violence contre les femmes handicapées iranCSDHI - « Si j'avais eu une infirmière fournie par l'État pour m'aider à effectuer mes tâches quotidiennes, je n'aurais pas rencontré autant de violence ».

« Parfois, mon ex-mari me frappait si fort que je tombais de mon fauteuil roulant. Mon mari se moquait de mon handicap et m'humiliait avec des paroles grossières. J'avais besoin de son aide pour aller aux toilettes, prendre une douche et mettre des vêtements. Il refuserait de m’aider quand il en avait envie. Quand j'ai divorcé, il a obtenu la garde de notre enfant, même s'il était toxicomane. Bien sûr, je n’ai pas insisté pour obtenir la garde parce que je n’avais pas la capacité de prendre soin d’elle ».

Ce sont les mots de Fatemeh, une femme handicapée physiquement vivant à Téhéran, qui a accepté d’être interviewée par le Centre pour les droits de l’homme en Iran (CDHI) pour parler de ses expériences en matière de violence domestique. Elle a environ 30 ans, elle est au chômage et reçoit une assistance familiale.

« Notre handicap n’est pas dissuasif. Cela fait de nous une cible facile à faible risque pour les personnes violentes », a-t-elle déclaré.

L’expérience de Fatemeh en matière de violence domestique n’est pas rare. Dans le monde entier, les femmes handicapées sont beaucoup plus nombreuses que les autres femmes à faire face à la violence domestique.

« Les femmes et les filles handicapées sont deux fois plus victimes de violence domestique que les autres femmes et subissent des formes de violence spécifiquement liées à leur handicap, notamment l'isolement, la violence en institution, l'interdiction de prendre des médicaments, la mobilité, la vision et les appareils auditifs. En particulier, les femmes et les filles handicapées risquent davantage d'être soumises à un traitement médical forcé et à des procédures de santé reproductives sans leur consentement », selon le rapport 2017 des Nations Unies, intitulé : « La situation des femmes et des filles handicapées et le statut de la Convention sur la Droits des personnes handicapées ».

Fatemeh a poursuivi : « Après mon divorce, j’ai contracté un mariage temporaire avec un autre homme, mais lui aussi est devenu violent et ne voulait plus m’aider dans mes tâches quotidiennes. J'ai fait de mon mieux pour minimiser mes besoins d'aide, mais parfois, je n'avais pas le choix ».

Elle a souligné que la présence d'une infirmière, qui n'est pas un membre de la famille, chargée de fournir une assistance quotidienne et payée par l'Etat réduirait considérablement les cas de violence.

« Souvent, lorsque vous devenez dépendant de quelqu'un pour vos besoins fondamentaux, cette personne peut profiter de vous. Si l'Organisation de protection sociale de l'État iranien (SWO) nous fournissait des infirmières qualifiées, nous pourrions signaler les cas d'abus et nous pourrions entretenir une relation fondée sur l'égalité avec nos conjoints, sans être dépendants d'eux et ils n'auraient pas le sentiment de pouvoir nous maltraiter », a-t-elle noté.

SWO refuse d’accorder des services à des personnes comme Fatemeh, en violation des engagements de l’Iran à la Convention relative aux droits des personnes handicapées (CDPH) en ce qui concerne la protection des femmes handicapées à l’égard de la violence et des abus. Aux termes de l'article 6 de la convention, « Les États parties reconnaissent que les femmes et les filles handicapées sont victimes de discriminations multiples et, à cet égard, prennent des mesures pour leur permettre de jouir pleinement et sur un pied d'égalité de tous les droits humains et de toutes les libertés fondamentales ».

 

Absence de lois et de programmes pour protéger les femmes handicapées

« Les lois iraniennes ne prévoient aucune protection particulière pour les femmes handicapées. De plus, il existe des lois qui facilitent les actes de violence à leur encontre et les empêchent de porter plainte », a déclaré l'avocat des droits des enfants, Hossein Raisi, lors d'un entretien avec CDHI.

