Pin It

ImageCSDHI – Des agents du ministère du Renseignement ont arrêté Homa et Nasrine Nikbakht, le 16 septembre et les ont transférées au siège provincial du renseignement à Golpaygan, dans la province d’Ispahan.

Homa Nikhbakht est étudiante à l’université de Chahr-e-Kurd. Elles ont été interrogées pendant des heures, insultées et menaces.  Quand elles ont demandé la raison de leur arrestation, on leur a dit qu’elles « menaçaient la sécurité nationale ». Une enquête a été ouverte et elles seront sous peu traduite devant un tribunal.

Pin It

ImageCSDHI - L'Association iranienne de défense des droits des prisonniers a critiqué mardi les conditions de détention des prisonniers d'opinion en Iran.
"Les autorités ne reconnaissent pas l'existence de prisonniers politiques, alors que des étudiants ou des activistes politiques sont arrêtés seulement pour avoir critiqué la situation existante", a déclaré Mohammad Javad Mozafar, membre de l'association.

Pin It

CSDHI - Un militant iranien des droits de l'Homme, Ebrahim Mehrnahad, a été condamné à cinq ans de prison dont deux avec sursis pour action contre la sécurité nationale et propagande, a rapporté samedi la presse locale.

Dans une autre affaire, Ehteram Shadfar, une militante féministe, a écopé d'une peine de six mois de prison avec sursis, selon le journal Kargozaran. Elle était impliquée dans la campagne « Un million de signatures » qui a pour but d'obtenir pour les femmes des droits similaires à ceux des hommes en matière de divorce, d'héritage ou de garde des enfants en Iran.

 

Pin It

CSDHI - Selon le quotidien  Kargozaran , la cour d'appel a condamné un membre du syndicat des enseignants, Ali Poursoleyman, à un an de prison et 35 coups de fouet avec un sursis de cinq ans.

Enfin, la cour d'appel a transformé la peine de trois ans de prison d'un enseignant, Mohammad Hachémi, pour ses activités syndicales, à une amende de 15 millions de rials (1.070 euros) a déclaré leur avocate, Farideh Gheyrat.
(avec AFP)

Pin It

ImageCSDHI – Les commerçants de Mahabad ont refusé d'ouvrir avant 11h00 samedi en signe de soutien à la grève de la faim que mènent les prisonniers politiques kurdes de cette ville du nord-ouest de l’Iran. 

Les Forces de sécurité de l'Etat (FSE) et les agents du Ministère du renseignement ont attaqué les commerçants et les passants dans les rues pour les forcer à ouvrir leurs commerces.

Les habitants ont afflué devant le tribunal de la ville. Des agents en civils prenaient des photos et des films des manifestants.

Les prisonniers politiques kurdes ont entamé une grève de la faim au niveau national contre les conditions de détention, a déclaré un communiqué marquant le début de la protestation le 25 août.

Pin It

ImageCSDHI - 80 prisonniers politiques kurdes ont entamé une grève de la faim contre leurs conditions de détention, a annoncé un communiqué marquant le début de la protestation le 26 août.

« Il y a 40 prisonniers à Oroumieh dans le nord-ouest, 15 à Mahabad dans le nord-ouest, 13 à Sanandaj dans l'ouest et 8 à la prison d’Evine de Téhéran », dit le communiqué, sans localiser quatre autres prisonniers.

Le communiqué interpelle la « conscience du monde » d’agir au nom des prisonniers politiques vivant dans des conditions qui ne cessent d’empirer dans les prisons des mollahs. Huit journalistes et des prisonniers politiques kurdes sont le couloir de la mort, selon le texte.

Pin It

CSDHI - Le chef du syndicat des enseignants iraniens, Ali Akbar Baghani, a été condamné à cinq ans de prison avec sursis pour sa participation à un mouvement social, a déclaré son avocat Peyman Hadj Mohammad Attar, cité mardi par l'agence Ilna.
"La peine de cinq ans de prison avec sursis a été confirmée" en appel, a déclaré l'avocat.

Pin It

ImageCSDHI - Des prisonniers kurdes, tous emprisonnés en Iran pour des motifs politiques, ont commencé lundi une grève de la faim illimitée afin de promouvoir les droits de l'homme.

La nouvelle, publiée par l'agence kurde Mokrian, a été confirmée par la sœur d’Adnan Hassanpour, un journaliste primé et condamné à mort.

Hassanpour a reçu un prix de la presse en Italie décerné par l’association de l'information, la sécurité et la liberté.

Pin It

ImageCSDHI -  Selon AFP  La justice iranienne a condamné deux étudiants kurdes à deux ans de prison ferme pour propagande contre le pouvoir islamique et participation à des rassemblements illégaux, a rapporté lundi la presse.

Sabah Nasri et Hedayat Ghazali, deux étudiants de Téhéran, sont en prison depuis quatorze mois, a déclaré leur avocat Saleh Nikbakht, cité par le quotidien Kargozaran.
"J'ai reçu dimanche le verdict de mes deux clients", a ajouté l'avocat, selon le quotidien Etemad.

Pin It

ImageCSDHI - Zeinab Bayazidi a été condamnée à quatre ans de prison et à l'exil à Zanjan pour avoir choisi un nom kurde pour son magasin et s’être engagée dans la campagne d'un million de signatures.

Les féministes iraniennes ont lancé une campagne pour rassembler un million de signatures pour demander des droits égaux en ce qui concerne le mariage, le divorce, l'héritage et la garde des enfants.