Pin It

CSDHI - Les sept personnes arrêtées pour avoir protesté contre l'arrestation de Mansour Ossanlu, le président du syndicat des chauffeurs de bus de Téhéran, le 9 août ont été transférées à la prison d'Evine et privées du droit de visite de leur famille.

Pin It

Iran Manif - Les familles des personnes arretées par le régime le 9 août dernier se sont rassemblées devant le tribunal dans la rue Moalem de Téhéran le 19 août pour protester contre ces détentions et réclamer leur libération.

Le 9 août les forces de sécurité avaient chargé des protestataires rassemblés pour dénoncer des rafles de militants ouvriers, notamment de Mansour Ossanlou, le président du syndicat des chauffeurs de bus de Téhéran et de sa banlieue.
 

Pin It

ImageCSDHI - Selon des informations reçues, Saleh Kamerani  un avocat  azeri bien connu a été enlevé par les forces de sécurité lors d'un mariage à Karadj, dans la banlieue ouest de Téhéran, samedi 18 août, dans la soirée.

Il a été emmené dans un lieu inconnu. Saleh Kamerani était défenseur de militants politiques azeri et aussi l'avocat du journal suspendu Shams-Tabriz.
 
Il avait été arrêté après les grandes manifestations dans la province d'Azerbaïdjan en juin  2006, et avait passé plusieurs mois derrière des barreaux des prisons du ministère de renseignement et à Evine.

Pin It

ImageCSDHI - Selon des informations reçues d'Iran, le régime des mollahs a augmenté la pression contre Abass Lessany, prisonnier politique  incarcéré dans la prison d'Ardebil dans le nord du pays.

Les bourreaux ont installé une camera de surveillance dans sa cellule, chaque fois qu'il commence à écrire les enquêteurs entrent dans la cellule et l'interroge sous divers prétexte.
 

Pin It

TEHERAN, 20 août 2007 (AFP) - Trois étudiants iraniens, détenus pour avoir publié des articles jugés anti-islamiques par les autorités, ont été torturés pour produire des aveux, a déclaré lundi la mère de l'un d'eux.
"Nos enfants ont été forcés à faire des aveux sous la torture en prison", a dit Azam Tadjik, la mère d'Ehsan Mansouri, un étudiant détenu depuis le mois de mai, lors d'une conférence de presse organisée par l'avocate et prix Nobel de la paix Shirin Ebadi.

Pin It

ImageLe vice-procureur de Téhéran, Hassan Zareh connu sous le nom de Juge Haddad, chef de la direction de la sécurité, a qualifié la section 209 de la sinistre prison d'Evine de Téhéran d' "une des meilleures maisons d'arrêt au monde."

 

Pin It

ImageThe Guardian, Téhéran, 27 juillet - par Robert Tait 

 Les craintes que l'Iran maltraite systématiquement les prisonniers politiques et les opposants ont été ravivées après que les parents de trois militants étudiants emprisonnés aient affirmé que leurs fils avaient été torturés.

Dans une lettre au chef de pouvoir judiciaire, l'ayatollah Mahmoud Hachemi Chahroudi, les parents ont affirmé que les étudiants avaient subi des violences physiques et psychologiques depuis de leur incarcération à la prison d'Evine de Téhéran en mai.

Pin It

TEHERAN, 17 juil 2007 (AFP) - La justice iranienne a affirmé mardi que les "déclarations" d'Irano-américains qui seront diffusées mercredi et jeudi par la télévision d'Etat ne sont pas des confessions légales, insistant sur le fait qu'ils parlent en tant qu'"experts".

Les déclarations de l'universitaire irano-américaine Haleh Esfandiari et du sociologue Kian Tajbakhsh doivent être diffusées mercredi et jeudi soir par la télévision d'Etat dans un programme intitulé "Au nom de la démocratie".


Mme Esfandiari et M. Tajbakhsh, ainsi que l'homme d'affaires irano-américain Ali Shakeri, sont accusés d'action contre la sécurité d'Etat et de tentative de mener une révolution de velours contre le régime islamique, et ont été placés en détention après leur arrestation en mai.


 

Pin It

ImageCSDHI - Les prisonniers politiques détenus à Evine et Gohardachte, a l'occasion de huitième anniversaire du soulèvement étudiant du 9 juillet - « 18 Tir » - 1999 ont demandé la libération des étudiants emprisonnés.

Ils ont déclaré dans une communiqué : «Aujourd'hui à la veille du huitième anniversaire du soulèvement étudiant du 9 juillet nous, prisonniers politique détenus dans les terribles prisons du régime des mollahs, commémorons le souvenirs des martyrs du  9 juillet 1999 et demandons la libération du dernier prisonnier du  9 juillet et de tous les prisonniers politiques en Iran. »

Pin It

ImageCSDHI - Les prisonniers politiques incarcérés à la prison d'Evine de Téhéran, dans la sinistre section 209, ont entamé une grève de la faim lundi 10 juillet pour  protester contre les traitements inhumains dont ils sont victimes et en solidarité avec la révolte des étudiants du 9 juillet 1999, selon la  lettre d'infos  d'Amir-Kabir, un bulletin étudiant.
 
 « Les  souvenirs des victime du  9 juillet 1999 ne sera jamais effacé de notre mémoire. Mais le traitement cruel des opposants de la liberté rappelle tous les jours cette histoire.