kurde grève arrestation iranCSDHI - Afin d’empêcher la grève générale de mercredi de s’étendre à d’autres villes, les autorités iraniennes ont arrêté plus d’une douzaine de militants civils kurdes accusés de « perturber l’ordre public ».

Mokhtar Zareie, un des militants, avait publié une vidéo, mardi, demandant au public de se joindre à la grève en restant à la maison, mercredi. « La potence et les exécutions doivent disparaître, et cela n'est possible qu'avec la solidarité nationale », a-t-il déclaré.
Les noms de 25 personnes arrêtées lors de la grève générale dans différentes villes du Kurdistan sont les suivants :
Marivan : Aram Fathi, Souran Daneshvar, Musulman Ebrahimi, Dalir Roshan, Mohammad Azkat, Ahmad Tabireh, Noushirvan Khoshnazar, Ahsan Amani, Arman Amani.

Sanandaj : Khaled Hosseini, Mokhtar Zareie, Khedr Dolati, Siamand Dolati, Mousa Azari.

Ravansar : Bagher Safari

Sardasht : Jafar Rasoulpour, Bahman Dandansaz, Mohammad Leilaneie, Mohammad Amini, Vafa et Mohammad.

Boukan : Diakou Baghbani

Samedi, le régime iranien a exécuté les prisonniers politiques kurdes Ramin Hossein Panahi, Loghman Moradi et Zaniar Moradi, malgré les appels internationaux lancés pour stopper leurs exécutions. Les prisonniers avaient été sévèrement torturés et condamnés à mort sur la base d’aveux forcés. Le même jour, les pasdarans du régime iranien ont mené une massive attaque de missile contre les quartiers généraux des groupes kurdes, tuant plus d’une douzaine de personnes et en blessant beaucoup d’autres.

Les exécutions et les attaques ont déclenché une condamnation et des protestations internationales. Dimanche, les militants ont appelé à une grève générale, pour les jours suivants.

Mercredi, les commerçants d’au moins 13 villes des provinces occidentales d’Iran ont entamé une grève pour protester contre l’exécution de trois prisonniers politiques kurdes et contre les attaques de groupes kurdes au début de cette semaine. Des vidéos et des images provenant des villes de Mahabad, Sanandaj, Baneh, Kermanshah, Oroumieh, Piranshahr, Bukan, Marivan, Oshnavieh, Saqqez, Gukan Tapeh, Kamiaran et Paveh montrent des magasins et des commerces fermées et des commerçants refusant d’ouvrir leurs portes.

 

Source : Les droits de l’homme en Iran

 

 

0
0
0
s2sdefault

Recherche

Twitter