arrestation militants droits humains iranCSDHI - Neuf militantes ont été convoquées cette semaine par le parquet d’Evine, selon l’agence de presse officielle IRNA.

Selon les médias officiels, Amir Raisian, avocat des neuf militantes, a déclaré : « Cette semaine, au moins 9 militantes des droits des femmes ont été convoquées par le procureur général d’Evine ».

« La raison de ces convocations a été justifiée ainsi : « Présence demandée en vue de donner certaines explications » et nous n'avons pas d'autres informations pour le moment », a-t-il ajouté.

Des observateurs des droits de l'homme ont détecté une montée des mesures de répression visant les défenseurs des droits humains et des femmes ces derniers mois, dans le cadre d'une « intensification des mesures de répression visant à anéantir complètement la société civile iranienne » et à « plonger les défenseurs des droits humains dans un climat de peur étouffant », a déclaré Amnesty International.

« Les arrestations ont lieu dans le contexte des nombreuses manifestations qui se déroulent en Iran depuis le début de cette année », a déclaré Mansoureh Mills, chercheur iranien à Amnesty International. « Les autorités agissent ainsi pour affaiblir les fondements de la société civile, qui, autrement, constituerait un soutien supplémentaire pour les personnes qui souhaitent descendre pacifiquement dans la rue pour exprimer leurs mécontentements ».

Deux militantes, Hoda Amid et Najmeh Vahedi, ont été libérées sous caution hier.

Hoda Amid, avocate des droits humains et militante des droits des femmes, a été arrêtée à son domicile, le 1er septembre, juste un jour après l’arrestation des avocats des droits humains, Payam Derafshan et Farokh Forouzan. Payam Derafshan et Farokh Forouzan ont été arrêtés le 31 août alors qu'ils se rendaient chez un autre avocat récemment emprisonné, Arash Keykhosravi, dans la ville de Karaj, au nord-ouest de Téhéran.

Le même jour, la militante des droits des femmes, Najmeh Vahedi, a été arrêtée par l’unité de renseignement des pasdarans à son domicile à Téhéran.

Pour en savoir plus : https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2018/09/iran-arrests-of-lawyers-and-womens-rights-activists-signal-intensifying-crackdown-on-civil-society/

Source : Les Droits de l’homme en Iran

0
0
0
s2sdefault

Recherche

Twitter