Il a poursuivi : « Selon les articles 301 et 305 du code pénal islamique (cette partie de la loi n’est pas disponible en anglais et en français), si la victime d’un crime est « folle ou démente », l’auteur ne sera pas puni sur la base de la Loi du Talion. Cela signifie que la vie et le bien-être des personnes handicapées valent moins qu'une personne « saine d'esprit ».

Selon Raisi, « le personnel des services sociaux d'urgence prévu pour répondre aux plaintes de violence domestique n'a pas été formé pour communiquer avec les personnes handicapées. Il reçoit une formation minimale n'incluant pas les besoins particuliers des femmes handicapées. De plus, les malentendants et les personnes ayant des difficultés d’élocution ne peuvent pas contacter les services d'urgence. Les employés du système judiciaire et les policiers ne reçoivent aucune formation particulière non plus et il n’est donc pas surprenant que les plaintes de femmes handicapées au sujet de la violence domestique ne soient presque jamais signalées ».

Ce manque d'attention est la faute des législateurs, estime l'avocat.

« Les personnes handicapées n’ont pas été prises en compte en ce qui concerne l’élaboration des politiques pénales et judiciaires. La raison en est que les décideurs iraniens tentent de fonder leurs décisions sur des bases théologiques, mais la théologie islamique n’a rien à offrir aux personnes handicapées, si ce n’est de recommander la charité et la compassion. Par conséquent, au lieu de s’en remettre à la théologie traditionnelle, les députés et les décideurs doivent s’intéresser aux concepts modernes des droits humains pour susciter un réel changement ».

Raisi, qui a représenté de nombreuses personnes en quête de justice contre la violence domestique, a déclaré au CDHI : « J'étais l'avocat commis d’office dans une affaire dans laquelle un père handicapé avait des relations sexuelles avec sa fille qui avait une déficience intellectuelle et l'avait mise enceinte. Après la naissance, l'enfant a été confié à la SWO et la mère a été renvoyée chez ses parents sans que le père soit puni pour empêcher que la même chose ne se reproduise ».

Pour remédier à ces lacunes, l'article 16 de la CDPH appelle les États parties à « prendre toutes les mesures législatives, administratives, sociales, éducatives et autres appropriées pour protéger les personnes handicapées, à la fois à l'intérieur et à l'extérieur de leur domicile, contre toutes les formes d'exploitation, de violence et de maltraitance, y compris leurs aspects liés au genre ».

Selon cet article, « les États parties prennent également toutes les mesures appropriées pour prévenir toutes les formes d’exploitation, de violence et d’abus en assurant, entre autres, des formes appropriées d’assistance et de soutien tenant compte des différences de sexe et d’âge des personnes handicapées, de leur famille et de leur personnel soignant, notamment en fournissant des informations et une éducation sur les moyens d'éviter, de reconnaître et de signaler les cas d'exploitation, de violence et de maltraitance. Les États parties veillent à ce que les services de protection tiennent compte de l'âge, du sexe et du handicap ».

 

L'ONU appelle l'Iran à agir immédiatement pour faire face à la violence à l'encontre des personnes handicapées

Dans son rapport de mai 2017 sur l'Iran, la CDPH s'inquiétait du manque d'informations sur la prévention de l'esclavage, de la violence et de l'exploitation, à savoir des violences sexuelles, à l'encontre des femmes et des enfants handicapés en Iran et de l'absence d'informations sur les poursuites et les condamnations prononcées dans les cas d’exploitation, de violence et de maltraitance à l’encontre des personnes handicapées, et a appelé le gouvernement à prendre les mesures qui s’imposent.

La République islamique d'Iran était tenue de présenter un plan d'action dans l'année suivant la publication du rapport de mai 2017. Malgré les demandes et les pressions des défenseurs des droits des personnes handicapées, rien n'a été fait jusqu'à présent.

Source : Le Centre pour les droits de l’homme en Iran

0
0
0
s2sdefault

Recherche

Twitter

RT @afchine_alavi: Tchaharchanbé Souri, fête du feu à travers l'Iran, s’est transformée en mouvement de protestation contre le régime des m…

csdhi.org