lac salé Qom crise eau environnement iranCSDHI – En Iran, le lac Namak de Qom, un lac salé de la province iranienne de Qom, n’est pas loin de disparaître. Ses conséquences désastreuses pour l’environnement se font déjà sentir dans l’environnement des provinces voisines de Qom.

Le lac Namak est situé à 40 kilomètres au nord du district de Qom et à 85 kilomètres au sud de Téhéran. Le lac, également connu sous le nom de « lac Saveh-Qom » ou « lac Shahi », s'étend sur 240 km et il est relié aux provinces de Semnan, Téhéran, Qom et Markazi. Le lac Namak est également appelé le plus grand miroir naturel de l’Iran car de gros cristaux de sel recouvrent de larges parties de celui-ci.

Dans le passé, les rivières Karaj, Jajrud, Shur, Qamrud et Qarechay approvisionnaient le lac Namak en eau, ce qui le maintenait en vie. Mais de nos jours, le lac salé est devenu l'un des points centraux des tempêtes de poussière.

Selon des responsables iraniens, l'assèchement du lac Namak entraînera un désastre environnemental aux conséquences plus catastrophiques que celles du lac Ourmia, un autre célèbre lac salé d'Iran. La poussière et la brume provenant d’un lac asséché de Namak toucheront environ un quart de la population iranienne.

Lorsque le lac Namak a commencé à se dessécher et que l'environnement a commencé à se dégrader, les agriculteurs locaux ont commencé à quitter la région et ce processus se poursuit jusqu'à aujourd'hui.

Le 22 avril, le site Web Salamat News a publié un rapport intitulé « Compte à rebours jusqu'à l'assèchement complet du lac Namak » : « La crise d'assèchement du lac Namak à Qom, qui a débuté il y a un demi-siècle, s'est accélérée avec la sécheresse de 2003 et donne lieu à une évacuation complète de la plupart des villages situés entre ce lac et « Hoz Soltan ».

Selon le journal Taadol du 6 août, le représentant technique de l'organisation de protection de l'environnement de la province de Qom reconnaît que « si les droits d'utilisation de l'eau ne sont pas correctement attribués et que les ressources en eau existantes sont utilisées de manière excessive, 200 000 hectares de la zone salée du lac Namak transformera Qom en un autre Khouzistan via les vastes émissions de poussière ». Le Khouzistan est une province du sud de l'Iran qui connaît des tempêtes de sable et de poussière notoirement catastrophiques.

Le 28 juillet, le site Web de Hamshahri a publié un article sur la situation du lac Namak à Qom et sur son impact sur la vie de la population locale.

« De nos jours, les villages proches de cette zone sont devenus des villes fantômes dans un rayon de 50 km à cause de la sécheresse. Environ 30 à 40 % des terres agricoles situées à proximité de cette zone sont également maintenant inutilisables, car le lac asséché a rendu salée, l'eau des puits proches », écrit Hamshahri.

Un peu plus tôt, Jabbar Kuchakinejad, membre du parlement iranien, avait mis en garde contre « des pluies salées en raison de la sécheresse du lac Namak à Qom ».

Dans une interview avec l’agence de presse du parlement iranien, il a averti le département de l’environnement et leur a demandé d’empêcher que la situation de Namak Lake ne dégénère en crise.

« Les lacs qui contiennent du sel, s'ils s'assèchent, à cause du sel restant, pollueront l'environnement comme la poussière », a-t-il ajouté.

La crise iranienne causée par les lacs salés est principalement due à une série d’activités non éduquées de la part des institutions de l’État et au manque de droits d’eau pour les lacs. Les droits relatifs à l'eau sont volés par l'élite politique pour remplir ses poches.

Le 10 mai, le club des jeunes journalistes, proche des Forces paramilitaires Basij, a déclaré que le technicien du département de l'environnement de la province de Qom avait déclaré que la construction de deux barrages baptisés « Alqadir » et « Khordad 15 » dans la plaine de « Moseyle » avait détruit la végétation, salé le sol et créé une crise environnementale dans la région.

 

0
0
0
s2sdefault

Recherche

Twitter