baneh koulbar kurdistan iran CSDHI – La population kurde écrasée par la misère en Iran cherche à s’en sortir en pratiquant des métiers dangereux. Beaucoup d’hommes et même des femmes transportent sur leurs dos des charges aussi immenses que lourdes, traversant les montagnes pour les porter en Irak ou en Turquie où elles seront vendues. Au Kurdistan on les appelle les Koulbars.

Le salaire de misère que rapportent ces forçats de la faim pour nourrir leur famille est considéré par les autorités comme de la contrebande. Or les principaux contrebandiers sont les gardiens de la révolution qui sapent l’économie nationale à coups d’importations illicites de marchandises pour des millions de dollars. Le fait est que les autorités ne supportent pas de concurrence dans leurs plates-bandes et ont donné l’ordre de tirer à vue.

Ainsi, en prenant pour cible les Koulbars, les gardiens de la révolution ont fait de nombreux morts et blessés. Depuis la fin juillet, on a répertorié au moins 4 morts et 5 blessés.

Selon les rapports de l’ONG Kurdistan Human Rights Network (KHRN), ces neuf Koulbars et petits commerçants ont été touchés par balles sans préavis.

- Le 24 juillet, les militaires du poste de contrôle de Zeyni ont tué le Koulbar Rachid Mohammad Ali du village de Chekl Abad près d’Oroumieh.

- Dans la soirée du 25 juillet, les gardes-frontières de Khoy ont tiré sur un Koulbar à une distance de dix mètres, tuant Mahmoud Farsi du village de Grenovik près de Khoy. Le corps de ce Koulbar n’a été transféré au cabinet du médecin légiste de Khoy qu’au bout de 24 heures. Des témoins ont raconté à KHRN que les gardes-frontières avaient d'abord arrêté, puis relâché ce Koulbar mais l'avaient ensuite abattu alors qu'il s'éloignait du poste de contrôle.

- Le 27 juillet au matin, les garde-frontières de Sichouman ont pris pour cible des commerçants frontaliers, tuant un commerçant du nom de Seyed Kamil Hosseini et blessant deux Koulbars, Aziz Cheikhlan et Saleh Cheikh-Mohammad.

- Les 2 et 3 aout, un Koulbar a été tué et trois autres blessés à la frontière entre Oroumiyeh et Salmas.

- Le jeudi 2 août, deux Koulbars, Behzad Haidaraleno et Jafar Dalaïlan, ont été blessés près du village d'Amou-Khalandi tandis qu'un autre Koulbar, Soleiman Badouchi, qui transportait des cigarettes, a été tué par les gardes-frontières.

Récemment, un Koulbar de 35 ans, Hassan Chilan, marié et père de trois enfants, a été visé par les gardes-frontières de Khor-Sapeh dans la vallée du Golakhani et a été blessé à la jambe.

 

0
0
0
s2sdefault

Recherche

Twitter