, depuis  huit mois. Le tribunal n’a pas encore précisé les charges qui pèsent contre lui.

La dernière fois que sa famille est allée chercher de ses nouvelles au tribunal de Sanandaj, elle s’est heurtée à la réaction brutale du chef de la sécurité et du renseignement, Hamze'i.

Pin It

Un militant féministe iranien, Amir Yaqoubali, a été condamné à un an de prison, a rapporté lundi le quotidien modéré iranien Kargozaran, qui n'a pas donné de précisions quant aux accusations portées contre lui.

M. Yaqoubali est membre du comité des hommes de la campagne d'un million de signatures lancée en juin 2006 pour modifier les lois iraniennes discriminatoires contre les femmes et demander des droits égaux en ce qui concerne le mariage, le divorce, l'héritage et la garde des enfants.
Selon un site internet féministe, M. Yaqoubali avait été interpellé alors qu'il collectait des signatures pour cette pétition.

Pin It

La justice iranienne a commué en une amende la peine de prison et de fouet d'Ali Nikounesbati, un leader étudiant.
M. Nikounesbati avait été arrêté le 8 novembre pour participation à une manifestation le 20 octobre et accusé de tentative de trouble de l'ordre public. Il avait été libéré un mois plus tard.

Pin It

Des familles d'ouvriers emprisonnés, arrêtés lors de la journée internationale du travail à Assalouyeh,  se sont installées sur la place principale de Bouchehr dans le sud de l'Iran pour protester.

Selon les informations reçues, cela fait plusieurs jours que ces familles protestataires s’y sont installées pour exiger de pouvoir rendre visite aux ouvriers détenus, mais le régime iranien ne leur a donné aucune réponse, selon le journal Dast-Ranj du 11 mai.

Pin It

Imagel'agence de presse officielle Mehr lundi 21 avril, a rapporté Le régime iranien construit de nouvelles prisons dites « maisons d'arrêt provisoires » à Téhéran.
“Pour l’instant, dans la province de Téhéran, une maison d'arrêt spéciale de détention provisoire a été construite  sur l'autoroute Ressalat  (…) Il est prévu d’n construire deux autres avant la fin de l'année (iranienne) à  Téhéran.  Cependant, sur la base d'estimation, quatre autres bâtiments de la même nature devraient être bâtis dans la province de Téhéran”, a déclaré Sohrab Soleimani, le directeur des prisons du régime.

Pin It

Imagepour la libération de leurs camarades emprisonnés

le Conseil de la Résistance Iranienne a publié le communiqué suivante;

 Lors d'une importante manifestation à Téhéran mardi à l'université Polytechnique Amir Kabir, plus d'un millier d'étudiants ont scandé « Mort au dictateur », « Ahmadinejad - Pinochet, l'Iran ne sera pas le Chili » et « Libérez les étudiants emprisonnés ». 
Leur protestation intervient après l'annonce par le pouvoir judiciaire des mollahs la semaine dernière de la condamnation à environ deux ans de prison de trois de leurs camarades emprisonnés pour "insulte aux autorités". Les protestataires ont exigé leur libération.

Pin It

ImageUne troisième activiste féministe iranienne, Nahid Jafari, a été condamnée à une peine avec sursis de six mois de prison et 10 coups de fouet par le tribunal révolutionnaire de Téhéran, a rapporté mercredi le quotidien réformateur Etemad.

"Le tribunal a relaxé ma cliente des accusations d'atteinte à la sécurité nationale et non respect d'un ordre donné par la police, mais il l'a reconnue coupable de tentative de trouble de l'ordre public", a déclaré l'avocate Zohreh Arzani, citée par le journal. Cette peine est assortie d'un sursis de deux ans.

Pin It

ImageDes étudiants iraniens de l'Université Amir Kabir à Téhéran ont manifesté mardi contre la détention de trois de leurs collègues récemment condamnés à la prison, a rapporté l'agence Fars.

Les étudiants, dont le nombre n'a pas été précisé, ont protesté contre les peines de 22 à 30 mois de prison ferme infligées récemment à Ehsan Mansouri, Majid Tavakoli et Ahmad Ghassaban, pour insultes contre l'Islam.

Pin It

Ces derniers jours, au moins quatre prisonniers ont perdu la vie pour n'avoir pas reçu d'assistance médicale appropriée à la prison de Dasguerd de la ville d'Ispahan dans le centre de l’Iran.


Vendredi, Ahmad Massali, âgé de 35 ans, est mort en prison après deux jours de douleurs intenses. Ses demandes de transfert à la clinique pénitentiaire ont été rejetées par le directeur de la prison.