prise otages américains iranCSDHI - Le commandant des pasdarans, Jaffari, admet que Khamenei a approuvé la prise d'otages américaine en Iran.

Dans ses remarques du 4 novembre, Mohammad Ali Jafari, commandant des pasdarans (IRGC), a souligné que la prise de contrôle de l'ambassade des États-Unis et la prise d'otages de diplomates américains étaient planifiées et totalement approuvées par Khamenei. Il a souligné que si cela n'avait pas eu lieu, le régime aurait été renversé au cours de la première décennie de son mandat.

Jafari a fait des aveux sans précédent lors d'un discours prononcé à l'occasion de l'anniversaire de la prise de diplomates américains en otage, le 4 novembre 1979.

Il a déclaré : « Selon un plan hautement classifié, une manifestation de l'Université de Téhéran a été organisée contre le nid d'espions (ambassade américaine) … Seul un nombre limité d'étudiants et du personnel de l'université savaient qu'une attaque contre l'ambassade était prévue. Lorsque la foule est arrivée devant l'Université, selon le plan, puisqu'un nombre limité de personnes était au courant du plan, parmi toute l’effervescence, tous les slogans et l'ambiance dans la foule, l'attaque a été décrite comme étant spontanée et comme si cela avait été décidé par la foule et sur place ».

« Seule une poignée de responsables et de personnalités révolutionnaires, et au-dessus le Guide suprême (Khamenei), soutenaient totalement ce mouvement révolutionnaire », et si la prise d'otages n'avait pas eu lieu, « sans aucun doute, notre révolution n’aurait pas pu durer quarante ans et elle se serait finie au cours de la première décennie », a ajouté Jafari.

Le commandant des pasdarans a suggéré de recourir à de tels actes semblables comme une solution à la crise du régime et a déclaré : « Des actions similaires, ne prenant bien sûr pas le contrôle des ambassades, ce n'est pas ce que je veux dire, mais ce type d'action doit être menée pour créer de la stabilité, pour fournir plus de services à la société, pour résoudre des problèmes économiques et dans d’autres aspects tels que les affaires culturelles. C'est ce sur quoi on peut fonder son espoir.

Les remarques de Jafari sont une reconnaissance claire que le régime des mollahs a toujours trouvé la solution dans la prise d’otages, créant des crises et des ravages, en exportation le terrorisme et la belligérance, et qu’il planifie ces actes au plus haut niveau.

Source : Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne, le 6 novembre 2018

0
0
0
s2sdefault

Recherche

Twitter