Pin It

ImageIran manif - Devant le nombre croissant de prisonniers dû aux vagues d'arrestations, le régime des mollahs construit des prisons à tour de bras. Dans la province de Guilan, dans le nord de l'Iran,  c'est trois nouvelles maisons d'arrêt qui sont en train de sortir de terre, annonce l'agence de presse Irna le 11 novembre.

 

Pin It

ImageAmnesty International - Sep personnes ont été arrêtées par des responsables du ministère du Renseignement, à la fin du mois d'août et au début du mois de septembre, parce qu'elles avaient participé à une cérémonie marquant le 19e anniversaire des massacres de prisonniers perpétrés en 1988, au cours desquels des milliers de prisonniers politiques avaient été exécutés. Le 29 août, des proches des victimes se sont rassemblés à Khavaran, dans le sud de Téhéran, près d'une fosse commune où certains des prisonniers ont été enterrés
 

Pin It

CSDHI - M. Ramezan Alipour, un ouvrier militant de l'usine de canne à sucre de Haft Tappeh    à Chouch, dans le sud de l'Iran, qui avait été enlevé par la police secrète le 5 novembre, se trouve actuellement  soumis à des tortures physiques et mentales brutales. L'association des défenseurs des droits de l'homme et de la démocratie en Iran qui rapporte la nouvelle le 8 novembre, indique aussi qu'il est gravement blessé au cou.

Pin It

ImageLa justice iranienne a confirmé la condamnation à cinq ans de prison du responsable du syndicat des conducteurs d'autobus de Téhéran, Mansour Ossalou, arrêté à la suite de mouvements sociaux, a rapporté mardi l'agence Isna.

"Le tribunal d'appel de la province de Téhéran a confirmé la peine de cinq ans de prison" de Mansour Ossalou, a déclaré son avocat, Parviz Khorshid.

Pin It

CSDHI - Les détenus de la prison d'Evine se sont révoltés contre leurs tortionnaires a annoncé la télévision de Voice of America le 13 octobre.  Après une agression violente des bourreaux contre un vieux prisonnier, ses compagnons d'infortune sont venus à son secours.

 

Pin It

CNRI - Le 7 octobre 2006, les forces de sécurité de l'Etat (FSE) lançaient un raid contre le domicile de l'ayatollah Sid Hossein Kazemaini Boroujerdi dans l'ouest de Téhéran et l'arrêtaient avec plusieurs de ses partisans. Ils avaient été transférés à la sinistre prison d'Evine.

Pin It

ImageReuters - Une opposante iranienne réfugiée en France, Laïa Roshan, qui assure avoir vu le président iranien Mahmoud Ahmadinejad diriger une unité de torture dans une prison de Téhéran en 1982, a annoncé son intention mercredi de déposer plainte à Paris.

Cette femme de 58 ans est intervenue publiquement lors d'une conférence de presse organisée à Paris par l'Organisation des moudjahidine du peuple iranien (OMPI), principale composante de l'opposition au régime de Téhéran, installée en France.


 

Pin It

ImageLCI, 12 septembre - Direction l'Iran. La prison d'Evine de Téhéran est aussi célèbre et aussi sinistre qu'Alcatraz.

Evine c'est un haut lieu de la révolution. Mais c'est rare qu'on puisse visiter le bâtiment. Des journalistes ont pourtant eu la surprise d'y être invités et dans la cour, ça tombe bien, ils ont rencontré un de ces immigrés qui a eu la mauvaise idée de rentrer au pays. Un de ces suspects que les tribunaux islamiques accusent en ce moment d'espionnage. Il s'appelle Kian Tajbakhsh. Il est Américain, il est sociologue. Il est enfermé depuis 4 mois et il espère bien que son calvaire se termine, qu'il soit bientôt relâché.

 

Pin It

CNRI - M. Khalil Chaltchi, un prisonnier politique de 65 ans, accusé de soutenir la principale opposition iranienne, les Moudjahidine du peuple d'Iran (l'OMPI), est incarcéré dans la sinistre prison d'Evine depuis l'an 2000. Il est en mauvaise santé et ces dernières semaines, son état s'est sérieusement détérioré. M. Chaltchi a besoin de soins médicaux urgents en raison de graves maladies.


 

Pin It

ImageCinq syndicalistes iraniens arrêtés en août après s'être rendus à la maison du chef du syndicat des conducteurs d'autobus, lui aussi détenu, sont accusés d'action contre la sécurité nationale, a déclaré dimanche un de leurs avocats.
La femme du chef du syndicat a par ailleurs expliqué qu'il lui avait été interdit de rencontrer son mari depuis son interpellation.