Iran child laborCSDHI - Dans un article publié par l'UNICEF, aujourd'hui, les Nations Unies ont choisi le 12 juin comme Journée mondiale contre le travail des enfants. Célébrée chaque année, la Journée a pour but d’accroître la sensibilisation au cycle de pauvreté qui se crée quand les enfants doivent travailler, se privant ainsi de possibilités d’éducation.

 

En Iran, une recherche montre que 45% des enfants travailleurs iraniens et ceux qui vivent dans la rue souffrent de maladies telles que le sida, l'hépatite et d'autres. Ils souffrent également de malnutrition, de brièveté, de faible poids, de maladies de la peau et de troubles psychologiques.

 

Beaucoup de ces enfants travaillent au moins 6 heures par jour et ne mangent même pas un seul repas décent, ce qui les expose à de plus grands risques de santé. Un grand nombre de ces enfants transportent de lourdes charges, leur causant des problèmes de dos à un âge précoce. Et comme ils n'ont pas accès à des soins médicaux, de telles maladies ouvrent la voie à d'autres problèmes plus tard.

 

Les enfants mendiants sont parfois intentionnellement défigurés pour que les passants leur donnent plus d'argent. Ils peuvent être battus s'ils ne parviennent pas à collecter suffisamment d'argent.

 

Reza Ghadimi, directeur général de l'Organisation des services sociaux de la municipalité de Téhéran, estime que plus de 90 % des enfants travailleurs iraniens ont été agressés sexuellement. (Agence de presse officielle, ISNA - 5 novembre 2017)

 

Le Dr Minou Mohraz, chef du Centre iranien de la recherche sur le sida, a déclaré que « le taux d'infection par le VIH chez les enfants travailleurs iraniens et les enfants des rues est 45 fois plus élevée que la moyenne ».

 

Un membre de la municipalité de Téhéran, Fatemeh Daneshvar, a souligné, le samedi 1er juillet 2017, les dangers qui menaçaient la vie de ces enfants. Elle a dit : « Il y a de nombreux cas où les enfants disparaissent et leurs organes font l’objet de contrebande. Après un certain temps, leurs corps sont retrouvés abandonnés dans les déserts, sans reins ni yeux ». (Le journal officiel Hamshahri, 2 juillet 2017)

 

Des centaines d'enfants ont également été recrutés de force par les gangs pour transporter de la drogue.

 

S'adressant à l'agence de presse ILNA, Sarah Rezaie, membre de la soi-disant Société Imam Ali, a décrit comment certains enfants sont forcés d'avaler des paquets de médicaments pour les transférer de l'autre côté de la frontière. Après avoir traversé la frontière, ils les excrètent. Beaucoup sont morts durant le processus, a déclaré Rezaie.

 

Sousan Maziarfar, un autre membre de la Société Imam Ali, a révélé que beaucoup d'enfants travaillant dans les décharges ne sont pas seulement soumis à diverses maladies infectieuses, mais sont également blessés par des rats qui leur rongent le visage, les doigts et les orteils.

 

Malgré tant de souffrances et une longue liste de risques qui menacent continuellement leurs vies, ces enfants ne reçoivent qu'un cinquième du salaire d'un travailleur normal et n'ont aucun soutien s'ils sont blessés ou blessés.

 

N'oublions pas que si les enfants iraniens souffrent énormément, le régime iranien alloue des milliards de dollars pour financer ses efforts de guerre dans divers pays du Moyen-Orient. Il dépense également des milliards de dollars pour ses organes militaires, la radio et la télévision publiques et les institutions religieuses pour la propagande. (Source : Les droits de l’homme en Iran) 

 

Constat mondial 

218 millions d’enfants entre 5 et 17 ans sont occupés économiquement dans le monde.
 
Parmi eux, 152 millions sont astreints au travail des enfants et près de la moitié, 73 millions, accomplissent des travaux dangereux.
 
En chiffres absolus, près de la moitié du travail des enfants (72 millions) se trouve en Afrique; 62 millions dans la région Asie et Pacifique; 10,7 millions dans les Amériques; 1,1 million dans les Etats arabes et 5,5 millions en Europe et Asie centrale.
 
En termes de prévalence, 1 enfant sur 5 en Afrique (19,6%) est astreint au travail des enfants, alors que la prévalence dans d’autres régions se situe entre 3% et 7%: 2,9% dans les Etats arabes (1 enfant sur 35); 4,1% dans la région Europe et Asie centrale (1 sur 25); 5,3% dans les Amériques (1 sur 19) et 7,4% (1 sur 14) dans la région Asie et Pacifique.
 
Sur l’ensemble des 152 millions d’enfants astreints au travail des enfants, près de la moitié ont entre 5 et 11 ans.
 
42 millions (28%) ont entre 12 et 14 ans; et 37 millions (24%) ont entre 15 et 17 ans.
 
La prévalence du travail dangereux des enfants est la plus marquée chez les 15-17 ans. Néanmoins, jusqu’à un quart du travail dangereux des enfants (19 millions) est accompli par des enfants de moins de 12 ans.
 
Parmi les 152 millions d’enfants astreints au travail des enfants, 88 millions sont des garçons et 64 millions des filles.
 
Les garçons représentent 58% de l’ensemble des enfants astreints au travail des enfants et 62% de tous les enfants accomplissant des travaux dangereux. Les garçons semblent être exposés à un plus grand risque de travail des enfants que les filles, mais cela est peut-être en partie dû à une sous-déclaration du travail des filles, en particulier dans les tâches domestiques.
 
Le travail des enfants est principalement concentré dans l’agriculture (71%), qui englobe la pêche, la sylviculture, l’élevage de bétail et l’aquaculture, et comprend à la fois l’agriculture de subsistance et l’exploitation commerciale; 17% des enfants astreints au travail des enfants travaillent dans le secteur des services; et 12% dans le secteur industriel, y compris l’extraction minière.
 

 

0
0
0
s2sdefault

Recherche

Twitter