Pin It

ImageIran Focus, Téhéran, 22 juin - Deux proches parents de prisonniers politiques ont été arrêtés une deuxième fois après avoir comparu devant un juge pour avoir protesté devant la funeste prison d'Evine de Téhéran.

Ces deux personnes, une femme du nom de Maryam Arayi, et un homme du nom de Mehdi Farhi-Chandiz, avaient dans un premier temps été arrêtés avec d'autres parents de prisonniers politiques qui avaient organisé un sit-in devant la prison d'Evine les 14 et 15 juin.

 

Pin It

ImageIran Focus, Téhéran, 22 juin - Un jeune prisonnier en Iran s'est cousu la bouche pour protester contre un augmentation soudaine de sa peine d'emprisonnement, a rapporté un quotidien officiel.

Le jeune homme, identifié par son seul prénom Mohsen, est en prison depuis quatre ans, écrivait dimanche Hamchahri.

Ayant purgé sa peine, Mohsen a été averti qu'il devait purger cinq années supplémentaires.


 

Pin It
ImageRadio canada, 31 mars - Le médecin iranien qui a reçu et examiné Zahra Kazemi à son arrivée dans un hôpital de Téhéran, affirme que la photojournaliste canadienne a été sauvagement battue, torturée et violée pendant sa détention à la prison d'Evine.

Le médecin Shahram Aazam, qui a obtenu récemment le statut de réfugié au Canada, a étayé ces déclarations jeudi, lors d'une conférence de presse à Ottawa.

Zahra Kazemi a vécu l'enfer.

Pin It
Iran Focus, 18 mars - Les prisonniers politiques des prisons de Téhéran et de Radjaïchahr ont repris une grève de la faim, c'est ce que nous apprend le père de l'un d'entre eux dans une interview radio diffusée.

M. Taghi Hamidi, dont le fils, le médecin Farzad Hamidi est prisonnier politique en Iran, a répondu aux questions de Radio Farda. Il a rappelé que son fils avait suivi une première grève de la faim de 46 jours pour demander la libération de tous les prisonniers politiques, et qu'il était actuellement très affaibli.

Pin It
ImageIran Focus, Téhéran, 18 février - Une grève de la faim menée par sept prisonniers politiques dans la prison de Raja'i -Chahr près de Karadj (ouest de Téhéran) est entrée dans sa troisième semaine.

La grève se la faim a commencé le 25 janvier pour protester contre leur internement dans le quartier des "criminels dangereux ». Des informations font état d'agressions et de menaces par des criminels contre les prisonniers politiques.